• #DEEE
  • #Données
  • #Dossier
  • #Education
  • #Environnement
  • #Plan Numérique pour l'Education

Apprendre par ou pour le Numérique ? #2 Éducation numérique

L’Éducation et le Numérique s’associent afin de faire évoluer ensemble le système éducatif en favorisant des méthodes d’apprentissage intégrant l’IT. Il ne faut toutefois pas négliger les impacts négatifs liés à la présence accrue des nouvelles technologies, tant sur le plan environnemental en lien avec l’équipement des salles de classe en hardwares, que de la place des géants IT dans les solutions éducatives mises à disposition ! L’EcoGuide IT vous propose un focus de ces sujets dans la deuxième partie de son dossier consacré à l’IT dans le système éducatif.

Il peut sembler évident que l’École intègre le thème du Numérique à ses programmes d’apprentissage. Il est vrai, comme nous l’évoquions la semaine dernière, que l’ère Numérique touche l’ensemble des secteurs d’activité, il modifie également les codes de notre société hors du cadre professionnel. Ainsi, encadrer l’apprentissage des écoliers dans le domaine, leur apporte les capacités nécessaires à l’utilisation des outils high-tech, même si l’évolution constante de ces derniers puisse être difficile à suivre !

De la nécessité d’apprendre le Numérique à l’école naît une interrogation, à savoir, s’il est toutefois possible d’équiper toutes nos salles de classes d’hardware, voire même, chacun des écoliers ? En effet, les chiffres avancés par l’Éducation Nationale pour l’année scolaire 2014-2015, montrent un total de presque 12 millions d’élèves scolarisés dans le secteur public français, dont presque 6,8 millions sont des écoliers, 3,3 millions des collégiens et plus de 2 millions des lycéens. En guise de comparaison, en 2015, ce sont 5,5 millions de tablettes tactiles vendues sur un marché français en baisse, à l’instar du marché mondial qui se détourne depuis plusieurs années de ce type d’équipement IT.

Ainsi, bien que la volonté d’équiper en tablette les salles de classe puisse avoir des attraits éducatifs, comme semble le vouloir le Plan Numérique, et par là même profiter au marché, les enjeux environnementaux et sociaux restent bien réels. En effet, doter chaque élève d’un équipement high-tech représente une quantité importante d’équipements, pour lesquels des dépenses en ressources et en énergie considérables seraient nécessaires, principalement durant la phase de fabrication, phase la plus émettrice du cycle de vie ! On retrouve également des impacts environnementaux négatifs au moment de la fin de vie de ces équipements dû aux importantes émissions de Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques dont il faudrait bien s’occuper ! Une question sérieuse qui ne semble pas faire partie du plan actuellement mis en place.

Cérdit photo : DigiSchool
Cérdit photo : DigiSchool

Concernant les impacts sociaux de l’arrivée du Numérique dans les classes, nous évoquions, dans la première partie du dossier, le cas d’entreprises intervenant au sein des écoles pour les équiper de leurs propres équipements high-tech. En France, ce phénomène a révélé une certaine réticence des enseignants pour cette pratique lors d’une conférence de la Ligue de l’enseignement. En effet, ces entreprises répondent à des valeurs propres (la liberté totale d’expression par exemple, même les plus extrémistes) et leur intervention au sein de structures éducatives pose la question du risque que leurs algorithmes amènent dans les outils pédagogiques, des connaissances relatives à des sujets tels que le négationnisme, par exemple, dont l’apologie est pourtant interdite en France.

Le poids économique de plus en plus conséquent que prennent certains géants de l’IT, soulève également des questions quant à leur capacité à intégrer tous les enjeux relatifs au secteur de l’Éducation. En effet, il sera intéressant de voir comment les acteurs parviendront à gérer les évolutions grâce à leur processus d’apprentissage basé sur le prélèvement systématique de données issues de l’utilisation de leurs équipements respectifs. Dans la mesure où il s’agit de données provenant d’un usage spécifique (l’éducation scolaire) et générées par des mineurs, l’optimisation du processus d’apprentissage mériterait donc d’être étudiée de près par le corps étatique ! En effet, dans le cas de la France, ce dernier détient le rôle d’organiser et de gérer le système éducatif dans le secteur public.

L’intégration du Numérique à l’école pose un certain nombre de questionnements, comme cela fut le cas lors de son intégration au milieu professionnel. Il est certain que favoriser la formation et l’accompagnement des élèves dans la compréhension de cet outil globalisé est primordial ! Il reste toutefois nécessaire que l’État intervienne afin de dissocier l’apprentissage PAR le Numérique de celui POUR le Numérique.

Autant le second correspond à une adaptation aux mutations de la société dans son ensemble, tandis que le premier suppose qu’une attention toute particulière soit portée aux différents enjeux sous-tendus par une présence accrue du Numérique dans l’Éducation. Cela tant sur le plan des impacts que peuvent avoir les équipements IT sur l’environnement et la société, que de la place laissée aux géants IT et à leurs solutions, dans les valeurs et les idées transmises au sein de l’École.

Former au mieux les plus jeunes au Numérique ne reviendrait-il pas à les responsabiliser à ses enjeux qu’ils soient environnementaux, sociaux ou économiques, et par là de rendre le secteur plus vertueux ? La première étape, toutefois, réside bien dans le fait de faire prendre conscience aux jeunes que les équipements IT qu’ils ont en main et l’utilisation qu’ils font du Web, ne sont pas dénués d’impact. Peut-on espérer que ces sujets fassent partie du prochain Plan Numérique ? Affaire à suivre !

Crédit photo : Le Figaro