• #B-Corp
  • #Fairphone
  • #Label

B-Corp, un label taillé pour l’IT ?

Ce label américain fraîchement débarqué en France, n’en finit pas d’étendre son action sur les entreprises. PME ou multinationales, elles se lancent chacune leur tour dans l’aventure et montrent ainsi leur engagement concret dans davantage de durabilité. Mais quid des entreprises high-tech ?

Les labels environnementaux représentent un avantage indéniable dans la reconnaissance de produits qualifiés de durables sur certains aspects environnementaux et sociaux. Lors d’une précédente infographie, nous avions d’ailleurs développé les différents types de labels existants dans le cadre de l’IT ainsi que leurs spécificités.

Parmi eux, nous avions pu constater que certains permettaient de mieux appréhender la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), via leur analyse de conformité du produit en termes d’impacts environnementaux et/ou sociaux. Un modèle qui pourrait être amené à changer avec l’arrivée d’un nouveau label baptisé B-Corp.

Tout droit venu des États-Unis, il débarque en France où, à l’heure actuelle, plus de 27 structures, dont les cabinets Utopies et Graines de Changement, se sont prêtées au jeu de se faire certifier par ce label. Son slogan ? « Ne pas chercher à être la meilleure entreprise du monde, mais la meilleure pour le monde ».

Pour obtenir le précieux sésame, les entreprises doivent répondre à un questionnaire en ligne de 200 à 300 questions portant sur divers aspects tels que la gouvernance, les parties prenantes ou bien l’impact environnemental. Volontairement difficile, le questionnaire défie les entreprises en cherchant à mettre en avant « les preuves d’actions plutôt que la stratégie mise en place par l’entreprise » souligne David Steve, Directeur des engagements de l’une des entreprises hexagonales labellisées, Natures & Découvertes. Sur un total de 200 points, il est nécessaire d’en atteindre au moins 80 pour espérer devenir une « B-Corp » et ainsi faire partie des 1785 entreprises déjà labellisées à travers le monde.

Crédit photo : B-Corp
Crédit photo : B-Corp

Mais qu’en est-il des entreprises IT ? Pour l’heure, aucun géant de ce secteur ne semble avoir pris l’ascendant sur ses concurrents pour mettre en avant sa stratégie de Responsabilité Sociétale via B-Corp. Qu’il s’agisse là d’une absence volontaire ou non des multinationales, certaines structures peut-être plus modestes, mais peut-être également plus engagée, s’y sont risquées.

En effet, courant 2015, la société Fairphone a appuyé sa démarche responsable en intégrant le cercle des B-Corps (entreprises labellisées B-Corp). Avec un score de 104, elle s’est assurée la labellisation et rajoute ainsi, parmi ses qualités, l’attestation par un tiers de son engagement durable. Pour rappel, l’entreprise néerlandaise créatrice du smartphone éponyme, commercialise ce dernier en assurant le respect d’une certaine éthique et durabilité de son équipement. De la sorte, l’absence de minerais de conflits dans sa chaîne d’approvisionnement, sa modularité permettant la réparation simple de ses composants ou bien même, l’assurance que les gérant des usines chinoises fabriquant le smartphone respectent le bien-être de leurs employés, sont autant d’aspects que l’entreprise Fairphone voit confirmer par l’évaluation B-Corp.

Bien que le questionnaire soit accessible gratuitement, la labellisation proprement dite n’en reste pas moins payante, à raison d’une fourchette de frais annuels allant de 500$ pour les structures ayant un chiffre d’affaires inférieur à 150 000$ et à plus de 50 000$ pour celles dont le chiffre dépasse le milliard de dollars. En guise de maintien de la labellisation, toutes les entreprises peuvent aussi faire l’objet d’un audit aléatoire, B-Lab, l’Organisation Non-Gouvernementale gérant le label, en menant annuellement auprès de 10% des entreprises labellisées.

L’exemple de Fairphone prouve qu’une entreprise IT peut se lancer dans une démarche de labellisation B-Corp. Pour ce qui est de la taille de la structure, Unilever et Danone ont aussi fait part de leur souhait d’intégrer le cercle des B-Corps, montrant ainsi que ce label peut s’adapter à tous.

A quand, donc, le tour d’une entreprise comme HP, Apple ou Lenovo ? Espérons bientôt, la voie est bel et bien en train de se tracer pour eux !

Crédit photo : B-Corp