Carrefour mise sur la connexion !

Les objets connectés, et les applications allant avec, font désormais partie de notre quotidien et carrefour l’a compris, assimilé et appliqué en lançant son premier hypermarché « connecté ».

Les nouvelles technologies n’ont de cesse de prendre une place de plus en plus importante dans notre vie de tous les jours. Entre objets connectés et applications smartphones révolutionnaires, tout est mis en place pour faciliter et améliorer notre quotidien. C’est donc tout naturellement que la grande distribution s’est à son tour tournée vers ce nouveau mode de vie et de consommation avec le lancement du concept de l’hypermarché connecté.



Carrefour ouvrait ainsi le 9 avril dernier son premier magasin connecté au sein du centre commercial Qwartz de Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine), centre commercial ayant également une conception très avant-gardiste.

Il s’agissait tout d’abord de toucher à un axe très en vogue en ce moment : « l’expérience ». Comment créer l’expérience chez le client et ainsi créer l’envie et la fidélisation. Le numérique est aujourd’hui l’une des clés pour répondre à cette nouvelle tendance et pour répondre à ce besoin de modernité, un point que carrefour a compris et donc mis en place.
Sylvain Belkhiter, directeur du magasin, déclarait ainsi : « On a cherché ce qui remontait le plus dans les enquêtes. La notion de connecté est quelque chose qui est de plus en plus recherché »



Notre curiosité nous amène donc à nous interroger sur les technologies proposées par cet hypermarché futuriste, et comprendre en quoi elles vont pouvoir faciliter voire améliorer notre manière de faire nos courses.



La grande innovation vient principalement des 55 000 références équipées d’étiquettes électroniques avec puce NFC (Near Field Communication ou Communication en Champ Propre). Il ne s’agirait donc plus de scanner un code mais de capter le signal généré par la puce et ainsi de récupérer les informations des produits auxquels elle est assimilée.



L’un des principaux atouts de cette technologie pour le client est d’ailleurs la géolocalisation de la référence recherchée. Via l’application « C-où », spécialement développée pour le magasin, il est désormais possible de retrouver un produit et ce parmi les 11 300 mètres carrés d’étalages. Mais l’application ne s’arrête pas là. L’utilisateur peut ainsi constituer sa liste de courses sur son téléphone, chez lui ou via le réseau wifi de l’hypermarché et se voir dresser un itinéraire à travers le magasin. Une manière de réduire le temps passé dans le magasin.



Outre ces deux fonctions plus qu’intéressantes, l’application permet aussi de scanner un produit pour en connaître les caractéristiques, dénicher les promotions ou encore lister les ingrédients d’une recette. La notion de réseau a également été développée avec la possibilité de « liker » les produits. Des « like » qui pourraient s’avérer être des mines d’informations pour les marques et le magasin, tout comme l’application en elle-même d’ailleurs.



Au niveau des technologies disponibles dans le magasin, on peut ajouter le « Mobile mirror » dans le rayon habillement. Prenant la forme d’un gros téléphone, fabriqué par l’allemand Xplace, le client se voit offrir la possibilité de se regarder sur 360 degrés avec le vêtement essayé et, si l’envie lui prend, d’envoyer une photo instantanément sur Facebook, Twitter ou par e-mail.



Comme on peut s’en douter, nos smartphones vont être largement sollicités. Mais là encore le magasin à tout prévu puisque une trentaine de petites batteries externes à connecter sur tous les téléphones pour un transfert d’énergie ont été prévues dans les rayons.



Il reste maintenant à évaluer le succès de ce magasin futuriste. Beaucoup de questions restent toutefois en suspend lorsque l’on se penche sur les effets des ondes sur notre santé et sur le problème du tout connecté. Qu’en est-il également de la dépense énergétique générée par une telle technologie ? Le dernier point serait aussi de voir les informations qui seront disponibles à terme au niveau de l’écoconception des produits vendus, une information de plus en plus recherchée par les clients.



Il n’en reste pas moins que ce nouveau type d’hypermarché à un bel avenir devant lui et est un bel exemple de cette volonté de modernité engagée dans les différents espaces de vente.







Sources:
© lemonde.fr