Cloudline, la gamme de serveurs low-costs par HP

Disponible à la commande depuis aujourd’hui, la nouvelle gamme de serveurs HP se veut low-cost et en faveur du déploiement de logiciels Opensource. S’agit-il d’une prise de conscience responsable luttant contre la fracture numérique ou d’une simple stratégie économique ?

À l’occasion de l’ Open Compute Project Summit (OCP), initié par Facebook depuis 2012 et qui s’est tenu à San José (États-Unis) les 10 et 11 mars derniers, HP a annoncé la création de sa première gamme de serveurs low-costs baptisée Cloudline. Projet ayant vu le jour à la suite d’une joint-venture (ou co-entreprise) avec l’entreprise taïwanaise Foxconn, les serveurs Cloudline se veulent en adéquation avec les spécifications de l’OCP qui a pour mission de « créer des matériels pour serveurs, stockage et datacenter les plus efficaces ».

De nos jours, la demande de serveurs low-costs par les grands pontes des services internet comme Google et Facebook ne cessant de croître, HP, par le biais des spécifications d’OCP, répond à leurs attentes avec des serveurs adoptant l’Open Rack et l’Open Cloud Server. C’est-à-dire une standardisation des composants, systèmes de gestion et BIOS entre autres.

Appelés serveurs « boîte blanche », de par leur design édicté par le client (ici Facebook, Amazon entre autres), la gamme Cloudline se décline en 5 modèles ayant chacun leurs spécificités. Le début de gamme se compose d’un serveur, le CL1100, à deux sockets destiné à l’hébergement web. Viennent ensuite les CL2100 et 2200 qui, comme le précédent ont deux sockets, mais proposeront une capacité de stockage et de mémoire plus grande. Enfin, plus tard dans l’année, les modèles CL7100 et 7300 sortiront et seront censés offrir davantage de capacités réseau et d’options pour une possible extension de mémoire.

Après le lancement en fin d’année dernière du Moonshot, micro-serveur ultra économe, HP continue donc de s’affirmer dans le secteur des serveurs. Alors que le prix d’un serveur HP ProLiant peut aller jusqu’à 2700€ avec une licence Microsoft coûtant de 220 à 4500€ (les prix donnés sont ceux publiés par la marque au 1er mars 2015, voir catalogue ici ), cette nouvelle gamme se veut low-cost et donc logiquement plus abordable. HP a ainsi d’ores et déjà annoncé que ces serveurs étaient spécialement conçus pour des logiciels Opensource employés dans le traitement de grands ensembles de données. Cette gratuité augurant une baisse de prix accrue au vu du prix d’une licence Windows !

Avec la gamme Cloudline, HP s’attaque clairement au secteur des serveurs « boîte blanche ». Avec une stratégie visant à prévoir le couplage de l’offre de services et de logiciels à celle de matériels, ce que ses quelques concurrents ne peuvent proposer, HP semble tout à fait disposé à s’emparer des parts de marché disponibles.

D’un point de vue extérieur, la sortie d’une gamme low-cost sous logiciel Opensource est une aubaine pour l’accessibilité au Cloud pour des entreprises n’ayant pas nécessairement les moyens de financer des structures démesurées et souvent voraces en énergie. Reste à HP de ne pas limiter son offre aux quelques clients que sont les géants de l’IT, comme c’est le cas à présent…

Sources :
© http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-hp-mise-sur-l-open-source-pour-ses-serveurs-cloud-low-cost-60500.html
© http://www.linformaticien.com/actualites/id/36003/hp-cloudline-les-serveurs-low-cost-bases-sur-les-prerequis-d-open-compute-project.aspx
© http://www.silicon.fr/hp-devoile-sa-gamme-de-serveurs-low-cost-cloudline-110519.html
© https://h71044.www7.hp.com/campaigns/prix/fr/Liste_de_prix_Serveurs_et_Options_HP_ProLiant_Mars_2015.pdf