• #Datacenter
  • #DEEE
  • #Dossier
  • #Energie renouvelable
  • #Green-IT
  • #Obsolescence programmée
  • #RSE

Comment le secteur IT a-t-il réduit son impact environnemental en 2016 ? #2 Dossier rétrospective

Que l’on aborde la question de l’obsolescence programmée, de la durée de vie des équipements, de la stratégie RSE des constructeurs IT ou encore de l’usage d’Internet, des conséquences environnementales sont induites. Dans ce sens, bon nombre d’acteurs du secteur IT agissent ! Ainsi, quelles ont été leurs actions pour l’année 2016 ? Nous vous proposons de les découvrir dans la deuxième partie de notre rétrospective de ces douze derniers mois !

Une fois l’impact social de l’IT mesuré, attardons-nous maintenant aux aspects environnementaux ! Sur de multiples terrains, le secteur du Numérique comporte des sujets de Développement Durable qui suscitent l’intérêt de différents acteurs économiques. Ainsi, les géants de l’IT font partie des acteurs cherchant à limiter leurs impacts environnementaux. Cette année, nous avons d’ailleurs réuni au sein de l’un des Top5 EcoGuide IT, des entreprises ayant une stratégie RSE abouties. Voyons ainsi quelles informations environnementales sont affichées dans leurs stratégies RSE !

Les énergies renouvelables sont l’un des sujets auxquels des entreprises high-tech portent de l’intérêt. Le rapport Clicking Clean de Greenpeace, par exemple, offre une vision assez claire des stratégies des géants dans le domaine. La fin 2015 ayant été ponctuée par les Accords de Paris et le souhait international d’agir dans la lutte contre le Réchauffement Climatique, des entreprises comme HP, Microsoft ou Google se sont alors regroupées au sein du RE100 afin d’appuyer leur souhait de promouvoir le développement des énergies renouvelables. La firme de Mountain View a d’ailleurs pour objectif de s’approvisionner à 100% d’énergies éolienne et solaire pour l’année 2017 et ce, autant pour ses bureaux que ses datacenters.

S’agissant de ces derniers, la recrudescence des fermes de données a suscité cette année un questionnement sur l’impact réel du Numérique. En effet, derrière l’envoi d’un mail, le stockage dans le Cloud ou le visionnage de vidéos en streaming, les datacenters, importants consommateurs d’énergie, sont devenus essentiels au bon déroulement de ces actions. Comme le souligne le Club Green IT, l’usage mondial d’Internet représente le double de l’impact électrique français, soit l’équivalent de 40 centrales nucléaires contre 19 pour l’Hexagone. Un impact énorme qu’il convient de considérer ! Afin de palier à ce besoin énergétique grandissant, la volonté de rendre plus efficient les datacenters est devenue l’un des chevaux de bataille des entreprises IT et des exploitants de fermes de données, à l’instar du projet Natick de Microsoft qui a pour but d’immerger des serveurs dans l’océan afin de les refroidir sans générer une forte consommation énergétique.

Néanmoins, le Club Green IT a rappelé lors de l’une de ses conférences de 2016, qu’il ne s’agissait pas du seul levier d’action pour réduire l’impact du Numérique ! Le Réseau et les équipements constituent également des sources d’impacts environnementaux. En effet, ce sont bien les équipements IT qui, tout au long de leur cycle de vie, impactent le plus l’environnement, la palme revenant à la phase de fabrication. Pour le Galaxy S6 de Samsung, par exemple, 60% des émissions de gaz à effet de serre se concentrent à cette étape. L’intérêt d’allonger la durée de vie de ces équipements prend ici tout son sens !

Crédit photo : Free images
Crédit photo : Free images

À ce propos, l’obsolescence programmée a aussi fait la part belle aux actualités IT en 2016. Outre le pointage du doigt de certaines pratiques flagrantes, telles que l’erreur 53 d’Apple en début d’année, de bonnes nouvelles se sont aussi imposées en 2016, à l’instar du développement des smartphones modulaires tels que le RePhone et le gain de popularité du Fairphone 2. Une étude de Greenpeace est également venue apporter des chiffres éloquents et encourageants quant aux attentes des possesseurs de smartphones. En effet, cette dernière a révélé que 75% de ses répondants souhaitaient des smartphones faciles à réparer, et 90% qu’ils soient « conçus pour durer ». Un signal fort envoyé aux fabricants, d’autant plus que cette étude a fait appel à 6000 répondants aux cultures bien différentes puisque répartis dans six pays sur trois continents distincts !

Outre la prise en compte des impacts des produits high-tech durant les étapes de fabrication et d’utilisation, la fin de vie de ces derniers s’est également retrouvée au cœur de l’actualité. Les filières de retraitement françaises de Déchets d’Équipements Électriques et Électroniques (DEEE) ont été pointées du doigt dans le courant l’année pour leur manque d’efficacité. C’est l’association française de consommateur UFC-Que choisir, qui a pris les devants en soulignant que l’obligation légale de reprise sans impératif d’achat n’était pas appliquée par 43% des magasins observés par l’association ! À cela, cette dernière ajoute que 207 millions d’Équipements Électriques et Électroniques (EEE) restent stockés par la population sans être utilisés, alors qu’elle estime à trois sur quatre la part d’entre eux encore fonctionnels ! 2016 aura donc été une année peu encline au recyclage de DEEE, d’autant qu’en parallèle, le seul site français de recyclage de terres rares a fermé ses portes. Voyons tout de même le piquage au vif de l’UFC-Que choisir comme un rappel à l’ordre pour les filières de retraitement de leur mission, qui est de parvenir à recycler l’équivalent du tonnage d’EEE mis sur le marché chaque année !

L’année 2016 aura connu son lot d’actions de la part du secteur IT dans la lutte contre ses impacts environnementaux. Quelle que soit l’étape du cycle de vie concernée ou le type d’équipement, les tendances visibles en faveur d’une réduction de l’impact environnemental semblent se recouper : allonger la durée de vie des équipements IT et contenir la voracité énergétique de ce secteur en constante évolution !

Toutefois, des enjeux restent partiellement abordés ! Gageons que 2017 verra des solutions se mettre en place pour ceux-ci, comme par exemple, une meilleure prise en compte de l’importance des déchets et de leur recyclage !

Crédit photo : http://cdn1.itpro.co.uk