• #DEEE
  • #Reconditionnement
  • #Recyclage
  • #Samsung
  • #Sony

Déchets d’équipements électriques et électroniques : où en sommes-nous ?

Avec une estimation de Déchets Équipements Électriques et Électroniques (DEEE) jetés chaque année oscillant entre 20 à 50 millions de tonnes d’après l’ONU, la question de la prise en compte de cet enjeu apparaît plus qu’essentielle. Des chiffres étourdissants qui nous amène à nous demander où est la responsabilité de chacun et ce que l’on attend pour faire passer ce problème au rang des enjeux de premier ordre.

En Europe, la filière de recyclage des DEEE a fêté ses 10 ans, pourtant le pourcentage de recyclage de ces déchets atteint seulement 35%, sur les 9,5 millions de tonnes de déchets électroniques produits !

Pour expliquer ces chiffres, il faut considérer l’impact et la responsabilité de chacun. L’ensemble des acteurs prenant part au cycle de vie du produit sont concernés dans la recherche de solutions permettant de faire évoluer notre pratique du recyclage et d’en réduire son impact environnemental.

Pour commencer, en partant du début de la chaîne, il est de la responsabilité des constructeurs de produits high-tech mais aussi tout autre fabricant d’EEE, de travailler sur la conception de leur produit. En intégrant les principes de l’éco-conception à l’ensemble de leurs produits, les constructeurs permettraient ainsi la simplification du recyclage. En effet, l’éco-conception produit permet d’avoir des équipements qui se démantèlent plus aisément ce qui facilite le recyclage. Ces produits éco-conçus intègrent également pour la plupart une plus grande part de matériaux recyclables, réduisant ainsi l’utilisation de ressources disponibles en quantités limitées.

Afin de faciliter le recyclage, les fabricants d’EEE doivent également s’engager à favoriser le recyclage, cela en participant, par exemple, à la sensibilisation de leurs consommateurs à la pratique du recyclage, mais également, en mettant en place des systèmes de récupération pour leurs produits usagés mais encore fonctionnels (offre de reconditionnement).

Les consommateurs ont également leur rôle à jouer, il est important de sensibiliser et d’éduquer ces derniers au recyclage : que recycler ? Ou peut-on les recycler ? Quand doit-on mettre un équipement au recyclage ? Quelles sont les autres possibilités ?

Notre équipe EcoGuide tente d’apporter des éléments de réponses aux entreprises et aux particuliers avec pour commencer une liste de bonnes pratiques. L’État intervient lui aussi dans le cadre de la loi et apporte ainsi des solutions. Au niveau européen, par exemple, au travers des directives 2011/65/UE, aussi appelée directive ROHS II et 2012/19/UE dite directive DEEE II ; mais aussi en France, avec le Code de l’environnement au travers des articles L.541-10-2 et R543-172 à R.543-206 réglementant les DEEE de leur enregistrement à leur prise en charge en tant de déchet.

Crédit photo : http://www.developpement-durable.gouv.fr/dechets-dequipements-electriques-et-electroniques

Les réglementations européennes concernant les DEEE ont été revues afin justement d’intégrer leur enjeu grandissant, il faudra attendre un peu pour en voir les résultats !

Certains acteurs du secteur IT mettent en place des mesures qui semblent indiquer qu’une prise de conscience de leurs impacts émerge (enfin ?). Ainsi, des acteurs du secteur IT prennent des initiatives qui vont dans le sens d’une réduction des déchets, ceci passant aussi bien par la revalorisation des ressources que par la réutilisation à la place de jeter !

On retiendra l’initiative de Samsung qui propose de revendre ses Galaxy Note 7 en smartphone d’occasion. Souvenez-vous, la marque avait dû récupérer quelque 2,5 millions de Galaxy Note 7 pour cause de défaillance grave de leur batterie. Que faire alors de ces équipements ? La marque a choisi de les reconditionner, c’est-à-dire remplacer les batteries, afin de pouvoir les revendre comme smartphone reconditionné. Le choix du constructeur coréen s’inscrit dans une démarche intégrant des impacts environnementaux, en effet, l’étape de fabrication d’un smartphone ou d’un ordinateur portable est la phase du cycle de vie qui nécessite le plus de ressources et d’énergie. En choisissant de donner à ses Galaxy Note 7 une seconde vie (après réparation bien sûr), il semblerait que Samsung s’engage dans une voie plus durable !

Une autre initiative de Sony montre là aussi que le secteur peut s’engager dans le bon sens. La firme japonaise travaille sur un chargeur sans fil. En réduisant la taille des équipements ou en limitant le nombre de pièces, cela entraîne une diminution de la quantité de matières utilisées. De plus, le chargeur sans fil pour lequel la marque a récemment déposé un brevet, serait capable de charger aussi bien votre smartphone, que votre ordinateur ou bien même votre micro-ondes … Un autre avantage ici, celui d’un seul équipement pour plusieurs appareils, là où aujourd’hui chaque marque, chaque produit demande un chargeur qui lui est propre. Un projet à suivre de près !

Les bénéfices du recyclage, en plus, des économies précieuses d’énergie et de ressources présentes en quantités limitées sur notre planète, sont également visibles au travers des émissions de CO2. En effet, le recyclage matière a permis « d’éviter l’émission de 22 millions de tonnes de CO2 » rien que pour l’année 2014 !  Des résultats positifs mais insuffisants encore pour enrayer l’impact grandissant des DEEE qui demandent un effort de la part de tous les acteurs !

Crédit photo :

Sources :

Chiffres DEEE selon l’ONU : http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1024226/onu-articles-electroniques-pollution-recuperation-recyclage-monde