Des batteries de véhicules électriques dans nos data centers

Nissan a trouvé une voie verte pour résoudre le problème potentiel lié à la fin de vie des batteries lithium-ion installées dans les véhicules électriques.

Le constructeur automobile Nissan a rejoint GreenDataNet, un projet visant à développer des technologies permettant aux data centers d’utiliser 80% d’énergie renouvelable et de faire passer leur PUE (Power Usage Effectiveness) de 1.8 à moins de 1.3. Pour ce faire, l’initiative financée par l’Union européenne envisage sérieusement la possibilité de réutiliser les batteries contenues dans les véhicules électriques (en fin de vie, évidemment) pour les data centers.

Selon certaines estimations, le marché des véhicules électriques est susceptible de croître autour des 5 à 10% par an d’ici les prochaines années, même si Nissan ne publie pas ses projections exactes à ce stade. « Pour le moment, il n’y en a peut-être pas être beaucoup, mais prochainement le problème se posera de savoir ce que l’on fera des batteries lithium-ion en fin de vie. Ce projet pourrait ouvrir la voie aux batteries au sein des data centers. »

Convaincu des possibilités qui pourraient découler de cette réalisation, le directeur du programme des véhicules électriques de Nissan ajoute : « Je crois vraiment qu’à la fin de ce projet, nous aurons un modèle de data center vert. Nous allons fournir aux chercheurs différents types de batteries : des batteries utilisées, à mi-chemin dans leur cycle de vie et des neuves comme ils l’entendent pour leur permettre d’optimiser leur travail de recherche. »

Parallèlement à Nissan, le projet comprend d’autres acteurs comme Eaton, Credit Suisse, ICTRoom, le CEA, l’Institut fédéral suisse de technologie (Lausanne) et l’Université de Trente (Italie). Ce consortium dévoilera ses conclusions et son premier concept effectif en 2017.

Source: © Greendatanet-project.eu