Des décisions stratégiques qui affectent les salariés !

Bien que pérenne et attractif pour l’embauche, le secteur de l’IT connaît de nombreuses restructurations liées à la concurrence intensive qui sévit dans le milieu. Parfois, même dans le cas où l’entreprise est en bonne santé financière. Tour d’un secteur en perpétuel remaniement au détriment, peut-être, de certains aspects sociaux.

Ericsson, le fabricant suédois d’équipements de télécommunications, engage ainsi un programme de réduction des coûts provoquant la suppression de 2 200 postes d’ici à 2017. De cette façon, le suédois espère réaliser une économie de presque 9 milliards de couronnes (soit environ 1 milliard d’euros). La firme IT tente de se repositionner afin de se consacrer à son cœur de métier : les infrastructures réseaux. Ces licenciements toucheront le service de Recherches et Développement (R&D) de l’entreprise et la chaîne d’approvisionnement, le but étant de gagner en efficacité. L’équipementier a par ailleurs cessé de développer des modems pour téléphones mobiles, secteur dans lequel il ne s’estimait plus assez compétitif.

Sony quant à lui se trouve également en difficulté face à l’abondante concurrence sur le marché des téléphones portables et compte pour cela réduire ses effectifs de 30% pour cette activité. Ainsi l’entreprise japonaise a à ce jour planifié la suppression de 1 000 emplois sur son site suédois de Lund, hérité de l’ancien fabricant de téléphones portables Sony-Ericsson. Les salariés suédois sont donc appelés à être durement touchés par les restructurations.

Autre firme, autre continent, Yahoo a récemment décidé de quitter la Chine, supprimant ainsi entre 200 et 300 postes dans son dernier bureau consacré à la Recherche et Développement du pays dans une logique de réduction de coûts. L’entreprise envisage de consolider ses activités dans un nombre de bureaux plus réduit. À noter que Yahoo avait déjà réalisé précédemment des licenciements au Canada et en Inde. Cette décision intervient après l’annonce d’une éventuelle spin-off, opération de scission, engendrant la création d’une nouvelle entreprise, de Yahoo avec Alibaba, grand groupe de e-commerce chinois.

Autre entreprise IT, en difficulté depuis plus de 2 ans, IBM compte entamer une réorganisation massive de ses activités afin de pérenniser sa transition vers le cloud. Cette réorganisation est le résultat de l’activité mitigée d’IBM qui publie un chiffre d’affaires en recul de 13% par rapport à 2013, pour son quatrième semestre de l’année. La firme qui s’était déjà trouvée en difficulté en 2013, avait lancé un plan de restructuration en France. D’après un blogueur sur le site Forbes, un projet nommé Chrome, prévoirait une large mesure de restructuration d’IBM dans le monde cette fois-ci. L’entreprise IT congédirait pas moins de 110 000 personnes, ce qui représenterait la restructuration la plus importante de son histoire … Concernant la France, la CFDT déclare ne pas avoir « entendu parler à ce jour d’une coupe claire aussi massive » même si elle affirme qu’une restructuration est en cours.

Malgré ce climat général, On note néanmoins certaines améliorations pour d’autres entreprises du secteur IT. Comme le canadien BlackBerry qui parvient à retrouver un certain équilibre financier à la fin de son exercice 2014, même si l’année n’atteint pas les performances de 2013. En effet, l’entreprise canadienne enregistre pour son 3ème trimestre 2014 un chiffre d’affaire de 793 millions contre 1,19 millions de dollars en 2013 soit 34% de baisse. En cause, sûrement en partie le manque de succès de ses smartphones que la firme compte bien enrayer avec son Passport et le Classic. Le Passport nouveau smartphone haut de gamme de la marque puisque proposé à 649 euros nu et un design au premier abord déroutant, séduit par ses très bonnes performances et le BlackBerry Classic, destiné aux professionnels, secteur qui avait fait la gloire de la marque ! L’entreprise canadienne se refait une santé financière, il n’y a plus qu’à espérer que ces deux nouveaux smartphones relèvent le défi de relancer la marque sur ce secteur ultra concurrentiel maintenant « piloté » par les géants Apple, Samsung, pour ne citer qu’eux.

Autre remontée d’acteur de l’IT, sur le territoire français cette fois-ci, c’est Orange qui a présenté en ce début d’année la 10ème édition de son baromètre social. L’entreprise française avait en effet connu une période « noire » après la série de suicide entre 2008 et 2009. Depuis, elle a mené un nombre d’actions importantes afin d’améliorer le bien-être au travail de ses salariés, des actions qui semblent porter leurs fruits aux vues des chiffres. En effet, l’entreprise de télécoms est considérée par 85% de ses employés comme « une entreprise où il fait bon de travailler » et encore 91% de ses employés sont fiers d’y travailler. Des chiffres plus qu’encourageants surtout si l’on prend en considération la situation économique de ces dernières années, n’aidant pas à l’apaisement.

Le secteur IT est bien souvent décrit comme en pleine croissance et facteur d’emploi, cela dépend néanmoins des types de métiers, car dans l’ensemble l’heure est plutôt à la réorganisation quel que soit l’impact salarial.

Sources :
© http://www.silicon.fr/orange-le-climat-social-est-apaise-106619.html
© http://www.silicon.fr/blackberry-se-rapproche-de-lequilibre-financier-104507.html
© http://www.silicon.fr/ibm-vers-un-plan-de-licenciements-de-110-000-personnes-106672.html
© http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-ericsson-va-supprimer-2-200-postes-en-suede-60507.html
© http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-yahoo-quitte-la-chine-et-licencie-jusqu-a-300-employes-60583.html