Des téléphones usagers pour lutter contre la déforestation

Un appel aux dons de l’ONG Rainforest Connection et son projet IT for Green contre la déforestation illégale

Le crossfunding et l’appel aux dons pour concrétiser un nouveau projet technologique, sont devenus des pratiques de plus en plus en plus courantes. Mais l’appel aux dons pour une technologie innovante luttant contre le réchauffement climatique a soulevé notre attention. C’est le cas du projet de l’ONG Rainforest Connection avec une initiative qui permettrait d’éviter la coupe illégale de milliers d’arbres dans le monde, une déforestation qui en plus de détruire des espaces naturels, réduit l’absorption de CO2 par les végétaux et donc l’assainissement de l’atmosphère.



Rainforest Connexion, une startup basée à San Francisco, s’est ainsi associée à la Zoological Society of London (Société zoologique de Londres) pour installer sa technologie innovante anti-déforestation au Cameroun. Une trentaine d’appareils recyclés à partir de vieux téléphones surveilleront près de 10 000 hectares de forêt grâce aux signaux audio émis lors de l’abattage d’un arbre (vrombissement d’une tronçonneuse, coup de feu ou bruit d’un camion). Le système alerte alors automatiquement les autorités locales pour arrêter ce « crime contre l’environnement ».



Mais alors comment ce système fonctionne-t-il ? Le système est en fait alimenté d’un réseau de smartphones sous Android, réseau qui est lui-même alimenté par différents panneaux solaires conçus spécialement pour marcher même dans des conditions de faible luminosité au milieu de la forêt tropicale. Ces équipements sont également résistants aux fortes chaleurs et à l’humidité, et ce pendant plusieurs années. Selon Topher White, fondateur de Rainforest Connection, ces dispositifs ont un fort potentiel puisqu’ils combinent durabilité et faible coût de production. De plus, le développement exponentiel des réseaux mobiles permet d’assurer la fiabilité et surtout l’efficacité du produit.
L’équipement a d’ailleurs déjà été testé dans l’Ouest de l’île de Sumatra en Indonésie. Alors qu’il y avait été placé seulement pour sonder la faisabilité du projet, il a permis l’arrestation de plusieurs bûcherons illégaux durant ses deux premières semaines de fonctionnement.



Profitant de l’annonce de partenariat avec ZSL (Zoological Society of London), Rainforest Connexion a lancé une campagne Kickstarter de 165 000 dollars pour soutenir le déploiement du système dans les forêts tropicales d’Afrique et d’Amérique du Sud. Outre la satisfaction de participer à projet responsable pour la préservation des forêts et des espèces en voie d’extinction, les donateurs pourront entre autres recevoir les instructions pour pouvoir construire leur propre dispositif RFCx et contribuer au mouvement ou écouter les « sons des arbres ».
Le projet, s’il aboutit, pourrait permettre de limiter la déforestation et, de cette manière, d’éviter l’émission de gaz à effets de serre équivalente à celle émise par 3000 voitures en un an : « Chaque dispositif RFCx surveille et protège 300 hectares, »explique Topher White . « Les émissions de l’exploitation forestière sont équivalentes à 50 tonnes de dioxyde de carbone par hectare, se traduisant par 15 000 tonnes par appareil. »



Ce nouvel outil fait suite à une nouvelle vague de technologies de surveillance dédiées aux forêts. Le phénomène IT prend de l’ampleur. Au Brésil par exemple ou la déforestation est problématique, les autorités ont placé des détecteurs dans les arbres. A un autre niveau, les chercheurs tentent de piéger les bûcherons illégaux grâce à des « pièges photographiques » et des images satellites. Des avions sont également équipés de capteurs et de caméras pour suivre la faune, trouver des braconniers et détecter la déforestation mais aussi les incendies.



L’appel aux dons prend fin le 29 juillet prochain il ne nous reste donc plus qu’à nous dépêcher de participer à cette initiative plus qu’intéressante et tout à fait dans la lignée de l’IT for Green. La seule interrogation qui reste en suspens est celle concernant la réaction des animaux face à ce type de technologie envahissant leur espace.











Sources :