• #Apple
  • #Brother
  • #DEEE
  • #Dell
  • #Konica Minolta
  • #Lexmark
  • #Recyclage

Dossier DEEE #3 : Constructeurs IT et recyclage, service minimum ou réel engagement ?

Pour la plupart des constructeurs IT lancés dans une démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE), le recyclage d’équipements high-tech usagés fait partie des mesures pour responsabiliser la fin de vie de leurs produits vendus. Toutefois, quels sont les types d’actions mises en place qui vont réellement au-delà des réglementations en vigueur ? C’est ce que nous vous proposons de découvrir dans cet ultime chapitre de notre dossier consacré aux DEEE.

Pour un fabricant de produits high-tech, nous pourrions penser que ce dernier n’a aucune difficulté à instaurer un système de reprise permettant de recycler les produits qu’il met sur le marché et dont il est supposé connaître la composition. Pourtant, dans la pratique, force est de constater que ce n’est pas toujours le cas. Ainsi, 24% des constructeurs analysés par l’EcoGuide IT ne communiquent pas du tout sur l’existence possible de systèmes de reprise à destination de leurs clients, qu’ils soient des professionnels ou des particuliers.

Une situation peu justifiable face à l’existence de filières de retraitement gérées par des éco-organismes agréés pour des territoires tels que les Etats-membres de l’Union Européenne (UE). Ces derniers laissant d’ailleurs aux entreprises le choix de déléguer la responsabilité de retraiter les équipements usagés mis au rebut. Fort heureusement, la plupart des constructeurs se plient à ce minimum légal et permettent ainsi d’orienter les DEEE vers les filières de retraitement dédiées. En France, on retrouve alors les éco-organismes cités dans la première partie de notre dossier, dont Eco-Systèmes et Ecologic font partie.

24% des constructeurs référencés dans l’EcoGuide IT ne communiquent aucune information relative à l’existence de filières de retraitement pour le recyclage des DEEE

Cependant, il existe aussi des constructeurs IT qui mettent en place leur propre filière de retraitement. En effet, les constructeurs de systèmes d’impressions sont déjà bien avancés dans le domaine au vu du besoin de gérer l’afflux de vieux équipements, mais aussi de consommables, dont les cartouches d’encre, qui nécessitent un retraitement tout aussi spécifique en raison de certains composants dangereux qu’elles peuvent contenir. De la sorte, des constructeurs tels que Lexmark, Konica Minolta ou Brother, servent d’intermédiaire entre leurs clients et les éco-organismes, mais proposent également des solutions permettant de retraiter convenablement les consommables. Pour Lexmark, nous avions d’ailleurs déjà évoqué l’existence du Lexmark Cartridge Collection Program (LCCP) permettant au constructeur américain de vendre une gamme de cartouches comportant plus de 90% de composants recyclés et ce, grâce au système de collecte organisé par la marque lui rapatriant ainsi plusieurs millions de cartouches usagées à travers le monde. S’agissant de Konica Minolta et de Brother, leur engagement est certes moins avancé que Lexmark qui pousse sa logique vers l’économie circulaire, mais elles n’en restent pas moins engagées avec la possibilité de leur envoyer les cartouches par voie postale afin qu’elles soient correctement retraitées. Mentionnons d’ailleurs l’existence de l’accord volontaire Cart’Touch, qui regroupent quatorze fabricants de systèmes d’impression, dont ceux cités précédemment, dont le but est de s’engager dans la gestion responsable des cartouches usagées en Europe.

Les fabricants de systèmes d’impression ne sont cependant pas les seuls à tenir le haut du pavé en la matière. Ainsi, des constructeurs IT plus généralistes se lancent dans de telles démarches, telle que l’entreprise Dell dont le système de reprise donne la possibilité, après l’achat d’un de ses produits, de lui envoyer un équipement usagé de n’importe quelle marque afin qu’il soit correctement recyclé. L’entreprise Apple, quant à elle, a mis au point un robot, baptisé Liam, capable à lui seul de démanteler 1,2 million d’iPhone par an et permettant ainsi à la firme de Cupertino de recycler des composants primordiaux, tel que le tungstène utilisé dans le moteur de vibration du célèbre smartphone.

Le recyclage de DEEE opéré par les constructeurs IT consiste principalement à suivre la législation en vigueur en orientant les possesseurs de DEEE vers les éco-organismes agréés de leurs pays respectifs. Cependant, nous l’avons vu, certaines entreprises mettent en place leur propose système de reprise afin de recycler elle-même des produits, ou alors des consommables qui découlent de leur utilisation. Bien que cela leur permette de limiter le besoin en composants pour la production de nouveaux produits, ou bien de pouvoir communiquer sur des actions durables concrètes, il n’en reste pas moins très important de bien informer les possesseurs de DEEE afin que de telles solutions ne soient pas juste des outils de communication !

Crédit photo : http://s.newsweek.com