• #ADEME
  • #Bonnes pratiques
  • #Consommation énergétique
  • #Green-IT
  • #Livre blanc

Etude de l’ADEME : La consommation énergétique et le Green IT au sein des entreprises françaises

La semaine dernière, l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) a publié un livre blanc sur la « Consommation énergétique des équipements informatiques en milieu professionnel ». Focus sur ce document permettant de dresser un état des lieux de l’engagement des entreprises françaises dans une démarche Green IT.

Les constats chiffrés de l’engagement des entreprises françaises dans une stratégie de Green IT sont plutôt rares, chaque étude publiée réserve ainsi son lot de nouvelles informations. De la sorte, l’Alliance Green IT (AGIT) avait publié, en septembre dernier, son premier Baromètre Green IT découpé à partir de huit thématiques comprenant, entre autres, les postes de travail, les achats d’équipement et les systèmes d’impression.

Les chiffres communiqués par le document avaient alors permis de prendre note des entreprises répondant aux enjeux relatifs à chacune des thématiques abordées, et surtout de leur niveau d’engagement dans le domaine du Green IT. Le livre blanc de l’ADEME, basé sur une méthodologie et un panel différents, comporte lui aussi son lot d’informations riches d’enseignement sur ce même sujet relatif aux entreprises françaises.

En effet, intitulé « Consommation énergétique des équipements informatiques en milieu professionnel », le livre blanc dresse un double constat. Tout d’abord celui relatif à la consommation énergétique des entreprises françaises auditées pour l’étude et enfin, sur un aspect davantage Green IT, celui de l’engagement de ces mêmes structures dans leur souhait de réduire cette consommation. Ce sont ainsi cinquante entreprises hexagonales qui ont été auditées sur une période allant d’octobre 2012 à septembre 2015, pour un total de 100 000 équipements IT compris dans le champ d’analyse, dont des PC fixes et portables, des systèmes d’impression et des équipements de réseau (serveurs et routeurs), pour ne citer qu’eux.

Premier constat, la consommation de tous ces appareils représentent un total annuel de 26 800 mégawattheures (MWh), l’équivalent de celle de 10 000 ménages français. Rapporté au nombre de salariés travaillant au sein des structures étudiées, cela représente une consommation annuelle moyenne de 363 kilowattheures (kWh) pour chacun d’eux. Cependant, le livre blanc de l’ADEME est allé plus loin que la simple lecture de ces résultats. Détaillé à partir de la taille des entreprises étudiées, il a été aussi possible de déterminer la part de la consommation des équipements IT par rapport à celle totale d’une entreprise. Par exemple, quelle que soit la taille de la structure, pour le secteur des Services, la consommation des équipements IT représente 25% de leur consommation totale d’énergie, tandis que pour l’Industrie, la part tombe à 5,7%. Surtout, la consommation par type d’équipements a aussi pu être mise en avant, identifiant ainsi les principaux postes consommateurs d’énergie. En guise d’exemple, d’après l’ADEME, un PC fixe consommerait 151 kWh/an contre 86 kWh/an pour un client léger.

Crédit photo : ADEME
Crédit photo : ADEME

Outre ces détails, dans les résultats de mesure des audits, un autre dessein du livre blanc a été de montrer les manœuvres possibles permettant de réduire ces consommations et surtout, leur degré d’application par les salariés. En effet, l’ADEME avance la possibilité de réduire de 40% la consommation totale établit à 26 800 MWh, soit une réduction annuelle de 11 600 MWh.

Pour parvenir à concrétiser cette estimation, interviennent les démarches mises en place dans le cadre d’une stratégie Green IT. D’où l’analyse de la maturité Green IT effectuée pour le livre blanc, et visant à établir la manière dont la cinquantaine d’entreprises perçoit l’engagement vers un Numérique plus responsable. Pour partir sur une large analyse, celle-ci s’est focalisée sur les sept axes que sont la gouvernance, la plateforme logicielle, les nouvelles solutions, les systèmes électriques, les systèmes de climatisation, l’environnement utilisateur et la gestion de l’énergie. Pour ce dernier axe, 75% des entreprises ont pour intention la réduction de leur consommation énergétique.

Toutefois, cette volonté est à contraster puisque 80% des entreprises avouent ne pas connaître le pourcentage de la consommation énergétique de leur infrastructure IT par rapport à la totalité, rendant ainsi difficile la mise en place d’actions pertinentes sur des équipements pour lesquels des efforts de sobriété sont à prévoir.

Capture d'écran : ADEME
Capture d’écran : ADEME

Cependant, à l’échelle des salariés, certains réflexes qualifiés de bons semblent avoir pris place dans les habitudes d’utilisation des équipements IT. De ce fait, 65% d’entre eux éteindraient leur PC fixe en quittant leur poste le soir, la part montant même à 79% pour le soir précédant le début du week-end. Parmi ceux ne le faisant pas, un tiers laissent leur PC allumé car ce dernier mettrait trop de temps à s’allumer, et 10% car ils estiment que cela n’apporte pas de gain énergétique suffisant !

Afin de prolonger la démarche, l’ADEME a formulé des préconisations à partir des constats établis et ce, tant à destination des salariés que des Directeurs de Services Informatiques. Pour les premiers, l’accent est mis sur la sensibilisation aux gestes à adopter et aux paramétrages de la mise en veille des équipements IT utilisés, tandis que pour les seconds, les actions se font à un niveau plus global. L’ADEME recommande alors la mise en place de solutions d’extinction des équipements, voire même d’une coupure électrique programmée (la nuit par exemple).

De manière générale, ce livre blanc de l’ADEME a le mérite de mettre en avant la responsabilité de l’IT dans la consommation énergétique totale d’une entreprise. En effet, les différents audits menés et les exemples de progrès par la mise en place d’actions de sobriété énergétique des équipements, étayent les positions prises par l’ADEME en faveur d’une responsabilisation des outils numériques. Gageons que cela puisse convaincre plus de structures de l’intérêt de mettre en place une stratégie Green IT !

Crédit photo : http://.photobucket.com