• #Apple
  • #Facebook
  • #flop5
  • #Microsoft
  • #Samsung
  • #toshiba
  • #whatsapp

Flop 5 des entreprises high-techs aux stratégies à contre-courant !

L’actualité high-tech ne fait pas d’égard aux entreprises du secteur. Alors qu’il paraît convenable de souligner leurs efforts dans leur démarche de Responsabilité Sociétale des Entreprises, à l’inverse, il n’est pas rare, voire fréquent, de voir aussi mises en avant leurs actions moins recommandables ! Cette fois-ci, point de Top 5 mais un Flop 5 de l’actualité récente dont certaines entreprises se seraient peut-être bien passées !


Les ambitions de Toshiba dans le nucléaire

Toshiba est un conglomérat japonais dont les activités s’étendent dans l’électronique, la téléphonie, l’informatique ou encore le nucléaire. Présente à l’international, l’entreprise développe et entretient de son empire commercial dont celui de l’énergie atomique.

Cependant, depuis le début d’année, l’entreprise connaît quelques revers concernant cette branche d’activité. Aux Etats-Unis, Toshiba a enchaîné les problèmes financiers avec la dépréciation de ses actifs et le dépôt de bilan de sa filiale Westinghouse. Pourtant, le géant japonais ne souhaite pas en rester là et compte bien construire 45 nouveaux réacteurs nucléaires à travers le monde d’ici à 2030 ! Une décision allant à l’opposé des enjeux environnementaux et sociaux inhérents à l’extraction d’uranium et de ceux du traitement des déchets nucléaires sur le long terme !

Apple et ses usines prestataires embarrassantes

Deijan Zeng, c’est le nom de cet étudiant américain qui a travaillé 6 semaines dans une usine Pegatron à Shangaï, en Chine. Pegatron est un prestataire chargé de l’assemblage de l’iPhone 8 d’Apple et s’est vu dresser un portrait au vitriol par l’étudiant : journée de travail de 12h avec des pauses non payées, obligation de rester silencieux sur la chaîne de production et conditions de vie difficiles dans des dortoirs situés sur le site de l’usine, voilà les retours que l’étudiant a fait de ses « vacances scolaires ».

Pour Apple, c’est un nouveau flop dans le choix de ses prestataires. En effet, Pegatron a été sélectionné en remplacement de l’ancien fournisseur Foxconn, ce dernier avait fait scandale il y a peu pour des conditions de travail déplorables dans ses usines, le suicide de certains de ses employés et la présence d’enfants de 13 ans parmi les travailleurs sur les chaînes de production.

WhatsApp et le business de la donnée

Célèbre application de messagerie rachetée en 2014 par Facebook pour la coquette somme de 22 milliards de dollars, WhatsApp bénéficiait d’une certaine indépendance, dont celle de gérer et bénéficier seule de sa base de données utilisateurs.

Cependant, depuis l’été 2016, un changement des conditions d’utilisation de la messagerie permet à Facebook de collecter les numéros de téléphone des utilisateurs de cette dernière, ainsi que leurs informations personnelles, prétextant le développement de meilleurs outils de communications. La Commission de Hambourg de protection de données personnelles est cependant parvenue à arrêter cette pratique en Allemagne, et par la suite, c’est sa Commission homologue britannique qui a fait fléchir le géant américain. Des pays comme la France et la Belgique sont sur les rails pour faire cesser ce partage visiblement jugé incongru !

Netflix sur plusieurs fronts à la fois

Tout commence en début d’année lorsque Greenpeace publie son rapport Click Clean. Dans celui-ci, l’Organisation Non-Gouvernementale met en avant le fort impact du streaming vidéo et pointe plus particulièrement la société américaine de divertissements avec ses 30% d’énergie provenant du charbon.

Plus tard dans l’année, c’est pour la Neutralité du Net, que Reed Hastings, Directeur de la société, a opéré un revirement assez étonnant. Alors que le contexte américain semble être propice à une mise à mal de cette liberté et que l’entreprise était connue pour y être favorable, le nouveau discours tenu M. Hastings a pour le moins étonné la sphère IT. Il a, en effet, déclaré que son entreprise était maintenant de taille assez conséquente pour obtenir les accords qu’il désirait et ne considérait donc plus la Neutralité du Net comme capitale pour son activité.

Apple, Samsung et Microsoft, champions de l’obsolescence programmée

L’obsolescence programmée n’est pas un sujet neuf pour l’IT. Il n’est pas rare de voir des constructeurs IT épinglés en raison de produits difficilement réparables, voire pas du tout ! Récemment, Greenpeace et iFixit ont mis en ligne l’étude Rethink-IT dans laquelle ils ont noté la réparabilité des modèles de smartphone, tablettes et PC portables les plus vendus entre 2015 et 2017. Bilan : le Fairphone 2 obtient un 10/10 alors qu’à l’inverse, Samsung et son smartphone Galaxy S7 Edge (3/10), Microsoft et sa tablette Surface Pro 5 (1/10) et Apple avec son ordinateur portable Apple Retina Macbook 2017 (1/10), obtiennent chacun la note la plus basse de leur catégorie respective, synonyme de produits difficilement réparables et donc d’obsolescence programmée d’après les deux organismes à l’origine de l’étude.

La liste est longue et les entreprises citées ne sont assurément pas les seules concernées par ce genre de publicité. Toutefois, cela rappelle l’importance pour elles de veiller à la façon dont l’opinion publique perçoit leurs actions. À une époque où l’information bénéficie de nombreux canaux de diffusion, les entreprises ont un intérêt à considérer l’opinion de leurs consommateurs afin d’élaborer des stratégies de Responsabilité Sociétale ambitieuses et à l’écoute de leurs parties prenantes !