• #Ethique
  • #ia
  • #Innovation
  • #R&D
  • #transitionecologique

France et Intelligence Artificielle : le mariage de raison

Le 28 mars, Cédric Villani restituait son rapport sur l’Intelligence Artificielle (IA). Ecologie, éthique, éducation, recherche, le député y aborde de nombreux sujets relatifs à ce thème high-tech brûlant. Dès le lendemain, le président français, Emmanuel Macron, faisait part des mesures que prendra la France dans ce domaine durant son quinquennat. Focus sur les intentions du gouvernement français concernant l’IA.

La stratégie de la France dans la recherche sur l’IA ou l’art de partir à point

Donner un sens à l’IA, voilà le titre choisi par Cédric Villani, mathématicien et député de l’Essonne, pour le rapport qu’il a rendu ce 28 mars au Premier ministre Edouard Philippe. Le document dresse la feuille de route de la France autour de l’IA. En effet, le gouvernement souhaite prendre le train de la recherche dans ce secteur, afin de tenter de rattraper l’avance prise par les Etats-Unis et l’Asie.

Le rapport évoque, par exemple, la nécessité de s’attarder sur l’IA appliquée à la santé, l’agriculture, le transport ou encore la sécurité, le tout sous le prisme de l’innovation. Encore récemment, nous abordions l’application de ce pan du high-tech à la fonction RH des entreprises, et il est vrai que ses applications sont nombreuses. Pour le secteur agricole, cela passerait, entre autres, par le développement des soutiens favorisant le développement de la robotique et des capteurs agricoles, ou pour le Transport, par l’autorisation de la circulation des véhicules autonomes en Europe.

L’éthique et l’écologie font entendre leur voix

Au-delà des multiples secteurs auxquels l’IA peut s’appliquer, le rapport a mentionné deux sujets dont l’éthique. En effet, le développement de l’IA s’accompagne généralement d’un débat autour de ses enjeux sur le sujet, que nous avions traité lors d’une précédente infographie. Dans le cadre du rapport, la mise en place de systèmes d’audit de l’IA et une gouvernance spécifique relative à son éthique sont recommandées.

L’autre sujet abordé par le rapport est l’écologie. Il mentionne la possibilité pour la France de prendre la tête dans l’étude des impacts de l’IA à travers les Objectifs de Développement Durable (ODD) de l’ONU ou encore des opportunités qu’elle augurerait pour les atteindre plus rapidement. Sur un autre aspect, il serait également question de se donner les possibilités d’accompagner le verdissement de la chaîne de valeurs des datacenters grâce à cette technologie.

Crédit photo : De gauche à droite, Cédric Villani, député de l’Essonne, Mouhnir Mahjoubi, Secrétaire d’Etat en charge du Numérique et Edouard Philippe, Premier Ministre

Dès le lendemain de la restitution du rapport, Emmanuel Macron confirmait les trois grandes lignes de ce dernier que sont la recherche, les données et l’éthique. Il a aussi annoncé une enveloppe de 1,5 milliard d’euros de crédit publics qui seront accordés durant son quinquennat, pour des appels à projets et le lancement de startups dans le domaine de l’IA.

Les géants américains et asiatiques prêtent main forte

L’objectif visé par l’Exécutif est d’attirer les meilleurs chercheurs mondiaux afin de donner ses lettres de noblesse à la France dans le domaine de l’IA. Chose pour laquelle le pays n’a pas à rougir puisque certains géants de l’IT ont récemment annoncé leur implantation  sur le territoire. Ainsi, Facebook, Google, Samsung, Fujitsu ou encore IBM, s’installeront sous peu en France. Trois des géants implanteront d’ailleurs leurs laboratoires au sein du pôle scientifique et technologique Paris-Saclay, l’équivalent français de la Silicon Valley.

Les prochaines années pourraient  être celles de l’avancée de la France dans le domaine de l’IA. Bien que les récentes annonces n’excluent pas la présence des géants américains et asiatiques déjà en place, reste à espérer que les chercheurs français ne déserteront pas les laboratoires hexagonaux au profit de ceux des entreprises étrangères !

Aymeric De Wispelaere

Crédit photo : CNBC