Google et Facebook en ont rêvé, Veniam l’a fait !

João Barros est un chef d’entreprise concrétisant ce que Google et Facebook préparent depuis quelques années. Une approche tout à fait inverse que l’entrepreneur portugais a mis en place, les faits sont là : cela fonctionne !

Basée au cœur de la Silicon Valley, la start-up créée par João Barros génère une nouvelle dynamique de l’IT dans l’accessibilité gratuite à Internet. En effet, grâce son entreprise, Veniam, les habitants de Porto bénéficient depuis septembre dernier d’une connexion libre à la Toile partout dans la ville. Initialement dans son laboratoire de Porto puis ensuite de l’autre côté de l’Atlantique, dans la très dynamique Silicon Valley où il a fondé son entreprise, João Barros a développé son projet qui est maintenant en pleine phase de concrétisation.

Contrairement à Google et Facebook, eux aussi sur le coup avec des projets en développement, l’atout de Veniam est de proposer une action à une échelle plus locale (une ville) et non planétaire (pour mieux connaître les projets des 2 géants de l’IT, cf. articles précédent ici et ici ). Ici, pas de ballons dans la stratosphère ou de drones mais des boîtiers installés sur des véhicules !

En effet, pour rendre cette accessibilité possible, l’entreprise a équipé quasiment 600 véhicules (400 bus publics, 150 taxis et 30 camions-poubelles) de la ville de petits boîtiers contenant chacune un ordinateur et une antenne. Servant ainsi autant d’émetteurs que de récepteurs, ces petites boîtes, en communiquant entre elles, permettent d’étendre le réseau Wi-Fi dans les rues de la ville et ce, sans interruption. De plus, le maillage a aussi vocation à recueillir en temps réel des données telles que la pollution, la température voire même la vitesse de la voiture, en clair de l’open data pouvant bénéficier à des applications comme Plume Labs (cf. précédent article ici ).

Avec une première levée de fonds, fin de l’année dernière, lui ayant permis de dégager 4,9 millions de dollars (soit près de 4,5 millions d’euros), Veniam se voit bien développer son projet en dehors de Porto, pour l’heure son « labo vivant ». Aujourd’hui, seule Barcelone semble être sur la liste des prochaines villes équipées. Toutefois, avec une implantation aux États-Unis, le champ des possibles s’étend pour la start-up !

Bienvenue dans l’ère de l’ Internet of moving things !

Sources :
© http://www.wedemain.fr/Wi-Fi-libre-et-gratuit-pour-toute-une-ville-le-pari-reussi-de-Joao-Barros_a1155.html
© http://www.citylab.com/tech/2014/12/the-start-up-that-wants-to-turn-your-city-into-one-big-wifi-hotspot/383286/