• #Bilan
  • #Green-IT

Green IT : quel bilan pour l’année 2015 ?

L’approche des fêtes est souvent l’occasion de faire un bilan de l’année écoulée. Pour l’EcoGuide IT, c’est l’opportunité de revenir sur les actions du secteur IT pour la réduction des impacts sociaux et environnementaux.

Les problématiques d’épuisement des ressources naturelles, des conditions de travail sur la chaîne de production, ou du réchauffement climatique avec l’impact des émissions de Gaz à Effet de Serre, sont autant d’indicateurs qui poussent les entreprises de l’IT ainsi que les particuliers à agir.

En effet, depuis le 13 août 2015, l’humanité vit à crédit sur les ressources de la planète (cf : L’humanté à crédit sur les ressources naturelles), la terre est exsangue et chaque année de plus en plus tôt. Bilan d’une année riche en prise de conscience et zoom sur les actions Green IT qui ont marqué les esprits.

 Un investissement toujours plus marqué des entreprises IT …

On a constaté cette année un engouement certain des entreprises IT pour les énergies renouvelables. Suivi stratégique de la tendance COP 21 ou volonté de se mobiliser, les engagements sont réels.

Parmi les acteurs IT déjà engagés dans l’utilisation des énergies renouvelables, on trouve Google, Apple, Microsoft avec Bill Gates, mais aussi Facebook. Ces derniers travaillent tous à la création de centres de données durables, entendez par là, des centres fonctionnant à 100% avec des énergies renouvelables. En effet, les datacenters sont des équipements énergivores ce qui en fait une priorité pour ces entreprises. À côté de cela, les firmes IT s’engagent également de plus en plus à réduire leurs émissions de CO2 en dotant leurs sites de production et leurs bureaux d’énergies propres.

Apple a d’ailleurs, pour ses sites de production en Chine, pris la décision d’investir dans deux programmes de réduction des GES à hauteur de 20 millions de tonnes d’ici à 2020 ! Un projet ambitieux mais pertinent, la Chine étant l’un des plus gros émetteur de GES au monde.

En marge de la COP 21, cet engouement s’est élargi grâce à la démarche RE100. Celle-ci regroupe à l’heure actuelle plus de 50 grands groupes dont les entreprises IT précitées et bien d’autres encore. Leur action simultanée pourrait bien, selon Emily Farmworth directrice de la campagne RE100, permettre de limiter le réchauffement climatique en dessous des 2°.

écapitaux-propres-300x198

 … prouvé par des classements plus favorables à l’IT

En 2015, deux rapports ont mis en avant l’investissement des entreprises de l’High Tech dans les énergies vertes. L’Agence Américaine de Protection de l’Environnement a réalisé un classement des 30 entreprises de technologies et télécoms qui s’investissent le plus. On y retrouve Google, Dell mais aussi Intel.

De même, le rapport « Clicking Clean » de Greenpeace, met l’accent sur le comportement éco-responsable du secteur de l’informatique. Un comportement défini sur des critères d’efficacité énergétique des produits, d’engagement des marques dans les énergies renouvelables et, encore plus généralement, de la communication des entreprises IT à ce propos.  Des progrès sont réalisés même si certaines entreprises en sont encore loin, comme Amazon qui a été critiqué pour son manque de transparence, un problème récurrent dans le secteur.

Le Green IT de plus présent en plus présent dans les évènements High Tech 

Les enjeux de l’IT sont connus : l’impact sur les ressources disponibles, les consommations d’énergie, les effets des pollutions de l’industrie sur les populations environnantes et la dégradation du paysage, etc.

La place grandissante du Green IT, au sein des événements clés du secteur de l’IT, montre une prise de conscience générale et surtout une volonté d’agir sur ces enjeux. On a ainsi pu remarquer un grand nombre de rendez-vous ou le Green IT a tenu un rôle.

On a notamment pu constater lors de La Social Good Week, des projets pour un IT social et solidaire.

Mais également, au cours du Mobile film festival, avec cette année une thématique « Act on climate change » afin de sensibiliser au réchauffement climatique. Il n’est pas rare de voir le milieu artistique s’investir dans des initiatives responsables. Le principe ici était d’utiliser son Smartphone pour filmer un film d’une minute, illustrant le concept du changement climatique.

De même, au Mobile World Congress (MWC), où étaient présentés les nouveaux mobiles de l’année. De plus en plus de modèle responsables, on fait leur apparition, démontrant l’implication des marques pour un IT plus green.

La liste est longue et bien d’autres événements ont été sensibilisés en 2015, retrouvez-les sur l’EcoGuide IT http://www.ecoguide-it.com/fr/news/ .

Le made in France revient !  

Du côté du made in France cette fois ci, le principal représentant de l’High Tech durable, pourrait bien être la French Tech qui  regroupe des start-ups qui s’investissent dans le Green IT. Mais cela ne s’arrête pas là, de plus en plus d’entreprises françaises se spécialisent dans l’IT durable comme Bleu Jour, Runcible, etc. Un très bon point pour le Green IT, lorsque l’on sait que le retour au Made In France  permet de réduire les impacts négatifs liés au transport des produits, à savoir les émissions de GES, tout en favorisant l’emploi sur le territoire français !

 Des labels en faveur d’un IT plus responsable

Enfin, cette année encore, des labels se sont mobilisés et ont renouvelés leurs engagements en faveur d’un IT responsable.

A commencer par  le label TCO garantissant le respect de critères environnementaux au sein de la fabrication du device. Ce dernier, a, en 2015, mis à jour son référentiel en mettant l’accent sur les substances à bannir de nos appareils électroniques. Il permet, de cette manière, de mieux prendre en compte leurs impacts environnementaux et d’offrir aux marques High Tech des moyens d’actions.

Autre point marquant du côté des labels, RCube.org, la fédération des acteurs du réemploi a créé cette année le label « Mobile certifié reconditionné » afin de garantir aux consommateurs la qualité du produit remis en état. Si l’achat de produit reconditionné en est encore à ses débuts, son développement revêt des enjeux environnementaux importants.

Les produits reconditionnés permettent, notamment, d’économiser les ressources et l’énergie dépensées durant la phase de fabrication des appareils électroniques, cette dernière étant l’une des phases les plus impactantes d’un point de vue environnementale. L’initiative de la fédération RCube est encourageante, nous espérons qu’elle ouvrira de nouvelles perspectives au marché des produits reconditionnés.

Une année 2015 haute en couleur donc durant laquelle la prise de conscience et les démarches Green IT se sont intensifiées, de belles promesses pour l’avenir et un cap à tenir pour 2016 !