Intel et SGI collaborent pour développer un système de refroidissement en immersion pour les serveurs

Intel et SGI sont en train de tester un superordinateur qui serait conservé au frais en submergeant complètement les parties électroniques dans un liquide. Ce système pourrait, à leur sens, considérablement réduire les factures énergétiques des data centers.

Le fluide en question développé par 3M (appelé Novec) est un liquide dit diélectrique, c’est-à-dire que l’électronique peut y être immergée en continu sans cesser de fonctionner normalement. Ce procédé est déjà utilisé dans les systèmes d’extinction des incendies, et Intel et SGI sont en train de tester sa viabilité en tant que système de refroidissement plus efficace pour les ordinateurs. Si les recherches aboutissent, les deux entreprises espèrent que ce nouveau système permettra de remplacer les ventilateurs et éliminer la nécessité d’utiliser des tonnes d’eau municipale pour refroidir les data centers.

L’idée derrière ce concept est en effet semblable à mettre une carte mère sur de la glace. Le fluide Novec entoure le matériel et en absorbe la chaleur tout en gardant les composants à une température constante. Cette trouvaille pourrait résoudre un gros problème: celui des entreprises qui ont besoin de réduire leurs factures d’énergie alors même qu’ils achètent des ordinateurs plus puissants. Mais à tout avantage son inconvénient, cette solution pourrait aussi sonner le glas des serveurs et modèles de carte mère actuellement en place.

Pour Michael Patterson, architecte thermique pour Intel, cette technologie a le potentiel de réduire la facture énergétique des data centers de plus de 90%. Mais il y a plusieurs défis à réaliser après cela, y compris la nécessité de concevoir de nouvelles cartes mères, de nouveaux câbles et de nouveaux serveurs. Alors que le chemin vers la refonte des serveurs – et donc des data centers – s’annonce relativement difficile et périlleux, SGI déclare d’ores et déjà que des clients sont prêts à essayer cette technologie.

Si le projet aboutit, cette découverte ouvrira un tout nouvel horizon pour des data centers plus verts et éco-efficients. Reste à analyser l’impact de l’ensemble du cycle de vie de ce fluide – de sa fabrication jusqu’à la gestion de sa fin de vie – pour évaluer le potentiel Green IT de cette innovation.

Source: © Computerworld / Solutions.3m.com