ISO 50001 : une certification pour un meilleur management de l’énergie

Depuis 2011, les organisations qui le souhaitent ont à leur disposition la certification ISO 50001 leur permettant de mettre en place un système de management visant à améliorer leur performance énergétique. Dans le secteur de l’IT, la société Interxion a obtenu la certification pour son datacenter PAR7 de La Courneuve (93) en fin d’année 2014.

L’Organisation internationale de normalisation (ou ISO ) est une organisation à but non-lucratif rassemblant les organismes nationaux de normalisation de 163 pays. Elle est à l’origine de la publication de normes très connues dans le monde de l’entreprise telles que l’ISO 9001 pour le management de la qualité, l’ISO 14001 pour le management environnemental ou bien l’ISO 26000 pour la Responsabilité Sociétale. Reposant sur une approche volontaire, les normes ISO se fondent sur la mise en place d’un système d’amélioration continue, le « Plan, Do, Check, Act » (PDCA) popularisé par un statisticien, William Edwards Deming, dans les années 50.

En 2011, l’Organisation a publié une nouvelle norme, l’ISO 50001, toujours fondée sur le PDCA et proposant aux entreprises un modèle de management de l’énergie. D’après l’organisation, « l’ISO 50001:2011 définit un cadre d’exigences pour que les organismes puissent :
• Élaborer une politique pour une utilisation plus efficace de l’énergie ;
• Fixer des cibles et des objectifs pour mettre en œuvre la politique ;
• S’appuyer sur des données pour mieux cerner l’usage et la consommation énergétique et prendre des décisions relatives ;
• Mesurer les résultats ;
• Examiner l’efficacité de la politique ;
• Améliorer en continu le management de l’énergie. ».

En France, c’est le groupe AFNOR qui est l’organisme certificateur des entreprises qui appliquent les normes ISO à leur gestion. Suite à une étude publiée par le groupe en novembre dernier et disponible gratuitement, Nour Ndiab et Béatrice Poirier, respectivement Chef de projet Afnor Energies et Chef de produit ISO 50001 d’Afnor Certification, ont mis en avant les bénéfices opérationnels et financiers de la norme. Elles ont déduit de cette étude que depuis 2011, les entreprises certifiées ISO 50001 auraient réduit en moyenne de 10% leur facture énergétique et que ce taux pouvait atteindre un maximum de 25%. Elles informent également que dans 61% des entreprises certifiées, le temps de retour sur investissement est de 2ans, avec la possibilité de réduire la durée via une prime supplémentaire attribuée grâce à la certification ISO 50001 dans le cadre des Certificats d’Economies d’Energie (CEE) (prime supérieure à 10% du montant de l’investissement de départ).

Dans le secteur de l’IT, c’est la société pan-européenne Interxion qui a sauté le pas et est parvenue à faire certifier son datacenter PAR7 installé à La Courneuve (93) en fin d’année dernière. Engagée dans une politique de développement durable proactive, Interxion n’en est pas à ses premiers engagements responsables. En autres actions, en 2008 la société avait fait végétaliser le toit d’un de ses datacenters de la région parisienne permettant ainsi d’appliquer une isolation thermique des toitures alliée à un système de fixation naturelle d’une partie de la pollution atmosphérique environnante. Notons d’ailleurs qu’elle est déjà « accoutumée » aux certifications ISO puisqu’elle est également certifiée ISO 27001, norme relative au management de la sécurité et de l’information.

À l’heure où en France, EDF fait peser une menace de hausse forte de l’électricité pour les structures dont les raccordements au réseau nécessitent une puissance supérieure à 36kVA (kelwatt) (cf. article ), ces structures concernées dont les exploitants de datacenters font partie, ont tout intérêt à prendre les devants pour réduire leur consommation électrique. La norme ISO 50001 peut donc représenter une solution viable.

Sans avoir mentionné des raisons de sobriété énergétique, la société britannique Telecity a fait part de son souhait de fusionner avec son principal concurrent européen … Interxion. Même si la raison invoquée par le britannique est plus une logique de coût (optimisation de ceux-ci pour les infrastructures), le rachat de cette société lui permettrait de bénéficier du savoir-faire de cette dernière dans le management efficient de l’énergie.

Sources :
© http://www.interxion.com/fr/-propos-dinterxion/actualites/le-data-center-par7-dinterxion-obtient-la-certification-iso-50001/
© http://www.cloudmagazine.fr/actualites/le-data-center-par7-dinterxion-obtient-la-certification-iso-50001-5117
© http://www.greenit.fr/article/energie/le-data-center-par7-d-interxion-certifie-iso-50001-5441#comments
© http://www.actu-environnement.com/ae/news/avis-expert-afnor-benefices-certification-iso-50001-23771.php4
© http://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/mises-en-oeuvre-systeme-management-energie-selon-iso50001-8122.pdf
© http://www.iso.org/iso/fr/home/about/about_governance.htm
© http://www.finyear.com/Interxion-vegetalise-le-toit-de-son-data-center-Paris-3_a6104.html
© http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-telecity-propose-2-2-md$-pour-acquerir-interxion-60211.html