L’IoT : quel impact environnemental ?

L’Internet of Things (IoT) est souvent considéré comme la nouvelle révolution technologique après Internet, or qu’en est-il de la maitrise de ses impacts énergétiques, environnementaux et sociaux ?

En effet, tout comme la bureautique, le stockage ou les télécommunications classiques, les objets connectés vont modifier les usages et pratiques mais également entrainer une hausse des consommations d’énergie et des matières. Avec les devices classiques, la prise de conscience a été lente et l’impact du numérique a fortement impacté l’environnement et le social avant d’être pris en considération. L’épuisement de matières premières comme le silicium ou le tantale, la naissance de conflits autour des minerais ou encore les conditions de travail des salariés sont des conséquences de la croissance fulgurante du numérique.

A l’heure actuelle, les constructeurs IT font preuve d’un engagement croissant pour la réduction de leurs impacts, en étant plus transparents et plus responsables concernant leurs actions sociales, énergétiques et environnementales. Les efforts réalisés pour limiter les impacts d’un produit tout au long de son cycle de vie sont en hausse. Ceci est notamment visible à travers l’obtention des labellisations (cf article ) mais également la publication des éco-déclarations des produits fournies par les constructeurs, l’éco-déclaration étant une fiche présentant les aspects environnementaux du produit. Les données issues de ces documents permettent de mesurer les efforts d’un constructeur IT sur l’éco-conception de son produit, le respect des réglementations sur les substances dangereuses, le recyclage … Des éléments d’information précieux et néanmoins relativement récents pour les constructeurs de devices classiques.

Les objets connectés, que le cabinet d’analystes Gartner estime à environ 30 milliards d’ici à 2020, ne font pas l’objet des mêmes préoccupations et leur fabrication, leur utilisation et surtout leur fin de vie ne sont pas suffisamment prises en considération par les entreprises. Très peu voir aucune information environnementale n’existe pour l’IoT. A croire que nous renouvelons l’erreur commise avec les équipements précédents.

Dommage car la hausse des consommations d’énergie sera considérable avec les objets connectés ! Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), les nouvelles technologies représentent une perte d’argent non négligeable pour les consommateurs. Cette perte est principalement due au gaspillage d’énergie lorsque nos appareils sont en mode veille. A tords, les utilisateurs ont tendance à croire qu’un appareil en veille possède une consommation quasi voir complètement nulle. Or, ces dispositifs chez les objets connectés peuvent consommer presque autant d’énergie en veille que lorsqu’ils sont actifs … Pour agir contre ce gaspillage d’énergie, les utilisateurs doivent être impliqués dans des démarches de réduction d’impacts. Pour cela, il est nécessaire d’informer les consommateurs sur les règles d’utilisations et les bonnes pratiques d’une consommation responsable.

De la même manière, il existe une certaine appréhension concernant la protection des données personnelles (cf article ), problématique d’ores et déjà développée avec l’arrivée d’internet mais amplifiée par les IoT.

Avec l’arrivée massive des objets connectés, un nombre important d’informations vont être récoltées. Le traitement et la sécurité de ces données représentent un défi pour l’IoT.
Des objets connectés en tout genre apparaissent dans notre quotidien, allant de la TV, à la voiture, aux stylos ou encore aux chaussettes… etc. Google, qui a développé les Google Glass, se penche déjà sur la création de lentilles de contact nous permettant d’enregistrer et de sauvegarder notre vie quotidienne. Ces données pourraient être envoyées aux entreprises afin de mieux connaître leurs clients, ou encore aux employeurs pour surveiller leurs employés. L’IoT se doit de poser certaines limites quant au respect de la vie privée, afin de préserver une certaine éthique.

Si les objets connectés apportent des solutions aux problématiques environnementales, (comme ceux proposés par notre Ecoguide dans un précédent article ). L’Internet of Things doit évoluer en prenant en considération les enjeux environnementaux, énergétiques et sociaux qu’il génère. L’IoT est une opportunité de développer de nouveaux produits, de nouveaux services. Les objets connectés sont notre avenir, rendons le plus responsable !

Sources :
© https://www.aruco.com/2014/12/objets-connectes-environnement/
© http://up-magazine.info/index.php/objets-connectes/3899-internet-des-objets-apprendre-a-gerer-les-effets-collateraux
© http://www.computerworld.com/article/2893724/iots-dark-side-hundreds-of-unsecured-devices-open-to-attack.html
© http://www.computerworld.com/article/2878676/be-the-climate-change.html
© http://www.computerworld.com.au/article/561064/hidden-environmental-cost-internet-things/
© http://www.murielle-cahen.com/publications/donnees.asp
© http://www.computerworld.com/article/2893724/iots-dark-side-hundreds-of-unsecured-devices-open-to-attack.html
© http://www.weka.fr/actualite/developpement-durable/article/objets-connectes-pour-mieux-gerer-la-ville-demain/
© http://www.computerworld.com/category/emerging-technology/