L’Open Forum Responsible ICT 2013

L’Equipe Ecoguide s’est rendue le 3 décembre dernier à l’Open Forum Responsible ICT, événement réunissant à la fois des experts du Green IT et des professionnels soucieux de leur impact sur l’environnement.

Nous vous proposons donc un petit aperçu des idées clés développées ce jour là.

Du côté du Green(er) IT, comme nous avons déjà pu le développer dans nos actualités les différents impacts sociaux et environnementaux qu’ont les technologies de l’information et de la communication (TIC) transparaissent. De l’extraction des minerais dans des zones de conflit, à leur fin de vie dans les déchetteries à ciel ouvert en passant par leur fabrication dans des conditions inhumaines, les conséquences néfastes sur la société et l’environnement ne sont pas en reste. Notion importante précisée alors, ces impacts environnementaux se situent pour 80% au moment de leur production ou fin de vie.

En outre, de ces tristes constatations ont été retenues trois approches pour améliorer la performance Développement Durable des TIC:
– Étendre la durée de vie des produits (et ainsi lutter contre l’obsolescence programmée)
– Réduire leur utilisation
– Réduire leur consommation électrique

En ce qui concerne la mise en place de démarches éco-responsables dans les services numériques/en ligne, l’idée principale dégagée lors de ce forum est la nécessité d’inclure d’avantage les utilisateurs dans le processus et de les éduquer à une meilleure utilisation de ces outils. Puisque possesseurs des produits, les informer sur les impacts environnementaux et sociaux de leurs habitudes de consommation peut aider à amorcer le processus à plus grande échelle et donc d’en multiplier les effets bénéfiques.

Les idées foisonnent également dans ce sens du côté des développeurs : indicateurs sur les sites stipulant leur consommation énergétique, outils indiquant l’impact environnemental du terminal avec le nombre d’applications ouvertes, référencement environnemental des produits… Le tout reste à savoir si les consommateurs sont, dans les faits, véritablement prêts à connaître ce genre de données et surtout s’ils changeront leur comportement.

Cette sensibilisation permettrait, par ailleurs, de revenir à une « Sobriété Heureuse » – référence à l’ouvrage de Pierre Rabhi – de l’utilisation des nouvelles technologies. En effet, concevoir des logiciels qui répondraient simplement aux besoins réels des consommateurs, sans ajouter de fonctions superflues, serait un second point d’action Green IT largement considéré.

Enfin, intégrer des démarches Développement Durable est annoncer comme levier pour accroître sa compétitivité. Pour les data centers dont les coûts énergétiques représentent environ 80% de leur facture annuelle, produire sa propre énergie renouvelable est donc un levier de performance et d’économies structurelles non négligeables. Du côté des développeurs et des fournisseurs d’accès, le positionnement « Green » est porteur de forte valeur ajoutée en termes d’image pour les clients.

Pour conclure, cette conférence s’est avérée très enrichissante pour toute personne et toute entreprise désirant connaître les tenants et les aboutissants du Green IT et de l’éco-conception des services à l’heure actuelle. L’événement a appuyé l’intérêt réel des entreprises et de la société pour le sujet, la progression mais également le chemin qu’il reste encore à parcourir.

Source : © Open Forum Responsible ICT