La collecte et le recyclage des équipements IT en 2014 toujours insuffisants

Les équipements IT font partie des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) de catégories 3 et 4. Bien qu’ils regroupent un certain nombre d’enjeux sociétaux, force est de constater que les acteurs du marché de l’IT peinent à prendre en compte la nécessité de leur collecte et de leur recyclage.

La réglementation est la première à intervenir et elle définit la mise en œuvre de la collecte et du recyclage des DEEE. En effet, elle oblige les producteurs, c’est-à-dire les fabricants à prendre en charge la fin de vie de leurs produits. Elle souligne aussi « la responsabilité morale et d’image » des utilisateurs finaux que sont les entreprises et administrations.

Autre acteur intervenant dans ce processus, Ecologic qui est l’organisme dédié à la collecte et au recyclage des DEEE de catégories 3 et 4. Sur son site l’organisme tente d’ailleurs d’inciter les acteurs à recycler les déchets électroniques, via la mise en avant de bonnes pratiques et la mise à disposition d’une cartographie des points de collecte. Ce dernier a également réalisé une foire à questions sur le sujet des DEEE disponibles ici .

Cependant malgré la réglementation en vigueur et les actions de l’organisme de collecte, les déchets électriques et électroniques ne sont aujourd’hui que trop peu recyclés par rapport au nombre mis sur le marché. Leur recyclage bien qu’encadré est encore trop faible, puisque d’après l’étude 2014 des Nations Unies, sur les 42 milliards de kilos de DEEE seul 15% (6,5 millions de tonnes) ont été collecté et recyclé !

Un constat préoccupant bien qu’il soit pourtant reconnu que certains des matériaux utilisés à la fabrication d’un smartphone ou d’un ordinateur sont de grande valeur (environnementalement et économiquement parlant). Nos appareils électroniques contiennent, par exemple, de l’or, de l’argent, du cuivre ou encore du silicium. Ces composants sont rares, leurs ressources sont limitées, l’enjeu de leur revalorisation est donc primordial. D’un point de vue durable, il serait nécessaire que la revalorisation et le recyclage des produits IT soient intégrés par les acteurs du marché, or cette prise de conscience est loin d’être systématique.

Toujours concernant la conception des équipements IT et au-delà de la valeur de certains éléments, nos appareils électroniques renferment des composants dont la dangerosité pour la santé et pour l’environnement est avérée. Il s’agit par exemple du mercure, des Retardateurs de flamme Halogénés ou encore du cadmium. La nocivité de ces substances fait de leur collecte, traitement et recyclage une priorité. La limitation de ces substances dangereuses oblige les producteurs à faire des efforts en matière d’éco-conception et est notamment définie au travers de la directive 2011/65/UE dite ROHS .

Il faut néanmoins reconnaître que le secteur de l’IT se responsabilise de plus en plus. Les constructeurs IT tendent à préserver les ressources naturelles nécessaires à leur activité, mais aussi développer de nouvelles techniques, innover afin de reposer leur production sur de nouvelles ressources. C’est le concept même d’éco-conception, représentation qui s’ancre progressivement chez les géants de l’IT bien que la route soit encore longue pour parler d’acteurs responsables !

Le recyclage et la réutilisation des composants est bien sûr l’une des réponses durables aussi bien au problème d’épuisement des matières qu’à la préservation de l’environnement, il ne faut cependant pas oublier que pour pallier au nombre croissant de DEEE, la réponse est aussi dans l’utilisation faite des devices et autres appareils numériques ! Les durées d’utilisation des équipements IT est faible, notamment dans la mobilité, en général un ou deux ans. Principalement mis en en cause, la durée de vie limitée des composants et le push marketing qui favorise un renouvellement rapide des modèles chaque année, rendant ainsi « obsolète » les équipements IT quasi-instantanément.

La collecte et le recyclage des DEEE offre aujourd’hui un constat alarmant. Si les opérations en faveur de ce dispositif se multiplient et si les acteurs du secteur tendent à prendre en compte ces notions, il reste néanmoins une très grande marge de progression d’actions significatives à mener.

Sources :
© http://www.ecologic-france.com/les-deee/deee-responsabilite-elargie-producteur/6627-les-eco-organismes-au-centre-de-la-filiere-deee.html
© http://www.greenit.fr/article/materiel/dechets-electroniques-vers-un-nouveau-record-mondial-5479#comments
© http://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-22851-faq-deee.pdf