• #datacenters
  • #gafam
  • #intelligenceartificielle

La France, terre d’accueil des GAFAM ?

Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft (GAFAM) étendent leur influence au-delà des frontières américaines et notamment en Europe. Face aux multiples solutions proposées par ces entreprises, le vieux continent tenter d’instaurer une règlementation pour en tirer le bon et adopter une position visant à mieux les encadrer. En France, les investissements dans l’Intelligence Artificielle (IA), l’installation de datacenters et les partenariats avec des institutions publiques, font des GAFAM une source d’activité dans le secteur Numérique. Mais qui en bénéficie le plus ? L’équipe EcoGuide IT s’est penchée sur la question.

Des GAFAM bien implantés en Europe

Les sujets d’actualité IT gravitent autour des innovations technologiques et des entreprises qui en sont à l’origine, avec bien sûr au premier plan : les GAFAM. En deux décennies à peine, ces géants américains sont parvenus à passer du statut de startup, à celui de géants du Web. Le continent européen n’échappe pas à leur influence. En 2015, 15 millions de Français se sont rendus chaque mois sur la plateforme Amazon.com et en 2017, Facebook comptait plus de 350 millions d’utilisateurs actifs mensuels en Europe.

En 2017, Facebook comptabilisait 26 millions d’utilisateurs en France dont 22 millions actifs quotidiennement sur le réseau social. Source : www.blogdumoderateur.com

Prochainement, Amazon et Microsoft ouvriront des datacenters en France afin d’améliorer leurs services Cloud respectifs, et se conformer à la législation européenne, notamment vis-à-vis de la protection des données. Pour rappel, l’Union Européenne se prépare à la mise en vigueur du Règlement Général de Protection des Données (RGPD) le 25 mai prochain.

Les GAFAM investissent en France pour étendre leurs activités

Ces installations sont-elles bénéfiques à notre économie ? Alors qu’Amazon vient d’annoncer la création de 2000 emplois en France, l’attrait pour notre territoire réside davantage dans l’amélioration de services déjà existants. Parmi les entreprises françaises, 80% de celles cotées en bourse et présentes dans le CAC40 utilisent les services d’Amazon Web Services (AWS), la branche Cloud d’Amazon. L’arrivée de datacenters plus proches géographiquement permettra de fournir un accès plus rapide aux sites Internet, applications mobiles ou services Saas, avec des délais de latence amoindris.

Sur un autre aspect, Google et Facebook sont certainement celles qui investissent le plus dans l’Intelligence Artificielle (IA). Suite à l’implantation en 2015, en France, de son premier centre de recherche européen consacré à l’IA, Facebook a annoncé fin janvier vouloir investir 10 millions d’euros afin de développer ce secteur de Recherche. Cet argent investit sera consacré au laboratoire qui verra ses effectifs doublés. L’objectif est de mettre en place un écosystème ouvert d’entreprises qui bénéficiera de serveurs dédiés aux recherches (dont le coût d’acquisition est onéreux) et de partenariats avec des universités françaises en vue de financer des bourses d’études, d’excellence et des doctorats.

Crédit photo : Siècle Digital

Facebook compte également, comme Google et Microsoft avant elle, lancer des formations aux outils numériques. Ces dernières se destineront, jusqu’en 2019, à 65 000 Français, dont 50 000 chômeurs de longue durée et 15 000 femmes s’étant lancées dans l’entrepreneuriat.

Cependant, à l’ère de la Donnée-Reine, la question de la place grandissante des GAFAM dans notre quotidien se pose. À l’heure où le RGPD entend remettre de l’ordre dans la protection des données des citoyens européens, ne serait-il pas aussi temps de se poser les bonnes questions sur l’importance que nous sommes prêts à donner à ces entreprises ? Sans verser dans un protectionnisme numérique, les alternatives aux GAFAM existent et pourraient permettre de préserver notre souveraineté européenne.

Véritable sujet de l’évolution numérique de nos sociétés, nous ne manquerons pas de clarifier cette situation dans un article à paraître très prochainement dans l’EcoGuide IT !

Aymeric De Wispelaere