La qualité de l’air dans le viseur de l’IT for Green !

Mises à disposition des particuliers sur Internet, des bases de données sont une source d’information clef pour les particuliers et les professionnels. Certaines permettent même d’évaluer la qualité de l’air de votre ville. En effet, avec l’avènement du Big Data, l’initiative va jusqu’à s’immiscer dans votre smartphone pour mieux vous tenir informé ! Focus sur cet outil IT for Green.

Peut-être êtes-vous un(e) habitué(e) d’ Airparif ou d’ ATMO lorsque vous voulez jauger la qualité de l’air de votre ville. En tout cas force est de constater que les applications mobiles ne sont pas légions dans le domaine. En effet, en termes de mobilité, Airparif et ATMO se limitent à une version web optimisée pour les mobiles pour le premier, et à une application limitée à la région Aquitaine pour le second.

Heureusement, depuis l’année dernière une start-up parisienne cherche à remédier à cela. Baptisée Plume Labs , cette entreprise propose un site Internet ainsi qu’une application, permettant de s’informer de la pollution atmosphérique de 10 villes françaises (Paris, Bordeaux, Lyon, etc.) et de 60 ailleurs dans le monde (Londres, Shanghai, New-York, etc.). À l’origine du projet, ce sont deux ingénieurs français, Romain Lacombe et David Lissmyr, qui décident de lancer un site web permettant de suivre la qualité de l’air en direct dans les villes (si celles-ci sont couvertes par Plume Labs). Le but : se tenir informé des moments propices pour sortir se balader dans un parc urbain, faire son footing ou boire un café en terrasse après le bureau et ce, grâce à des prévisions de 24h maximum.

Profitant d’un gain de popularité lors du pic de pollution de l’année dernière où Paris fut la ville la plus polluée du monde pendant quelques jours, la start-up parisienne a pu développer son outil afin de proposer depuis mai 2015 une application disponible sur AppStore (uniquement). Grâce à l’outil, il est possible d’être tenu informé en temps réel de la pollution atmosphérique et plus spécifiquement, de connaître le taux de certains polluants dans l’atmosphère tels que les particules fines, le dioxyde de soufre, le dioxyde d’azote et l’ozone.

Si ce type de projet vous dit quelque chose, il est tout à fait probable que vous ayez lu notre article d’il y a quelques mois concernant AirProbe ( ici ). En effet, cette application permet également de se tenir informé du niveau d’ozone ou d’autres gaz dans l’air, mais cette fois-ci grâce à des capteurs que l’utilisateur devait embarquer dans un sac à dos. A la différence, Plume Labs transmet des informations générées par le Big Data provenant de capteurs déjà présents dans les villes et permettant d’ailleurs d’effectuer des prévisions de 24h. Cependant, la start-up ne compte pas en rester là et a signifié vouloir proposer pour 2016 des capteurs individuels connectés qui rendraient plus interactif la transmission d’informations avec les utilisateurs.

Avec le souhait de généraliser les bulletins atmosphériques à l’image des bulletins météorologiques, cet emploi des nouvelles technologies en vue d’une amélioration de la Santé publique est un bel exemple d’IT for Green !

Si l’action de Plume Labs vous intéresse, un seul clic suffit : ici !

Sources :
© http://e-rse.net/informer-pollution-air-mieux-proteger-plume-labs-13654/
© http://www.challenges.fr/start-up/20150410.CHA4822/plume-labs-la-start-up-qui-veut-vous-faire-consulter-la-meteo-de-la-pollution.html