• #Benzène
  • #Dossier
  • #GoodElectronics
  • #n-hexane
  • #Rapport
  • #Santé
  • #Substance dangereuse

La santé, le maillon faible de la chaîne de production ? Dossier Soc’IT #1

L’équipe EcoGuide IT vous propose dans ce nouveau dossier d’en découvrir un peu plus sur les enjeux sociaux et sanitaires entourant la fabrication des équipements IT. Bien souvent négligées, les problématiques rencontrées par les chaînes de production sont néanmoins nombreuses : santé, conditions de travail, ou encore respect de la réglementation en vigueur. Découvrez dans ce premier chapitre, un état des lieux de la situation sanitaire actuelle au sein même des usines de fabrication des marques IT.

Un rapport d’analyse choc a dernièrement été dévoilé par le réseau GoodElectronics concernant la situation sanitaire de la région de Pearl River Delta, en Chine, « plaque tournante de la production de l’électronique grand public ». Un document pertinent qui souligne bon nombre de problématiques non résolues.

Le réseau, GoodElectronics, regroupe plus de 90 organisations et individus dans le monde. Il a pour but de mobiliser le plus d’acteurs mondiaux sur les droits humains et la durabilité dans le secteur de l’électronique et le rapport récemment paru a été conduit en réaction à des situations alarmantes dans les usines de cette région. Ces dernières fournissent en effet la plupart des marques IT internationales dont certaines membres de l’Electronic Industry Citizenship Coalition (EICC). Appuyé par ces questionnaires et études approfondies, le réseau met en évidence le lien entre les substances utilisées dans ces usines et la survenance de cancer chez les travailleurs.

L’objet d’étude de ce rapport : les substances controversées que sont le benzène et le n-hexane, très répandues dans la fabrication des produits IT.

Pour rappel :

  • Le benzène est « un liquide incolore très volatile ». Le rapport nous informe que l’Agence internationale pour la recherche sur le cancer (CIRC) a classé le benzène comme cancérogène du Groupe 1. Selon cette dernière il existe, en effet, suffisamment de preuves pour attester de la cancérogénicité du benzène sur l’homme.
  • Le n-hexane est utilisé comme un solvant industriel et peut causer dans des cas d’expositions très élevés des effets neurologiques se traduisant par des troubles sensitifs puis moteurs.

« Beaucoup de ces produits chimiques sont liés à l’augmentation des taux de cancers, troubles de la reproduction, des malformations congénitales et d’autres maladies graves. La région de Pearl River Delta en Chine – une zone urbaine qui est maintenant plus grande que Tokyo à la fois la taille et de la population – est la plaque tournante mondiale pour la production de l’électronique grand public. »

ecoguide it chiffres empoisonnement

Crédit photo : Rapport GoodElectronics 2016

Afin d’interpeller les firmes IT concernées, le réseau GoodElectronic leur a envoyé un questionnaire. 11 d’entre elles ont répondu (Acer, Apple, Asus, Canon, Motorola, Foxconn, LG Electronic, Philips, Samsung, Sharp et Sony), 6 d’entre elles ont rempli le questionnaire (Asus, Canon, Philips, Samsung, Sharp et LG), les autres ont fourni « des informations en dehors du cadre du questionnaire ».

Le principal retour de ces entreprises est qu’elles ne sont pas au courant « de cas concrets d’empoisonnement ». Une nouvelle fois, la question de la transparence et du contrôle sur les chaînes de production des équipements électroniques se pose donc. Des entreprises comme Canon ou Apple ont quant à elles déclaré ne plus utiliser de benzène, la substance étant interdite de leur processus de fabrication.

Ce n’est pas pourtant pas la première fois que le lien entre les substances utilisées dans les usines de semi-conducteurs et la santé des employés est mis en avant.

En 2014 suite à plusieurs cas de leucémie dans ses usines, le constructeur Samsung a annoncé qu’il indemniserait les familles des victimes, créant ainsi en 2015 un fond de 78 millions de dollars. Une avancée significative et notable, les signes de reconnaissance et d’implication de la part des marques étant rares. Samsung a fait ici acte d’une certaine prise de conscience trop souvent négligée dans le secteur !

Si le risque de cancer suite à l’exposition aux substances sur les chaînes de production est avéré. Une autre problématique concerne les milieux environnants ses usines de production. Une situation extrême se dépeint actuellement en Chine : avez-vous entendu parler des « 217 villages de cancéreux » ?  Une dénomination terrifiante faisant malheureusement état d’une situation réelle. Il s’agit de villages situés à proximité d’usines diverses, notamment celles utilisant des métaux lourds ou des substances chimiques dans leur activité. Les cancers sont liés au rejet de substances dans les eaux de la région affectant l’eau potable, mais aussi les sols et contaminent aussi bien les êtres humains que leur moyen de subsistance (bétail et cultures). Malgré la reconnaissance de la situation par le gouvernement chinois et les actions d’assainissement des eaux, les conditions dans ces régions sont alarmantes. Il est aussi de la responsabilité des usines de production en question, d’high-tech ou autres, d’agir !

DossierEcoGuide usineIT substancescancer Chine

Crédit photo : http://www.histoiresordinaires.fr/Chine-les-450-villages-du-cancer_a585.html

Face à la situation actuelle, il est important qu’un travail de fond soit réalisé par les constructeurs afin d’obtenir de leurs fournisseurs et assembleurs, un comportement éthique et responsable dans leurs usines. Malgré une communication des marques IT validant la dangerosité et le retrait de ces substances, la réalité semble moins évidente.

Les retours du rapport GoodElectronics ainsi que le constat actuel des choses ne permettent pas d’affirmer qu’une forte évolution de la problématique dans le milieu. Si certaines marques interdisent désormais les substances les plus toxiques ou indemnisent leurs salariés, la traçabilité et la transparence de la chaîne de production sont deux axes majeurs pour lesquels les constructeurs doivent prendre des mesures plus fermes.

Les impacts sociaux sont souvent négligés, comme on a pu le voir de cette première partie de notre dossier. Néanmoins, la santé n’est pas la seule problématique sociale du secteur, quand est-il des conditions de travail ? Les enjeux sont-ils traités comme il se doit ? À découvrir la semaine prochaine dans la seconde et dernière partie de ce dossier mensuel.

Crédit photo : http://www.industriall-union.org/fr/dossier-industrie-de-lelectronique-syndiquer-et-se-battre-contre-lemploi-precaire