• #ergonomie
  • #GreenFlex
  • #GreenIT
  • #Matériel

La souris d’ordinateurs : petite mais à hautes conséquences !

Avec ou sans fil, la souris d’ordinateur est indispensable pour le travail de bureau. Un équipement important souvent oublié dans les approches Green IT. Pourtant les impacts environnementaux et sociaux inhérents à ce périphérique existent. Quels sont les pièges à éviter en vue d’opter pour une souris responsable ?

Un usage impactant le corps de son utilisateur

L’utilisation répétée de la souris à des conséquences sur notre corps. Dès 2013, les études de santé sur la population française témoignent d’une augmentation des cas de Troubles Musculosquelettiques (TMS) et des interventions chirurgicales sur le canal carpien chez les 25/29 ans. Une tendance à la hausse accompagnant la digitalisation de l’environnement professionnel et la multiplication des usages d’équipements informatiques. La souris d’ordinateur serait coupable de tensions dans le poignet, le cou, les épaules, les mains et les doigts, les raisons mises en causes : les clics à répétition et les contraintes constantes sur les tendons. La position même de la main à plat sur la souris n’est pas naturelle, la paume étant vers le bas. Des constructeurs l’ont compris tôt et déjà en 2013, l’Urban Wireless Ergo Mouse est mise sur le marché. Son usage vertical évite de pivoter l’avant-bras et rétabli une position naturelle de la main avec la paume vers l’intérieur. En 2018, Logitech lance la MX Vertical, une souris ergonomique promettant de réduire de 10% les tensions musculaires des utilisateurs. En plus de cette garantie, la souris se veut durable avec une capacité de batterie de 4 mois et un temps de charge d’une minute pour une utilisation de trois heures. Enfin, la technologie Easy Switch embarquée permet de connecter l’équipement à trois appareils différents sans avoir à manipuler l’un ou l’autre pour en changer. Conclusion : pour éviter les TMS, adoptez la souris verticale !

Crédit photo : Logitech

Scroll, mouvements et clics : vous êtes pistés !

Souris et smartphones sont des équipements plus similaires qu’il n’y paraît. Le smartphone a également un impact sur la main. Le swipe, mouvements avec le pouce de droite à gauche ou inversement, abîme la jointure entre index et pouce et provoquerait des tendinites. Autre point sur lequel la souris et le smartphone se rejoignent : le profilage marketing. Grâce à la géolocalisation et la récolte des données, les entreprises peuvent mieux cibler leurs potentiels clients, mais ce profilage ne s’arrête pas au smartphone ou aux sites consultés. Depuis 2012, la startup française Content Square propose à ses clients d’analyser les mouvements de la souris avant le clic sur leur site web. Cela permet aux entreprises d’augmenter le taux d’engagement sur internet, de réduire les coûts opérationnels et d’améliorer leur taux de conversion. En bougeant votre curseur, vous répondriez sans en avoir conscience à des questions essentielles pour ces entreprises telles que : « Qu’est-ce qui déclenche l’acte d’achat ? » ou encore « Pourquoi un client décide-t-il de quitter un site ? ». L’intérêt est augmenté pour les entreprises multinationales cherchant à comprendre leurs clients. La culture varie selon le pays où ces derniers vivent et influe sur leur façon d’acheter. Par exemple, il semblerait que les français lisent rarement les conditions générales de vente, au contraire des populations nippones. En tous les cas, votre souris parle pour vous. « Big Brother is watching you. ».

La souris verte existe-t-elle ?

Dangereuse pour notre squelette et espionne de nos comportements, il y a de quoi monter sur la table lorsqu’on en croise une ! De plus, la plupart des souris d’ordinateurs sont en plastique, elles peuvent contenir du PVC et autres substances nocives à notre organisme. Outre la souris verticale, des solutions existent pour répondre à cet enjeu de composition, des souris et claviers en bambou sont un exemple. Ce matériel garantit une résistance à l’utilisation quotidienne, il ne contient pas de PVC ou de peinture et a des vertus antibactériennes. Le bambou pousse rapidement, un avantage environnemental important si l’on ne souhaite pas décimer des forêts entières.

Crédit photo : hplcom

La souris classique pourrait-elle être amenée à disparaître au profit de celle verticale plus ergonomique et bénéfique à notre santé ? Dans un second temps s’atteler aux matériaux qui la composent est important, les substances dangereuses telles que les phtalates contenues dans le PVC en particulier. Reste le point du profilage marketing irrésolu. Si la souris trahit nos mouvements, comme le smartphone, une souris verticale en bambou n’y changera rien. Les solutions se trouvent certainement à d’autres niveaux, par exemple du côté de la réglementation ou des moteurs de recherche qui ne pratiquent pas la collecte de données, tels que Qwant.

Juliette Bernier