• #Canon
  • #Economie d'énergie
  • #Environnement
  • #HP
  • #Impression
  • #Kyocera
  • #Laser
  • #Matériel

Analyse détaillée des nouveaux systèmes d’impression Canon

Optimiser l’espace de travail tout en garantissant la prise en compte des enjeux environnementaux des systèmes d’impression ? C’est l’idée de Canon avec ses nouvelles gammes d’imprimantes i-SENSYS MF230 et MF240. Analyse de ces modèles par notre équipe EcoGuide !

Dans l’actualité high-tech de cet automne, le fabricant de systèmes d’impression Canon mettra prochainement sur le marché deux nouvelles gammes d’imprimantes laser la i-SENSYS MF230 (MF231, MF232w, MF237w) et la i-SENSYS MF240 (MF244dw, MF247dw et MF249dw). Ces nouveaux modèles polyvalents, disponibles à partir de novembre, conviendront aussi bien à un environnement professionnel que privé, tout en disposant de certains atouts environnementaux et énergétiques, un vrai plus !

En guise de bref tour d’horizon des performances techniques de ces équipements, la gamme i-SENSYS MF230 offre une utilisation et un partage simplifié des documents grâce à la Wi-Fi, une numérisation de grande qualité, une connectivité élargie avec la prise en charge des technologies sans fil Mopria (Android), Apple Print et Google Cloud Print, ainsi qu’une compatibilité à différents types d’équipement allant de la tablette au smartphone en passant par les traditionnels ordinateur portable et fixe.

Concernant la gamme i-SENSYS MF240, nous retrouvons les mêmes caractéristiques techniques que chez la i-SENSYS MF230 avec, en plus, la fonction recto-verso, une fonctionnalité qui a son importance quand on sait que 167 kg de papier sont consommés chaque année par les Français et que pour un salarié, ce chiffre varie entre 70 et 85 kg selon l’ADEME. La fonctionnalité devient donc un atout environnemental indispensable ! Rajoutons d’ailleurs les possibilités offertes par ces systèmes de se connecter via différentes technologies et sur l’équipement de notre choix, revêtant ainsi un avantage non négligeable permettant de se prémunir des renouvellements forcés (dus à une incompatibilité entre équipements).

Au-delà de ces bonnes performances techniques, les systèmes d’impression représentent, au même titre que d’autres équipements IT tels que les smartphones ou les PC portables, des enjeux énergétiques non négligeables. Concernant les gammes i-SENSYS MF230 et MF240, leur consommation, déterminée par le Typical Electrical Consumption (TEC), est respectivement de 0,7 et 0,8 kWh/semaine. Des consommations basses qui permettent à ces imprimantes laser de se placer parmi les meilleures de leur catégorie au sein de l’EcoGuide IT. Un bon point à prendre en compte si vous comptez renouveler votre imprimante !

De plus, si vous souhaitez aller plus loin dans la réduction de la consommation énergétique, il vous est possible durant la phase d’utilisation de mettre en place de bonnes pratiques IT vous permettant de réaliser des économies !

Toutefois, ces modèles ont aussi leurs problématiques, elles sont d’ailleurs identifiées et analysées par des labels comme Blue Angel, Nordic Swan ou encore Epeat. En effet, concernant les imprimantes laser, ces labels évaluent leur potentiel nocif, comme ceux de Canon labellisés EPEAT, en quantifiant entre autre, la part d’émissions de substances potentiellement nocives pour la santé.

Au sein des imprimantes laser, le phénomène provient du toner qui « se compose de fines particules de matières plastiques (copolymères de styrène et d’acrylates, polyesters, …) associées à du noir de carbone ou de l’oxyde de fer pour les impressions en noir et blanc, ou à des pigments organiques pour les impressions couleurs ».  Les risques liés restent faibles et le meilleur moyen de s’en prémunir est d’installer son équipement dans une pièce suffisamment grande, permettant l’aération et le respect d’une certaine distance avec les utilisateurs.

Pour aller plus loin dans l’analyse environnementale, l’équipe EcoGuide a pris le soin d’évaluer un modèle de chacune des gammes dans son guide d’achat, l’imprimante i-SENSYS MF232w  et la MF249dw, afin de permettre la comparaison avec les autres systèmes d’impression du marché.

Ainsi, ils obtiennent une note globale se trouvant dans la moyenne haute de notre classement durable de l’IT, avec un B+. Toutefois, chaque modèle se distingue par ses points forts : une légère différence de consommation énergétique en faveur de la i-SENSYS MF232w (A- contre B+) et une analyse de cycle de vie plus approfondie pour la i-SENSYS MF249dw (C- contre D+). Un bilan plutôt positif pour ces nouveaux modèles Canon ! Pour plus de précisions, retrouvez sur notre guide d’aide à l’achat l’intégralité de la notation obtenue par l’i-SENSYS MF232w et l’i-SENSYS MF249dw sur des critères de maturité RSE, de consommation énergétique et de cycle de vie et n‘hésitez pas à les comparer avec d’autres modèles grâce au comparateur disponible sur chaque fiche-produit !

Canon n’est, bien évidemment, pas le seul à intégrer les enjeux environnementaux, mais aussi sécuritaires, liés aux systèmes d’impression. On retrouve par exemple, dans la catégorie impact énergétique, l’entreprise Kyocera qui se lance dans le projet de construction de la plus grande centrale solaire flottante. Celle-ci avoisinera les 16 170 MWh en production d’énergie permettant d’alimenter quelque 4 970 foyers types et de compenser environ 8 170 tonnes d’émissions de CO2 par an !

Dans la catégorie sécurité maintenant, le fabricant HP, qui mise déjà beaucoup sur la sécurité de ses équipements, a intégré cette année le Secure Managed Print Service (MPS) à destination des partenaires. Ces derniers peuvent ainsi demander à l’entreprise de réaliser un audit de 3 jours sur leurs équipements afin de mettre en place par la suite des politiques de sécurité managées. Avec des équipements toujours plus connectés les uns aux autres, voilà une démarche qui a du sens !

Le secteur de l’impression fait face aux mêmes problématiques que les fabricants de produits high-tech et ici, que l’on parle des nouvelles technologies développées par Canon ou des initiatives de HP ou Kyocera, on peut, dans tous les cas, constater que même s’il existe toujours une marge de progression, les acteurs s’engagent !

Crédit photo : http://www.info-schizophrenie.ch/wp-content/uploads/2016/02/Imprimante-feuilles.jpg