Le BYOD : quels enjeux pour le Green IT ?

La tendance du « Bring Your Own Device » (BYOD), littéralement « Apportez votre propre appareil », émerge au sein des entreprises qui y voient la possibilité de réduire leurs coûts d’achat de matériels informatiques. Avantage économique mais pas seulement, en effet la pratique du BYOD serait un atout non négligeable pour réduire l’empreinte environnemental de nos équipements IT.

Selon l’ADEME, la fabrication d’un ordinateur (écran compris) nécessite 1,8 tonne de ressources dont 240 kg d’énergies fossiles, 22 kg de produits chimiques et 1500 litres d’eau, sans parler de l’empreinte carbone découlant des différentes phases de son cycle de vie. Ainsi, les ordinateurs impactent l’environnement sur beaucoup d’aspects à ne pas négliger.

C’est pourquoi le principe du BYOD serait une solution permettant de diminuer le nombre d’appareils informatiques présents sur le marché. En pratique, chaque employé apporte ses équipements personnels sur son lieu de travail : son téléphone, son ordinateur, sa tablette ou autres. De cette manière, les entreprises investissent non plus dans une politique d’achat de matériels IT, mais dans des logiciels permettant de coordonner les appareils de leurs salariés. Cela évite ainsi des coûts environnementaux supplémentaires induits par la détention d’un équipement IT à titre personnel et d’un autre à titre professionnel.

Les employés accueillent généralement bien ce principe dans leur entreprise qui est même souvent mis en place à leur initiative. Ces derniers y voient un gain de performance, en effet, chacun pouvant utiliser une technologie qui lui est familière et également acquérir une plus grande autonomie dû à un contrôle moindre de la part de l’entreprise.

Néanmoins, le BYOD s’accompagne de questionnements qui doivent trouver des solutions adéquates afin de ne pas créer de « retour de flamme » indésirable.

Du point de vue de la sécurité, un enjeu majeur pour une entreprise, celle-ci peut être mise à mal avec le BYOD, le contrôle de l’information devenant plus difficile à gérer. L’équipement unique, entendait par-là, le matériel à usage autant professionnel que personnel, doit être protégé des failles de sécurité, des personnes malveillantes et cette notion, bien comprise en entreprise, est plus difficilement applicable dans le cadre du privé. Ainsi, l’entreprise doit se doter de solutions adéquates pour gérer au mieux cette transformation.

Certains constructeurs ont ainsi appréhendé la problématique, en proposant des logiciels permettant de solutionner le passage au BYOD. Le constructeur HP en est un exemple, puisqu’il dédie une de ses solutions à ce procédé. La firme de Palo Alto propose l’ HP BYOD , qui vise à fournir un accès sécurisé au réseau de l’entreprise et surtout une simplification de ce dernier grâce à une gestion des périphériques remaniée (plus de détails ici ). Ainsi, pour tout employé apportant son propre matériel, les risques sécuritaires sont minimisés.

Autre constructeur, même principe, Lenovo se présente comme un acteur majeur pour le BYOD. En effet en Chine, le pays d’origine de la firme, il n’est pas coutume que les entreprises investissent dans les équipements IT pour leurs employés. Le BYOD intéresse depuis longtemps l’entreprise IT qui a racheté plusieurs entreprises spécialisées dans les logiciels et le Cloud ( Stoneware ) , et dans les solutions BYOD grâce au rachat de Motorola en 2014, cette dernière étant déjà impliqué dans la recherche de solutions dans le domaine.

Les acteurs du secteur de l’IT s’y intéressent et répondent ainsi aux questions de sécurité des données qui touchent les entreprises et pouvant constituer un frein au passage au BYOD.

Toutefois, le rôle de l’entreprise ne s’arrête pas à la protection des données mais a également un rôle à tenir dans la sensibilisation des employés aux pratiques du Green IT. Dans le cadre de l’entreprise, une politique d’achat plus ou moins responsable peut être choisie mais aussi une gestion des déchets normalisée. Les entreprises étant de plus en plus soumises à des obligations liées à cette problématique, ce n’est pas encore le cas des employés de manière directe et a fortiori, des particuliers. Le but final étant d’orienter les choix des collaborateurs vers des produits utilisés au sein de l’entreprise plus respectueux de l’environnement.

De cette manière, il est nécessaire de faire évoluer les habitudes de consommation des employés utilisant leurs appareils personnels à des fins professionnelles. Qu’il s’agisse de la phase d’achat, en leur offrant des conseils pour une acquisition responsable, à l’utilisation, avec la mise en place de bonnes pratiques au sein de l’entreprise (formation, campagne de sensibilisation, etc.) ou encore au moment où l’appareil arrive en fin de vie. En effet, le recyclage du matériels IT est encore très peu pratiqué par les particuliers, bien que des solutions soient mises à leur disposition notamment par les constructeurs ou les revendeurs (système de reprise, bon d’achat sur l’achat d’un nouveau device en déposant l’ancien, etc.), des efforts sont à prévoir !

Le développement du BYOD dans l’entreprise s’accompagne de transformations aussi bien pour ces dernières qui doivent adapter autant pour leurs solutions que leurs pratiques, que pour les employés qui auront à s’investir dans une démarche responsable au sein de l’entreprise.

Sources :
© http://www.zdnet.fr/actualites/le-byod-un-bon-argument-ecologique-39822896.htm
© http://h17007.www1.hp.com/fr/fr/networking/solutions/technology/byod/index.aspx#tab=TAB1
© http://www.lenovo.com/us/en/solutions/security-byod-infographic.shtml?#maintext
© http://www.ecoacteurs.ademe.fr/lettre-N-3-Octobre-2008-827/outil
© http://www.zdnet.fr/actualites/lenovo-un-futur-geant-du-byod-39797542.htm