• #Chiffre
  • #Energie renouvelable
  • #Google
  • #Green-IT

Le chiffre à connaître : 100%

Google entend commencer l’année 2017 sur un très bon pied ! En effet, l’entreprise IT a annoncé qu’elle atteindrait la part de 100% d’énergies renouvelables en 2017, pour l’approvisionnement de ses datacenters et de ses bureaux. Focus sur ce chiffre 100% Green IT !

Les prévisions du coût de l’énergie sont moroses, en effet, le prix de l’énergie (pétrole, charbon et gaz naturel) devrait augmenter de 25% d’ici à la fin 2017, selon les estimations de la Banque Mondiale. De plus, notons que ce coût n’est pas seulement économique, il est important de prendre en considération l’aspect environnemental de la production d’énergie. En effet, celle-ci entraîne un épuisement de ressources fossiles et l’utilisation de ces mêmes énergies est à l’origine des trois quarts des émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) responsables du réchauffement climatique. Ainsi, le développement des énergies renouvelables est une des solutions proposées afin d’enrayer les impacts environnementaux  du secteur.

« We’re set to reach 100% renewable energy — and it’s just the beginning » Urs Hölzle, vice president, infrastructure technique.

“Nous sommes proches d’atteindre les 100% d’énergies renouvelables – et c’est juste le commencement”

Google a donc bien cerné l’enjeu du développement des énergies renouvelables. Avec une consommation d’énergie représentant, à elle seule, la quasi-totalité de la consommation de la ville de San Francisco (850 000 habitants), l’entreprise américaine a lancé son projet « 100% renouvelables » depuis maintenant 4 ans. À partir de là, elle a enregistré une hausse constante de la part des énergies renouvelables dans son apport énergétique pour escompter atteindre le cap fatidique des 100% courant 2017 ! Bonne surprise étant donné que ce seuil ne devait être initialement atteint qu’en 2025, rendant la démarche d’autant plus remarquable de la part de la firme.

ecoguide-it-energie-renouvelable-google

Crédit photo : Google

Aujourd’hui, sont donc alimentées par les énergies renouvelables, l’ensemble des opérations de Google, incluant ses bureaux et ses datacenters. Pour remplir ses objectifs, la firme de Mountain View ne lésine pas sur les moyens. Elle développe ses propres champs éoliens et n’hésite pas non plus à acheter directement son énergie auprès de fournisseurs d’énergie propre, participant ainsi à la pérennisation du secteur et à son développement. Un investissement qui a également été possible grâce à la forte baisse du coût des énergies éolienne et solaire, de 60% à 80% ces six dernières années !

« Le groupe de Mountain View serait de loin le premier client d’énergies renouvelables parmi les grandes sociétés informatiques américaines. »

 

Lancée dans cette démarche, comme peuvent l’être d’autres sociétés telles qu’Apple dont les datacenters sont alimentés à 100% par des énergies renouvelables, ou Facebook qui atteint les 50% dans le domaine, Google ne compte toutefois pas s’arrêter là ! Entre les différents projets que l’entreprise a lancé en début d’année 2016 (projet loon, Sunroof, etc.), elle compte poursuivre ses actions et pas uniquement sur la réduction de son impact énergétique. En effet, la firme développe plusieurs projets en lien avec la protection de l’environnement. On citera, par exemple, la plateforme mondiale de surveillance de la pêche (GFW), en association avec SkyTruth, et l’ONG de protection des océans, Oceana, visant à surveiller et protéger les océans des pêches illégales. Autre projet, « l’Earth Engine », un outil capable de photographier l’évolution de la perte des forêts, le but étant d’avoir une meilleure visualisation des enjeux inhérents à la déforestation et d’agir suffisamment tôt pour empêcher des répercussions définitives.

Un vaste programme pour Google qui se place parmi les géants de l’IT qui s’impliquent le plus dans des démarches de Développement Durable. En cette fin d’année, on ne peut que souhaiter à la firme d’atteindre ces objectifs, de les surpasser et de poursuivre sa démarche Green IT !

Crédit photo : EcoGuide IT