• #Chiffre
  • #obsolescenceprogramme
  • #ope2017
  • #synthese

Le chiffre à connaître : 132

Il s’agit du nombre de contributions qui ont été enregistrées sur la plateforme OPé 2017 ! Cet outil de consultation citoyenne a pour but de rassembler des solutions de lutte contre l’obsolescence programmée. Focus :

Souvenez-vous, nous vous en parlions en fin d’année dernière au moment du lancement de la plateforme. OPé 2017 est la réunion de sept associations, Cradle to Cradle CommunityHalte à l’Obsolescence Programmée (HOP), GreenIT.frDemocracyOSLes Amis de la TerreUFC-Que Choisir et Zero Waste France, qui ont voulu formaliser un ensemble de mesures afin de lutter contre l’obsolescence programmée. Cette pratique a, en effet, des effets non négligeables sur l’environnement (épuisement des ressources) mais aussi sur le pouvoir d’achat des ménages qui investissent à prix fort dans des produits aux durées de vie limitées !

Le bilan de cette consultation citoyenne ? Un total de 132 contributions et quelque 200 participants ! Retour sur cette synthèse décrivant les différentes propositions qui seront soumises aux politiques afin de se concrétiser lors du prochain quinquennat, rien que ça !

La synthèse est présentée de manière ludique, comme la plateforme OPé 2017, en offrant un cadre clair en précisant la situation et ses enjeux.

Crédit photo : http://www.halteobsolescence.org/wp-content/uploads/2017/03/synthese-ope2017-v2.pdf

La synthèse reprend ainsi les différents axes de travail proposés sur la plateforme, à savoir :

  • L’éco-conception et la réparabilité des produits ;
  • L’information aux consommateurs ;
  • Les garanties légales et la fiscalité environnementale ;
  • L’obsolescence logicielle.

Avec 5 ateliers physiques de travail et un peu plus de trois mois de réflexion autour des propositions et de leur formalisation, la synthèse reprend pour chacun des axes précités des mesures concrètes pour lutter contre l’obsolescence programmée. Ainsi, il s’agit aussi bien de demander des garanties durables aux fabricants dans la conception de leurs équipements, qu’aux distributeurs d’offrir une information claire aux consommateurs quant aux choix durables qu’ils peuvent faire (disponibilité des pièces détachées, composition du produit, etc.).

À travers cette initiative, les sept associations souhaitent garantir des technologies plus durables, un but qui servira l’environnement et la société ! En espérant voir ces propositions intégrées dans de futurs projets de lois d’ici le prochain quinquennat, nous ne manquerons pas de vous tenir informés de leurs évolutions !

Crédit photo : EcoGuide IT & Flaticon