• #EcoGuideIT
  • #ecommerce
  • #galerieslafayette
  • #lechiffre
  • #protectiondesdonnees
  • #retailweek

Le chiffre à connaître : 9 millions

9 millions, c’est le nombre d’internautes visitant le site La Redoute chaque mois. Une preuve que l’achat de vêtements en ligne constitue un segment de marché sérieux que des entreprises se doivent d’inclure à leur stratégie si elles souhaitent rester compétitives sur ce secteur. Cependant, les consommateurs adhèrent-ils aux solutions digitales offertes par les entreprises IT, ou sont-ce les entreprises qui suivent une tendance de consommation ? Intéressons-nous de plus près à cette nouvelle façon de consommer et évaluons si cette dernière mode ne tiendra qu’une saison ou deviendra un « must have » incontournable.

Le diable ne se déplacerait plus dans les magasins pour aller s’habiller en Prada. De nombreux consommateurs optent aujourd’hui pour l’achat en ligne de vêtements et de meubles. L’enseigne Galeries Lafayette l’a bien compris et a lancé une stratégie d’investissement dans le segment Retail digital en rachetant 51% de La Redoute. Le marché de la vente en ligne est un acteur important du retail, La Redoute réalise un chiffre d’affaire de 750 millions d’euros et s’inscrit sur une courbe ascendante. Les enseignes classiques dont le modèle se base sur la vente en direct investissent le digital pour rester dans la course. L’achat en ligne présente une opportunité pour les marques, en termes de réduction des coûts et d’utilisation de données clients. De plus, le rayonnement d’une enseigne digitale est mondial, une notion que les marques classiques ont bien intégré à leur stratégie. Les Galeries Lafayette prévoient un chiffre d’affaire d’un milliard d’euros d’ici 2021 pour La Redoute.

Des achats facilités non seulement par les interfaces Internet, mais aussi par l’affluence d’objets connectés. De nouvelles applications développant des paiements dits « in-app ». Le consommateur paie directement en un simple clic depuis son smartphone. Les écrans quant à eux font office de vitrines interactives. C’est l’idée développée par Ingenico ayant installé des écrans depuis lesquels il est possible de réaliser un paiement. L’écran diffuse une publicité et le spectateur peut se transformer en client en achetant directement le produit ou service depuis l’écran sur lequel il a visionné le spot publicitaire. Une technique qui serait 4 à 5 fois plus performante que les ventes classiques en magasin.

Crédit photo : insitaction.com

Le « smart shopping » a donc sa place au salon des acteurs du retail. Du 19 au 21 septembre se tiendra la Paris Retail Week à laquelle participent de nombreuses startups spécialistes dans les solutions IT destinées à révolutionner l’expérience d’achat. Que cela soit à travers les publicités, les casques virtuels, les jeux, les applications pour améliorer les magasins en fonction des comportements des clients ou encore des facilitateurs d’achat, toutes les innovations s’inscrivent dans une optique de dématérialisation et de fluidité. Autant de solutions IT visant à améliorer l’expérience client et booster les ventes. Ces dernières soulèvent aussi de nombreuses questions en termes de protection des données, de respect de la vie privée et de sécurité pour les clients face à des voix de paiement quasiment instantanées. Des nouveautés qui entre en résonnance avec la nécessité de sécuriser les données des consommateurs, notion abordée par le Règlement Générale de Protection des Données (RGPD) et qui s’applique à la Gestion Electronique des Documents (GED).

Au-delà des enjeux de confidentialité, ces solutions IT ont pour but de globaliser les offres des enseignes et par conséquent, de donner un accès simplifié aux produits au plus grand nombre. Une notion de démocratisation intéressante dans laquelle les coûts environnementaux sont moindres comparés aux méthodes de commerce classiques, ne serait-ce qu’en terme de coût de présentation en vitrine passant, entre autres, par la location de local commercial, ou encore éclairage pour mettre le produit en valeur.

Une belle aubaine en somme pour ceux qui ne trouvent pas le temps ou l’article qu’ils recherchent dans les segments classiques du retail. Les habitudes d’achats en ligne se développent et semblent s’inscrire comme une nouvelle manière de consommer. Néanmoins, la protection des données et le respect de la vie privée des clients restent des enjeux à adresser de façon rapide et efficace si l’on souhaite éviter les risques de fraudes, vols, et les méthodes marketing douteuses.