• #EcoGuideIT
  • #itforgreen
  • #leanmanagement
  • #responsabilite
  • #RSE

Le Green IT, outil du Lean Management

« The machine that changes the world » est la phrase tendant à définir le concept de Lean Management. Inspiré par Toyota et décrit par J. Womack et D. Jones dans les années 1980,
l’idée derrière ce concept est de construire une stratégie d’entreprise sur le long terme en valorisant les opportunités de collaboration et d’apprentissage. Cette méthode est basée sur le respect des collaborateurs et de l’environnement. La RSE comme socle managérial somme toute ! Pourquoi ce concept est-il d’actualité et quel rôle peut y jouer l’IT ? L’équipe EcoGuide IT démêle le sujet !

Le Lean Management n’est pas une idée naissante, âgé de presque 40 ans il pourrait passer comme obsolète dans notre société du renouvellement incessant. Mais tout comme le bon vin, il semble que le Lean Management se bonifie avec le temps. Cette méthode managériale est d’actualité à l’heure où la RSE des entreprises est de plus en plus contrôlée et considérée par les consommateurs comme critère d’achat. Le 26 septembre dernier s’est tenu le Lean Green Day à Paris. Un événement qui a permis de réintroduire les objectifs, les concepts et les outils de cette approche.

Cette méthode s’attache à construire pas à pas une relation de confiance entre l’entreprise et ses parties prenantes, notamment grâce à la valorisation de la communication, la flexibilité, l’amélioration continue, et la transparence. Dans une approche Lean, l’employé est riche de savoir-faire, d’idées et d’expériences ; le manager n’est plus celui qui fait faire, mais qui fait apprendre. Sujet à débat, cette gestion peut être rejetée dû à des dérives entraînant l’intensification du travail et la raréfaction de l’emploi. Selon M. Sailly, ceci proviendrait notamment du blocage de dirigeants lors de l’ouverture du dialogue social quant à l’organisation du travail et aux pratiques managériales. Malgré tout, le Lean Management bien compris et mis en place dans une entreprise, pourrait être un levier d’action en termes de changement des pratiques, économies d’échelles, impact environnemental et social. Autant de points importants lorsque la RSE et le devoir de vigilance sont institutionnalisés et demandent aux entreprises de la transparence, de la traçabilité et des explications quant à leurs méthodes de production.

L’intérêt de cette approche réside notamment par sa prise en compte de toute la chaîne de valeur allant de la conception à la fin de vie du produit en passant par sa production ; tout en ayant une vision « cradle to cradle » c’est-à-dire du « berceau au berceau ». Le produit est inscrit dans une boucle fermée où, in fine, il revient au point de départ. « Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme » cette maxime de Lavoisier illustre bien le concept. Dans une économie globalisée, prendre en compte tous les points de la chaîne de valeur pourrait être perçu comme une mission impossible, mais le Green IT offre de nombreux outils afin de mettre en place et de concrétiser les préceptes du Lean Management.

Le cycle de vie est important afin de prendre conscience des impacts environnementaux et sociaux tout au long de la vie du produit, y compris après sa phase d’utilisation. Maîtriser ce cycle permet de garder un œil sur le chemin que parcours le produit, de minimiser ses impacts et idéalement de le recycler après sa période d’utilisation. Le développement de logiciels tel que GaBi proposent aux entreprises des modèles d’analyse de cycle de vie afin de permettre à celle-ci d’opter pour l’alternative de conception la plus durable.

L’opposition au modèle linéaire (prélever, transformer, jeter) intègre la notion d’économie circulaire. L’économie circulaire, visant à optimiser l’utilisation des matières premières et à respecter les fonctionnement des écosystèmes, peut notamment se réaliser grâce aux impressions 3D ; et certaines solutions vont plus loin en proposant des impressions 3D éco-responsables !

Le « Juste à temps » est un précepte clef du Lean Management, consistant en une gestion des flux afin de minimiser le temps d’attente pour le client et de réduire au maximum les stocks. Il peut être illustré par la circulation sanguine dans le corps humain, où l’arrêt (le stock et l’attente) est un risque. Ceci permet une réduction du gaspillage, des délais et une économie financière. La chaîne de valeur est complexe à gérer, surtout lorsque l’entreprise est importante, le flux des transports est un des points essentiels à aborder afin de gagner du temps et de contrôler les stocks. Des systèmes d’auto-gestion comme Q-Lib transport tendent à résoudre cet aspect à l’aide de smartphones et de tablettes installées sur site.

S’inscrivant dans une démarche d’amélioration continue, le Lean Management intègre le Jidoka, traduit par la possibilité donnée aux machines de détecter un fonctionnement anormal et de stopper immédiatement la production ou le système. Un point d’autant plus essentiel à l’heure où la protection des données est un sujet dont s’est emparée la loi. Des plateformes de cybersécurité peuvent répondre à ce besoin, telle que celle développée par Sentryo visant à augmenter la sécurité des systèmes industriels et de lutter contre les cyber attaques.
Last but not least, le Gemba, lieu où la valeur se créée. Il s’adresse principalement au volet social du concept, en attachant de l’importance aux souhaits du client, à la communication entre collaborateurs et aux partenariats avec les fournisseurs. L’autonomie est au cœur de cette idée dans laquelle une équipe est amenée à résoudre ses problèmes seule au quotidien. Il s’agit aussi de permettre aux collaborateurs de proposer des changements progressifs afin de s’approprier et de faire évoluer les modes de travail au travers d’une vision d’amélioration continue des process. Enfin, la direction est amenée sur le terrain dans l’optique d’impliquer et de confronter les dirigeants aux conditions de travail de leur équipe. L’organisation et la communication sont clefs, de nombreuses plateformes de travail collaboratif se développent pour répondre à cet enjeu crucial qu’ont les entreprises qui mixent expertises et profils sur un même projet, permettant ainsi de mettre les idées en commun tout en gérant les tâches de chacun et les délais à respecter.

crédit photo : clarabridge.com

Le Green IT apparait comme étant l’outil idéal afin de réaliser un Management Lean au sein de son entreprise. Une approche à la fois plus attentive aux besoins et attentes des parties prenantes, tout en intégrant l’environnement et l’impact du produit à sa stratégie par une recherche de qualité et de flexibilité continue permettant de réduire gaspillage et coûts superflus. Une méthode parfaite sur le papier, qui jouit de nombreux outils IT For Green pour la concrétiser, mais dont il ne faut pas omettre que la réalisation est opérée par des humains. Si le Lean Management est détourné au profit d’un élément, la méthode entière s’avérera caduque. Comme tous les outils, la dangerosité réside dans l’utilisation qu’en fait l’humain. #responsabilite

Juliette Bernier