• #COP21
  • #Green-IT
  • #Obsolescence programmée
  • #Open Source

Le Numérique à la COP21

Lors de la COP21, se tenait au Grand Palais le salon Solutions COP21, lieu rassemblant des solutions au changement climatique proposées par les professionnels de tous secteurs. Durant cet événement, le secteur de l’high-tech a plusieurs fois été cité comme moyen de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’équipe EcoGuides ayant été sur place, focus sur le positionnement de l’IT vis-à-vis de ce thème de société de premier plan.

Alors que la 21e Conférence des Parties (COP21) connaît un décalage de calendrier, c’est hier soir que l’évènement public Solutions COP21 a clôt ses portes. Durant sept jours, différents plateaux TV, conférences et expositions ont permis de présenter les projets et/ou initiatives en faveur de la lutte contre le changement climatique. Face à l’importance que revêt le numérique au sein de notre Société, certaines interventions se sont focalisées sur le rôle de ce secteur en plein essor dans le contexte du Développement Durable.

L’équipe Ecoguides étant sur place pour présenter son outil éponyme, nous avons pu nous imprégner du ressenti général quant à la place du numérique dans cette manifestation environnementale.

De prime abord, force a été de constater que les sujets étaient variés, tout comme les acteurs retraçant leur expérience dans le domaine. Il a notamment été question de durée de vie des équipements afin de limiter leur impact carbone de production. Lors d’une conférence intitulée « Le digital, solutions pour le climat ? », Laurence Hulin de La Poste et Frédéric Bordage de GreenIT.fr ont ainsi parlé de leur lutte contre l’obsolescence programmée et de la nécessité d’allonger la durée de vie des produits. Interventions complétées par celle de Nesrine Dani d’ADB (Ateliers Du Bocage) Solidatech qui a présenté un programme mettant à la disposition de bibliothèques publiques, d’associations ou de fondations, des équipements et solutions informatiques à tarifs avantageux. Cette initiative est portée par les Ateliers du Bocage qui œuvrent dans le reconditionnement des parcs informatiques et des téléphones mobiles d’entreprise avec l’objectif de créer des emplois pour les personnes en situation d’exclusion sociale sur le territoire français. Des témoignages illustrant des actions visant à limiter le volume de DEEE émis chaque année et surtout, d’éviter de repasser par la phase (polluante) de fabrication d’un équipement IT.

Dans une autre perspective, la conférence « L’open source pour innover et répondre aux enjeux du changement climatique » a présenté l’high-tech comme un outil dans la lutte contre le réchauffement climatique. Dans un premier temps, Benjamin Tincq de Oui-Share a présenté la POC21 (Proof of concept), la communauté internationale dédiée à l’innovation qui s’est réunie l’été dernier dans le château de Millemont en France. Douze projets open source ont ainsi participé à un « hackathon élargi » (5 semaines au lieu de 2-3 jours) où les makers qui constituaient les équipes ont pu bénéficier d’un accompagnement sur leur management général et surtout des connaissances de la communauté tout entière et des échanges entre participants. Vivien Barnier du projet Sunzilla et Audrey Bigot de Biceps Cultivatus, ont pu témoigner de leurs expériences, avec respectivement un projet de groupe électrogène solaire et un prototype de modules de cultures composés d’un système de conservation, d’un lombri-composteur et d’un mixeur mécanique.

Ces différents projets présentés durant la conférence ont dévoilé un aspect « matériel » de l’open source qui pousserait à décentraliser la production et surtout décarboner certains procédés, une preuve que la communauté libre ne se limite pas au software.

Outre l’open source et l’obsolescence programmée, c’est aussi la transformation numérique des villes et des entreprises qui a attiré l’attention. Une première conférence, tenue par Engie, a présenté Enodo, un « simulateur de ville durable ». L’outil permet de diagnostiquer les besoins d’une ville et donc d’adapter en conséquence et de manière précise ses apports nécessaires en ressources naturelles pour le développement de ses infrastructures. Du côté de Cisco, l’entreprise américaine a présenté en quelques chiffres, durant sa conférence sur la transformation numérique de nos sociétés, la situation numérique du monde à l’heure actuelle. Elle a aussi appuyé sur la nécessité d’investir dans le marché des objets connectés tant dans la formation des métiers nécessaires à son développement et dans les vecteurs d’innovation du type idéathlons, hackatlons, que dans les starts-up prometteuses du secteur. Pour ce faire, le géant de l’IT propose d’agir sur la réappropriation des données et sur le développement des services en réseau sur une échelle locale.

Enfin, la conférence « Technologie et Climat » a présenté le secteur numérique et son application au développement durable, depuis son berceau de l’innovation en Silicon Valley jusqu’à son usage concret en France. Peter May, Président de GreenBiz, était présent aux côtés de Frédéric Rodriguez, Olivier Ouazana et Christian-Guillaume Marchal, respectivement Président, Directeur International et Directeur chez GreenFlex. Peter May a ainsi présenté le site qu’il a fondé, GreenBiz, et la vision globale du business qu’il propose sous l’angle environnemental / économique. Ces convergences entre les marchés, s’illustrent à l’instar de sociétés telles que Tesla ou SunPower, ou bien d’innovations telles que la voiture autonome dont  certaines propriétés intéressent d’ores et déjà les géants de l’IT dans le cadre de leur R&D.

Ainsi, qu’il s’agisse de projets open source, de conception de produit ou de stratégies d’entreprise, le Green IT a trouvé lors de cet événement bien des reflets. Avec pour dessein la lutte contre le réchauffement climatique, Solutions COP21 a permis au secteur de rendre compte des initiatives existantes allant dans ce sens.

Conscients que les acteurs rencontrés ne sont pas les seuls à agir, nous espérons que ce type de manifestation encouragera à l’avenir l’utilisation de l’IT au profit du développement durable et les acteurs de l’IT à s’investir également dans le domaine.

L’équipe EcoGuides