Le Repair Café, lieu où rien ne se jette mais tout se répare !

Concept néerlandais lancé à Amsterdam en octobre 2009, le Repair Café se fait une place dans l’Hexagone. Mais de quoi s’agit-il véritablement ?

Une perte de la notion de la réparation, une domination de la culture « ça ne marche plus, je jette ». C’est à partir de ces constats que Martine Postma, ancienne journaliste néerlandaise, s’est lancée en 2009 dans le projet d’ouverture d’un café ayant pour vocation de réunir au même endroit, réparateurs bénévoles et personnes désirant réparer leurs objets, le tout dans un état d’esprit empreint de convivialité, réparation et partage.

Basé à Amsterdam, ce premier type de café assez original a depuis fait des émules. D’abord, le concept s’est développé aux Pays-Bas où depuis cinq ans, ce sont une centaine d’autres Repair Cafés qui se sont ouverts dans tout le pays. Mais ça ne s’arrête pas là ! Maintenant implantés sur trois continents : Europe, Océanie et Amérique. Une quinzaine de pays se sont vus pris du même engouement, Australie, Canada, France, Autriche, Belgique, Royaume-Uni et bien d’autres.

Mais qu’est-ce qui fait du Repair Café un concept aussi attrayant ?

Le site Les Énergiques a résumé en trois points les principales missions d’un Repair Café, qui sont de :
• réintroduire la pratique courante de la réparation d’objets ;
• préserver et transmettre le savoir-faire en matière de réparation ;
• offrir des occasions de rencontres et d’échanges dans le cadre de manifestations locales ouvertes à tous.

Ainsi, avec pour activité de fond le fait de réparer ensemble, ces cafés sont ouverts à tous et à entrées gratuites. Le profil des réparateurs est d’ailleurs assez hétéroclite : électriciens, couturiers ou juste érudits dans un domaine spécifique. Vêtements, équipements électriques, meubles, tout peut y être réparé et la plupart du temps le matériel et les outils sont disponibles sur place !

Les personnes venant avec leur(s) objet(s) cassé(s) se font donc assistées gratuitement et apprennent à les réparer par la même occasion. Des ouvrages sur le bricolage et la réparation sont d’ailleurs disponibles à cet effet.

Dans le cas des appareils électroniques, cette approche ludique a le mérite d’apporter une alternative au remplacement de ceux-ci dès le moindre problème. En effet, beaucoup de personnes font l’acquisition de tels produits sans cerner le fonctionnement des pièces qui le composent et bien souvent le remplacement de l’une d’elles est assez onéreux (et étrangement systématique). Là, avec des conseils avisés et un tutorat dans le processus réparation, on peut tenter de sauver des appareils de notre quotidien tels qu’un « vieil » ordinateur portable de 4 ans ou une imprimante têtue qui refuse de fonctionner.

Actuellement, le réseau Repair Café continue de recevoir des demandes de France de la part de personnes intéressées par le concept qui désirent l’implanter près de chez eux. Si vous souhaitez connaître la position de chacun et savoir si l’un d’eux est près de chez vous, un seul clic suffit : http://repaircafe.org/fr/.

Sources :
© http://lesenergiques.org/nous-avons-ouvert-un-repair-cafe-a-luminy/
© http://repaircafe.org/fr/france-discovers-repair-cafe/
© http://www.consoglobe.com/repair-cafe-rien-ne-se-jette-tout-se-repare-cg