• #Education
  • #MOOC

Les MOOC : entre évolutions et diversification des sujets !

Ces dernières années, l’essor des plateformes de MOOC (« Massive Open Online Courses ») a permis au plus grand nombre d’avoir accès à une multitude de modules spécialisés. Cependant, de nos jours, il peut sembler difficile de se lancer à la vue du nombre de plateformes et de cours disponibles. Sélections des enseignements actuels s’inscrivant dans une thématique durable ET high-tech !

L’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne, AgroParisTech, Sciences Po, Polytechnique et un florilège d’universités publiques françaises, voilà une partie du panel d’établissements de l’enseignement supérieur français proposant, à l’heure actuelle, des cours en ligne sur différentes plateformes de MOOC, dont celle de France Université Numérique (FUN) lancée en octobre 2013 par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

Véritable phénomène mondial, les MOOC apportent à des populations ne pouvant pas s’inscrire dans des établissements scolaires ou accéder physiquement au Savoir de professeurs, une chance de suivre un cours via Internet, leur permettant ainsi de cerner les bases d’un sujet spécifique de leur choix. En effet, les avantages de ce type de modules sont bien identifiés : gratuité, choix et diversité. De ce fait, il est possible d’acquérir des connaissances plus aisément, facilitant ainsi  l’élaboration de projets innovants, à l’instar de ce jeune camerounais ayant suivi un MOOC indien enseignant l’électronique afin de créer le Cardiopad, une tablette permettant de connecter les cardiologues camerounais aux populations vivant dans les régions reculées du pays. Sur un autre aspect, les cours dispensés peuvent aussi initier les apprenants aux bases d’un sujet, comme nous avions pu le constater dans le cas d’entreprises sous-digitalisées auxquelles étaient enseignées les fondements du Numérique.

Crédit photo : NouvelObs
Crédit photo : NouvelObs

Outre ces avantages, les MOOC restent également accessibles à des populations disposant déjà d’un système éducatif conventionnel. Ainsi, pour la France, il existe de nombreuses plateformes permettant d’avoir accès à des cours dispensés en français ou en anglais (bien que pour ces derniers, le cas se fasse plus rare). L’éventail de thèmes abordés offre de grandes chances de découvrir un sujet qui nous est encore inconnu ou à l’inverse d’approfondir nos connaissances dans un domaine maîtrisé.

Cependant, présenter l’ensemble des plateformes actuelles serait assez difficile sans perdre en clarté quant aux thèmes qu’elles abordent. C’est pourquoi, consulter le site http://mooc-francophone.com/ est une base afin de visualiser l’ensemble des MOOC francophones proposés sur chacune des plateformes actives.

Actuellement, si vous êtes intéressés par l’approfondissement de vos connaissances dans le Do It Yourself, la plateforme OpenClassrooms propose différents cours permettant d’acquérir des connaissances dans le domaine appliquées à l’IT. La programmation avec Arduino pour créer vous-même votre système domotique, le pilotage d’un robot ou plus généralement, des objets connectés, est proposée sous deux modules allant des bases jusqu’à l’approfondissement de connaissances. Toujours dans le DIY, mais plus accès sur le management, OpenClassrooms propose également un cours permettant d’apprendre à animer un atelier d’impression 3D afin de se former à la fonction de « formateur numérique ».

La plateforme FUN, citée précédemment, propose, quant à elle, des cours répartis dans plus de 39 thèmes. Parmi eux, le Développement Durable et certains de ses aspects sont traités, tels que les ressources agricoles  et leurs applications durables (valorisation) ou son intégration dans les opportunités économiques de notre Société.

Crédit photo : FUN
Crédit photo : FUN

Concernant les nouvelles technologies, tout comme OpenClassrooms, certains cours offrent la possibilité de programmer avec Arduino. Cependant, pour ces MOOC-ci, le système de sessions permet d’approfondir des sujets en focalisant son attention sur des parties spécifiques de la compétence. Ainsi, un nouveau cours compte apprendre à ses inscrits à fabriquer soi-même ses propres objets connectés, tout en considérant le cours cité précédemment en tant que prérequis recommandé. Sur des thèmes plus généraux, il est aussi possible de se lancer sur des sujets d’actualités de l’IT, tels que le Big Data et ses fondamentaux ou le routage et la qualité de service dans l’Internet.

Au vu du développement que connaissent les MOOC, force est de constater qu’ils permettent l’acquisition de connaissances théoriques et/ou pratiques dans des domaines divers et variés. De plus, depuis avril dernier, la plateforme FUN propose un système de vérification permettant de délivrer des certificats ayant une reconnaissance académique à l’inverse des précédentes attestations de succès délivrées à la fin des modules.

Ainsi, bien qu’ils soient encore loin de pouvoir rivaliser avec le système d’enseignement traditionnel (et là n’est pas le but), les MOOC n’en restent pas moins une alternative enviable pour de nombreuses populations , le caractère gratuit enlevant un obstacle non négligeable quant à leur accès. Concernant un public déjà familier avec l’enseignement universitaire, c’est une occasion de continuer à apprendre et de s’ouvrir à de nouveaux domaines en plein essor!

Crédit photo : Europe 1