Les MOOC, ou comment démocratiser le savoir

Avoir les cours des professeurs des plus grandes universités et écoles de France – qu’importe son profil, son niveau d’étude ou ses origines – le tout en ligne, gratuitement chez soi. Les MOOC, un rêve qui devient réalité.

Rien de révolutionnaire en soi, puisque certains enseignants s’appuient sur les opportunités du web depuis un moment déjà. Cependant, l’initiative portée à plus grande échelle est à souligner car les universités françaises ont un cran de retard par rapport à certaines de leurs consœurs étrangères (seulement 3% des établissements supérieurs français proposent des cours en ligne, contre 80% aux Etats-Unis). Retard qu’elles comptent bien rattraper avec le lancement des MOOC (« Massive Open Online Course » ou « Cours en ligne ouverts à tous »).



• Réinventer l’enseignement:


Les cours proposés sont adaptés au format web et à toutes ses possibilités. Il ne s’agit donc plus de simplement visionner la vidéo d’un cours magistral mais d’avantage de jouer sur les outils du web pour dynamiser et rendre accessibles les cours au plus grand nombre. Les « apprentis » ne sont plus spectateurs mais véritablement acteurs de leur formation puisqu’ils doivent répondre aux quizz, QCM, rendre éventuellement des devoirs et peuvent approfondir leur parcours en échangeant sur les forums de discussion mis à disposition. Le but étant de faire émerger une sorte « d’intelligence collective » liée au partage du savoir dont le professeur n’est plus le seul détenteur.



• Vers la démocratisation du savoir:


Pour Frank Pacard, directeur de l’enseignement et de la recherche à l’Ecole Polytechnique, les MOOC sont un moyen de « démocratiser le savoir. En effet, les cours sont de très bonne qualité, mais ils bénéficient au final à peu de monde ». Les MOOC peuvent également être un vecteur de réinsertion. Comme le souligne Mathieu Cisel, doctorant dans sur le domaine de l’enseignement numérique, il s’agit pour les personnes au chômage de s’occuper, se cultiver et suivre des formations qu’ils peuvent valider et par la suite valoriser sur leur CV.



D’une manière plus générale, les MOOC représentent une opportunité pour les pays en développement en manque d’infrastructures scolaires. D’après une étude réalisée par l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, 70% des étudiants qui suivent des MOOC sur Coursera viennent des pays émergeants (Inde, Chine, Brésil).



Les MOOC sont, encore pour le moment, l’apanage des pays bénéficiant d’une bonne connexion internet. Pour les pays en développement, le numérique représente un outil d’accès à l’éducation pour tous. Nous vous invitons à regarder le court reportage ci-après, montrant en quoi l’IT peut s’avérer être un excellent outil pour pallier au manque d’infrastructures éducatives.







Sources: © Terraeco.net / Arte TV