Les processeurs Intel Core, du Nehalem au Haswell

Depuis 2008 et quatre générations plus tard, les processeurs Intel Core n’ont de cesse de gagner en performance et en écoconception. Entre réduction de la matière et baisse de la consommation énergétique, focus sur cette évolution somme toute récente.

2008 à 2011 : Processeurs Intel Core de 1ère et 2e générations, respectivement baptisés « Nehalem » et « Sandy Bridge »

C’est en 2008, qu’Intel lance la première génération de processeurs Intel Core Nehalem. Ces processeur gravés en 45 nanomètres (nm), séparés de la carte graphique seront proposés jusque 2010 et préfigureront cette gamme phare des processeurs de la marque, les Intel Core i3, i5 et i7.

Par la suite, à partir de 2011, la seconde génération, Sandy Bridge, s’est vu réduire la gravure de 45 à 32nm et intégrer au sein d’une même puce le processeur et la carte graphique. La connexion entre l’Unité Centrale de Traitement (CPU) et le contrôleur graphique étant plus rapide, la lecture de vidéos HD et l’expérience de jeu pour les gamers furent améliorées. Ce processeur de 2nde génération était en effet 42% plus rapide que celui de 1ère génération. La diminution de la finesse de la gravure permirent également d’abaisser les coûts de fabrication pour le constructeur, de diminuer la production de chaleur produite par le processeur, sa consommation d’énergie mais aussi d’augmenter sa performance en permettant de le monter plus haut en fréquence, d’où un intérêt marqué pour les utilisateurs. Une écoconception améliorée donc tant sur l’économie de ressources que sur la consommation énergétique.

Seul bémol, l’arrivée des processeurs Sandy Bridge à 1155 broches provoqua l’obsolescence précoce des processeurs Nehalem qui, possédant 1366 ou 1156 broches, n’étaient donc plus compatibles avec la nouvelle génération de carte mère.

2012 : Processeur Intel Core Ivy Bridge

En 2012, la 3e génération de processeurs, appelés Ivy Bridge, a concentré ses principales améliorations sur la carte graphique intégrée et dans la réduction de la production thermique grâce à une finesse accrue de la gravure, passant de 32 à 22nm. Contrairement à la 1ère génération de processeurs, la 2e et la 3e partagent le même nombre de broches les connectant à la carte mère, soit 1155. Un choix responsable limitant le renouvellement prématuré des matériels.

2013 : Processeur Intel Core de 4e génération Haswell

L’année 2013 fut celle du lancement de la 4e génération de processeurs Intel Core Haswell. 5 à 15% plus performants que les Ivy Bridge, ils comptent la même finesse de gravure avec 22nm mais intègrent également une nouvelle microarchitecture en 3D (les composants sont sur plusieurs couches) les rendant plus performants et plus économes en énergie. Ce point permet donc à Intel d’entrer en force sur le segment « mobilité » des IT. En effet, avec ce type de processeur et plus particulièrement les Haswell i3, la consommation énergétique se trouve tellement diminuer qu’Intel rivalisera bientôt avec les processeurs ARM, principal fournisseur des tablettes tactiles et reconnu pour ces processeurs, certes peu puissants (ou en passe de le devenir) mais très sobre énergétiquement. Cette rivalité qui s’initie peut donc être de bon augure pour le développement de processeurs peu énergivores mais puissants, dans le secteur des tablettes et ordinateurs portables.

Concernant les postes fixes, en 2014, les processeurs Haswell « haut de gamme » se sont vus considérablement améliorés. En effet, Intel a présenté son 1er processeur à 8 cœurs, le Haswell-E (Core i7-5960X Extreme Edition), qui préfigure des avancées notables à venir dans son offre de processeurs. Cadencé à une fréquence de 3GHz et avec une gravure à 22nm adoptant une nouvelle microarchitecture, il est 5 à 10% plus rapide que la version précédente (à fréquence égale) et s’accompagne également d’un nouveau circuit pour carte mère, l’Intel X99.

Toutefois, l’erreur faite en 2011 se répète à nouveau. Actuellement, seules les cartes mères équipées de ce dernier sont compatibles avec ce processeur Core i7-5960X Extreme Edition. En effet, le Haswell-E adopte un nouveau connecteur permettant l’interface entre le processeur et la carte mère (ou socket) incompatible avec les anciennes. Situation d’obsolescence programmée déjà connue précédemment avec les processeurs de 1ère génération…

Sources :

© http://lecrabeinfo.net/historique-et-evolution-des-processeurs-intel-core.html
© http://www.silicon.fr/haswell-e-intel-equipe-les-pc-bureau-dun-processeur-8-cœurs 96397.html
© http://branchez-vous.com/2013/09/11/intel-une-baisse-de-consommation-sapprete-a-bouleverser-le-marche/