Les smartphones, ennemis n°1 des salles de classe : à juste titre ?

L’omniprésence des smartphones nous amène à nous interroger sur leur place dans les salles de classe ainsi que de leur rôle à jouer dans l’enseignement. Les smartphones doivent-ils faire partie des outils numériques utilisés à l’école au même titre que l’ordinateur portable ou la tablette ?

Toute la question se pose puisqu’en effet, le smartphone est généralement moins perçu comme outil de travail à l’instar du laptop ou de la tablette.
À l’heure actuelle, l’utilisation du smartphone est interdite dans les écoles françaises. Cette interdiction reste cependant moins marquée que dans d’autres pays comme l’Angleterre où 98% des écoles ont mis en place un règlement. En effet, dans les écoles anglaises, les élèves sont priés de déposer leurs appareils à leur arrivée à l’école pour ne les récupérer qu’une fois la journée achevée. Plus restrictives, certaines écoles prévoient une interdiction pure et simple des smartphones dans leurs écoles.

D’une part, il est important d’expliquer les raisons pour lesquelles le smartphone est si facilement en proie aux critiques dans le milieu scolaire. Pour cela, deux études sorties au mois de mai dernier traitent des enjeux de l’utilisation des smartphones sur la concentration.

La première étude a été réalisée par la London School Of Economics (LSE) et s’intéresse à l’impact du téléphone mobile sur la performance à l’école. Ces résultats corroborent l’idée que l’utilisation de device sur le temps scolaire nuit aux performances des élèves. En effet, pour les établissements ayant interdit les smartphones c’est une amélioration des résultats aux examens de 6,4% qui a pu être observée. De plus, l’étude montre un écart entre les élèves en difficultés pour qui les résultats s’améliorent nettement alors que pour les élèves les plus brillants, l’amélioration est infime.

La seconde étude faite par Microsoft au Canada est appelée « Capacité d’attention » , et met en avant les relations entre les problèmes de concentration et l’utilisation d’appareils numériques. Le premier constat de cette étude rejoint celui de l’étude réalisée par la LSE, en effet, alors qu’en 2000 la capacité de concentration d’un individu était de 12 secondes, aujourd’hui elle est descendue à seulement 8 secondes. À noter que Microsoft n’a pas rédigé son étude dans le même but que la LSE, ces chiffres n’étant pas propres aux jeunes. Néanmoins, on peut en conclure que l’utilisation d’un smartphone à l’école peut avoir des effets négatifs sur la concentration et donc, sur la qualité du travail des élèves. Toujours est-il que Microsoft ne s’arrête pas là dans son analyse et met aussi en avant les bienfaits du numérique. Ainsi, les utilisateurs courants d’équipements IT réussissent mieux à traiter l’information et à l’enregistrer dans leur mémoire, ce qui dans le cadre scolaire peut s’avérer utile.

Au-delà des difficultés de concentration, une problématique de fond subsiste, celle de la mauvaise utilisation par les jeunes de leurs smartphones. Il s’agit par exemple, de l’accès aux sites violents, à la diffusion d’images inappropriées et au nombre important d’informations personnelles divulguées via les réseaux sociaux notamment, en découle également la problématique de protection des données. Pour répondre à cette question, la CNIL a réalisé un guide « Maitriser les réglages « vie privée » de votre smartphone », en lecture ici . Une initiative qui permet d’accompagner les utilisateurs de smartphones pour plus de prudence.

D’autre part, malgré les réticences des écoles vis-à-vis des smartphones, on note aussi certains avantages à leur utilisation, de quoi créer la confusion.
Les smartphones sont devenus des acolytes quasi inévitables de nos vies, on se sert de son smartphone pour tout, ceci allant des fonctionnalités de base (appels, messages, mails) à … tout le reste (sport, orientation, actualité, jeux, cuisine,…). L’accès internet que confère un smartphone offre également une entrée illimitée à l’information. L’utiliser dans le cadre scolaire comme outil de recherche ou de confirmation de l’information peut s’avérer bénéfique pour les étudiants bien que cela engendre parfois la réticence des professeurs qui craignent, entre autres, la négligence de l’enseignement classique et des méthodes plus traditionnelles.

Néanmoins, les nouvelles technologies dans leur globalité font déjà partie de notre quotidien et leur présence est amenée à s’intensifier toujours plus avec l’arrivée en masse des objets connectés. Les interdire, est-ce vraiment la solution ?

Ainsi l’idée de démocratiser l’utilisation des smartphones grandit, l’UNESCO fournit, pour ce, différents guides dont un à l’attention des professeurs intitulé « l’apprentissage mobile pour les enseignants » et un autre plus général sur « l’apprentissage mobile dans le monde » .

La France comme beaucoup d’autres pays, a lancé un plan visant à intégrer le numérique sur l’ensemble du territoire, via le programme « France numérique 2012-2020 » . En ce qui concerne l’école, c’est non sans rappeler la volonté du Président François Hollande de les équiper au numérique à partir de la rentrée 2016. Ce projet porté par Najat Vallaud-Belkacem s’accorde à reconnaître que « l’école ne peut ignorer l’importance du numérique qui intervient aujourd’hui dans toutes les disciplines ».

Le numérique est une évolution incontournable dans le milieu scolaire. Le plan d’équipement des écoles en matériel IT est un projet colossal, long et coûteux. Le smartphone pourrait par son accessibilité, c’est en effet selon une enquête du Web Observatoire près de 80% des 15-24 ans qui possèdent un smartphone, proposer un outil complémentaire attractif pouvant contribuer à l’apprentissage des nouvelles générations. Le smartphone peut effectivement s’avérer être un outil de travail ludique, pour des travaux de groupe, une prise de vidéo à l’oral, des exercices en ligne…

L’intégration des smartphones comme outil de travail n’est encore qu’une question, mais qui mérite néanmoins réflexion. Le rôle de l’enseignement est d’incorporer au mieux les technologies existantes dans les écoles, intégrant ainsi le rôle à jouer évident du numérique dans le futur des jeunes élèves.

Sources :
© http://www.silicon.fr/smartphone-ecole-performance-scolaire-lse-116393.html
© http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2014/11/28112014Article635527579502553085.aspx
© http://www.rslnmag.fr/post/2013/04/02/Du-bon-usage-des-smartphones-a-lecole-.aspx
© http://acces.ens-lyon.fr/acces/classe/numerique/smartphones/analyses/interdire-les-smartphones-a-lecole-un-paradoxe/
© http://www.unesco.org/new/fr/unesco/themes/icts/m4ed/mobile-learning-resources/unescomobilelearningseries/
© http://www.infopresse.com/article/2015/5/11/microsoft-canada-demystifie-l-influence-du-numerique-sur-l-attention-du-public-canadien