• #COP 21
  • #Epuissement
  • #Humanité
  • #Ressources

L’Humanité vit à crédit

La date fatidique est arrivée. À partir du 8 août 2016, nous vivons à crédit sur les ressources de la planète. Cette année encore plus tôt que l’année dernière, un schéma qui semble se poursuivre depuis le lancement de l’analyse en 1970. Mais que nous révèle ce chiffre sur la situation environnementale de notre planète ?

Après la COP 21, grand rassemblement international sur le climat, qui s’est tenu à Paris en décembre dernier, on s’attendait peut-être à autre chose … Pourtant, le « Earth Overshoot Day » ou jour de dépassement est arrivé ce lundi 8 août, 4 jours plus tôt que l’année dernière.

Ce jour de dépassement signifie, pour rappel,  que l’humanité a consommé à cette date, l’ensemble des ressources que la planète peut produire en une année ! Depuis hier, la population mondiale puise donc dans les ressources « à venir » de la planète pour s’alimenter, s’habiller et consommer, et ce jusqu’au 31 décembre 2016, date à laquelle le compteur sera remis à zéro pour la nouvelle année.

Lors de la COP 21, des engagements entre États ont été signés afin de réduire notre impact sur l’environnement. En effet, l’empreinte de l’homme sur la planète est significative, elle engendre entre autres, un dérèglement climatique, des phénomènes de pénurie ou encore la disparition massive d’espèces. Le principal point d’action à l’origine de l’Accord de Paris est donc la réduction de nos émissions de Gaz à Effet de Serre (GES) et principalement de nos émissions carbone. Celles-ci sont, en effet, responsables aujourd’hui de 60% de notre empreinte écologique globale ! Cet accord s’illustre comme plus que nécessaire, lorsque l’on sait que l’année 2015 a été l’une des pires de l’histoire concernant les déboires climatiques.

Face à ce constat alarmant, chaque individu, particulier ou professionnel, est concerné par sa manière de consommer. Concernant l’IT, il est considéré au même titre que les autres secteurs d’activité comme acteur obligé de ce changement. Nous revenons régulièrement sur l’impact environnemental du secteur, celui-ci lié majoritairement aux importantes quantités de ressources que demande la production d’objets électroniques qui nous sont chers aujourd’hui : smartphone, tablette, montre connectée, etc.

 44 kilos de matières premières pour un smartphone

734 kilos pour un ordinateur

2666 kilos pour une télévision LCD

Si l’on considère les plus de 2 milliards de smartphones en service, sans parler de ceux qui dorment dans les tiroirs, et que l’on extrapole à chaque technologie, on comprend mieux l’impact non négligeable du secteur ! Ce dernier s’engage néanmoins et de nombreux acteurs font part à travers leurs rapports RSE de leur objectif de réduction des émissions de GES.  HP a ainsi réduit son empreinte carbone de 11% par rapport à l’année 2014 et Apple enregistre une baisse de 64% de ses émissions depuis 2011 !

Il faut espérer que l’Accord de Paris tienne ses promesses sur le maintien à 2°C du réchauffement climatique et que l’engagement des entreprises et de la population se poursuive afin d’offrir à notre planète un peu de répit !

Crédit photo : EcoGuide IT