• #Innovation
  • #itforgreen
  • #lafrenchtech
  • #Produrable

L’IT au salon Produrable

Le Salon Produrable, c’est 48 heures dédiées à la Responsabilité Sociétale des Entreprises. Organisé par le Ministère de la Transition écologique et solidaire et le Ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, l’évènement avait pour objectif de promouvoir l’économie durable à travers un panel d’entreprises et de solutions innovantes. Quelle est la place occupée par l’IT dans cette économie et ces nouveaux modes de travail ? L’équipe EcoGuide IT vous rapporte les innovations IT for Green rencontrées lors de sa visite du salon.

Des tentatives pour réduire l’amoncèlement des déchets

Plusieurs exposants parmi les 200 présents lors du salon ont introduit leurs solutions pour un meilleur traitement des déchets. Ce sujet est essentiel puisque chaque année des déchets, alimentaires et matériels, sont produits. Or, traiter ces derniers permet de réduire leur volume, et limiter l’extraction de ressources primaires et fossiles. Rappelons que l’impact environnemental d’un smartphone se concentre à 80% lors de sa phase de production, incluant l’extraction des ressources et leur manufacture.

Des organisations gouvernementales, telles qu’Ecologic, travaillent à la récupération des déchets, mais leur impact reste minime face la montagne de matériels à traiter. Cependant on note une tendance positive des entreprises qui fleurissent et développent la filière de récupération et de recyclage des déchets. Tricycle propose de récupérer tous types de déchets de bureau, allant des téléphones au mobilier, sans oublier le papier. En plus de collecter, traiter et réemployer les déchets, l’entreprise s’inscrit dans une démarche de valorisation sociale en favorisant les emplois d’insertion. Une fin de vie certainement plus louable pour votre smartphone que le fond d’un tiroir !

Outre la récupération des DEEE, d’autres entreprises font appel au digital afin de traiter et valoriser les déchets. C’est le cas de Pickmywastes, qui récupère et traite les déchets issus de la filière BTP. Un secteur important puisqu’il produit cinq fois plus de rebuts que les ménages.  L’Europe s’est d’ailleurs fixée comme objectif le traitement de 70% de ces derniers d’ici 2020. Pickmywastes connecte les professionnels du BTP via une application et un service de géolocalisation : les chantiers ayant un surplus de matériaux tels que la terre, sont mis en relation avec ceux en ayant besoin, pour un terrassement, par exemple. L’entreprise utilise le numérique pour mettre en relation, optimiser les transports et favoriser l’échange entre chantiers proches géographiquement. Elle répond également à une demande de traçabilité.

Crédit photo : azerti job

Optimiser le stockage des données et reconnecter l’humain à l’environnement

La donnée n’a pas seulement une valeur attachée à l’information qu’elle renferme. Elle peut également en générer grâce à l’énergie qu’elle produit. En effet, nombre de datacenters sont fustigés pour leur rejet de chaleur et la forte consommation énergétique nécessaire à leur refroidissement. Des entreprises telles que Stimergy comptent répondre à cet enjeu en valorisant la chaleur produite par les serveurs. L’entreprise propose de stocker les données de ses clients dans des petits datacenters placés dans des circuits de chaudière afin de couvrir 60% des besoins en eau chaude de l’installation. La chaleur produite par les serveurs peut chauffer un bassin de natation ou encore répondre au besoin en eau chaude d’une école. De plus, les données des clients sont cryptées et hébergées en France. Quant au refroidissement des serveurs, il est assuré en free cooling par une solution brevetée, donc peu détaillée. L’innovation de Stimergy s’inscrit dans une démarche à la fois IT for Green et Green IT, permettant notamment de réduire drastiquement la facture d’eau chaude !

L’IT prend une place de plus en plus importante dans les entreprises et dans notre quotidien. Elle facilite les échanges, mais déconnecte parfois l’humain de son environnement. Qui est désormais capable de reconnaitre dix variétés d’arbres différents sans l’aide d’Internet ? Suite à ce constat, des entreprises telles que Arp Astrance, historiquement spécialisée dans le bâtiment, ont décidé de reconnecter l’humain à la nature via le numérique. Puisqu’en France, une large partie de la population possède un smartphone, pourquoi ne pas faire de ce dernier un outil de découverte de l’environnement ? En 30 ans, 80% des insectes et 1/3 des oiseaux se sont éteints en Europe. Il est temps que l’humain reprenne conscience de ce qui l’entoure. L’application « Le Jardin Numérique » répond à cet enjeu par la visite d’espaces verts publics. Une déambulation géolocalisée et interactive où le visiteur devient joueur en répondant à des questionnaires ou en chassant des trésors. Une solution pour les particuliers et les plus jeunes, mais également pour les entreprises. Le groupe Les Mousquetaires y a déjà adhéré pour son siège social de Tréville !

L’Intelligence Artificielle (IA) s’infiltre dans les services RH

La RH n’échappe pas au numérique et notamment à l’IA. Récemment, nous dédions un article à la place croissante occupée par cette intelligence dans les entreprises. Produrable confirme cette tendance : certains spécialistes du recrutement ont échangé sur leur utilisation de cette technologie. Riminder propose aux entreprises des profils de candidats sortant des sentiers battus en faisant appel à des algorithmes empreints de machine learning, capables de recouper des informations et carrières multiples sans se conformer aux mots clefs classiques. L’entreprise soumet au service RH des profils de candidats différents et originaux qui auraient certainement été omis d’une procédure classique de recrutement. Riminder entend répondre à l’enjeu des RH face aux millenials. En effet, les jeunes actifs ont désormais des formations multiples, des activités diverses, changent souvent de postes et d’entreprises et ont bien souvent un profil international. De plus, cette innovation limite les biais racistes ou sexistes, par l’objectivité froide de l’IA. Une solution IT for Green qui assiste le recruteur dans sa campagne et le déleste des tâches redondantes et chronophages, afin de se concentrer sur la qualité et la spécificité du candidat retenu. Ceci permettrait d’abaisser le turnover de l’entreprise et d’éviter les erreurs de casting.

Crédit photo : Riminder

Il semblerait donc qu’économie durable rime avec IT. L’émergence des solutions digitales et la prise de conscience de l’impact du numérique sur l’environnement sont autant de preuves que le monde de demain sera sous le signe de la dématérialisation et de l’économie circulaire. Si les impacts environnementaux et sociaux causés par les modes de vie occidentaux sont alarmants, des événements tels que Produrable permettent de mettre en avant les solutions en faveur de l’environnement et des êtres vivants. Deux jours intenses qui ont rappelé à la fois l’urgence d’agir et les solutions en devenir. Vivement 2019 !

Juliette Bernier