• #Apple
  • #ifixit
  • #motorola
  • #obsolescenceprogrammee
  • #Samsung

L’obsolescence programmée enfin condamnée en Italie

Le spectre de l’obsolescence programmée a frappé, et pas n’importe qui ! Apple et Samsung, les deux ténors du marché des smartphones, ont été condamnés par l’autorité italienne garante de la concurrence pour « pratiques commerciales malhonnêtes ». L’Italie ouvre-t-elle la voie à la pénalisation des entreprises pointées du doigt pour délit d’obsolescence programmée ?

Un signal positif pour les opposants à l’obsolescence programmée

En moins d’un an, l’Autorità Garante della Concorrenza e del Mercato (l’« Autorité Garante de la Concurrence et des Marchés » ou AGCM) est parvenue à condamner Apple et Samsung pour « mise en œuvre de pratiques commerciales malhonnêtes ». Bien que le terme « obsolescence programmée » n’apparaisse pas dans la condamnation, cela reste un signal fort envoyé tant aux entreprises accusées, qu’aux consommateurs mécontents. L’Italie n’est pas le seul pays à avoir lancé une enquête à la suite des plaintes collectives déposées, mais le pays restera le premier à avoir abouti à une conclusion et à des amendes.

Posons le contexte. Apple et Samsung sont accusées d’avoir mis à jour des logiciels pour accélérer la fin de vie de certains de leurs modèles de smartphones. Pour le géant coréen, ce sont les Galaxy Note 4 qui ont pâti de la version Marshmallow d’Android adaptée au Galaxy Note 7. De cette incompatibilité est née un inconfort d’utilisation incitant les propriétaires du modèle à renouveler leur équipement, sans que la firme ait pris le soin de les prévenir de ce risque lors de la proposition de mise à jour et de leur permettre de la désinstaller en cas de problème.

Crédit photo : Le Point

Pour la firme de Cupertino, c’est l’affaire des bridages d’iPhones qui avait fait grand bruit en fin d’année dernière. Pour rappel, une mise à jour d’iOS avait entraîné un ralentissement des performances des smartphones de la marque, comprenant l’iPhone 7 et les versions précédentes. L’entreprise s’était attirée l’ire des consommateurs lorsqu’elle avait communiqué son souhait de ménager la batterie des anciens modèles… sans en prévenir les usagers. Cette mesure impliquait un ralentissement du téléphone ou bien une extinction inopinée de celui-ci, pratique perçue comme une incitation à remplacer les modèles par des plus récents.

Une condamnation symbolique en réponse au ras-le-bol des consommateurs

La mauvaise réputation des géants IT en 2018 est plausiblement liée au sandale Apple qui a secoué la fin d’année 2017. En effet, une fois révélées, les pratiques de ces géants ont suscité une vague d’indignations. Certains consommateurs ont commencé à déposer des plaintes collectives à l’encontre de ces structures. Des États ont entamé une procédure d’enquête afin de démêler la situation. Aujourd’hui, seule l’Italie a statué en infligeant à Apple et Samsung des amendes de, respectivement, 10 millions et 5 millions d’euros. Somme symbolique pour des entreprises générant des milliards de dollars de revenus annuels, mais l’histoire ne s’arrête pas là puisque la France et les États-Unis peuvent s’ajouter à cette décision. En France, c’est l’association Halte à l’Obsolescence Programmée (HOP) qui est à l’origine de la plainte contre Apple. Aux États-Unis, le Ministère de la Justice et le gendarme de la Bourse, la Securities & Exchange Commission (SEC), mènent l’enquête. Pour le moment, seul Samsung a fait appel de la décision de l’AGCM.

Face à ces pratiques révélées au grand jour et suscitant la désapprobation de la société, tous les fabricants ne vont pas pour autant dans le même sens !

Un partenariat audacieux entre iFixit et Motorola

Pour finir sur une note plus positive, iFixit, le site participatif d’aide à la réparation de tous types d’équipements, et le fabricant de smartphones Motorola, pour rappel détenu par Lenovo, ont scellé un partenariat nouveau sur le marché des terminaux mobiles. Le fabricant travaille avec la plateforme de réparation afin de proposer des kits officiels permettant de réparer l’écran et/ou la batterie de certains de ses modèles. La démarche se limite à ces deux composants car, comme l’explique iFixit dans son annonce, il s’agit des plus concernés par la réparation, pour causes d’usure ou bien de casse.

Crédit photo : iFixit

La politique suivie par Motorola contraste encore beaucoup trop avec les pratiques observées chez Apple et Samsungn, mais l’AGCM pourrait bien changer les règles en pénalisant les deux géants. Dans une démarche d’amélioration des pratiques et sur fond d’allongement de la durée de vie de nos équipements high-tech, il semble presque obligatoire de passer par la sanction pour éveiller la conscience de certains fabricants. Reste à voir sur la durée si de telles décisions fleuriront et feront réagir positivement ces entreprises !

Aymeric De Wispelaere

Crédit photo : Shutterstock