Nokia, Samsung, Apple ou encore Sony, autant de grands noms de l’IT reliés à divers incidents sur des appareils, incidents qui poussent à s’interroger sur la sûreté de nos équipements.

Des téléphones qui explosent, des batteries qui surchauffent ou des constructeurs qui rappellent leur chargeur pour risque de choc électrique : Incidents isolés ou problèmes de rigueur lors des phases de test ?

Les incidents dans le domaine de l’IT s’accumulent et se ressemblent malheureusement. Entre surchauffe de batterie, implosion voire explosion d’appareils ou matériel défectueux, pas un mois ne passe sans que l’on entende parler de ces faits divers qui ont tout de même déjà blessé plusieurs personnes.

En cette mi-avril, Nokia vient d’ailleurs de rappeler 30 000 chargeurs évalués comme défectueux puisque présentant un risque d’électrocution pour l’utilisateur. Bien qu’aucun accident n’ait été recensé pour le moment, l’information tombe après la mise en vente du produit, alors même qu’il a déjà été distribué dans plusieurs états. Cela entraîne donc un coût pour l’entreprise obligée de stopper toutes les chaînes d’approvisionnent et de conception, mais également un coup à l’image du produit, sans parler du risque encouru par les clients.

Quelques jours avant cela, Sony demandait d’ailleurs aux détenteurs de la nouvelle série Vaio Fit 11A d’éteindre leur PC au risque d’un échauffement anormal de la batterie lithium pouvant endommager le reste de l’ordinateur. La faute relèverait du fournisseur du constructeur mais cette déclaration intervient une nouvelle fois un peu tard.

Si on ajoute à ces deux exemples récents les problèmes survenus avec différents smartphones comme celui du Samsung Galaxy S4 qui a explosé en Suisse mais sans dommage pour son utilisateur ; ou celui du Galaxy S3 qui a pris feu et a brûlé au troisième degré la cuisse droite d’une jeune femme ; ou encore l’incident avec un iPhone ayant entraîné la mort d’une jeune chinoise après l’utilisation d’un chargeur d’une marque différente de celle du téléphone ; il est évident que les risques sont bels et bien présents.

Bien que certains de ces accidents soient intervenus après l’ajout ou l’usage d’un matériel n’appartenant pas au constructeur de l’appareil, il devient primordial de s’interroger sur les causes et les conséquences de tels incidents.

Quand on entend parler d’un iPad Air ayant explosé en pleine boutique en Australie sans raison valable apparente, ou d’un iPhone prenant feu dans la poche d’une adolescente aux Etats-Unis, il est certain qu’un véritable travail doit être effectué en amont par l’ensemble des constructeurs. La multiplication des sous-traitants rentre également en ligne de compte. Certes les constructeurs sont tenus de faire différents tests mais avec un grand nombre de fournisseurs à travers le monde, est-il réellement possible de tout contrôler ?

Il apparaît toutefois qu’un renforcement de la vigilance en ce qui concerne la sécurité du produit pourrait éviter aux marques de tels scandales et de conséquentes pertes en termes d’image mais aussi en termes de dépenses. Qu’en est-il également du contrôle au niveau de chaque Etat ?

Tout un travail en amont est donc à effectuer par les différentes parties pour assurer une meilleure sécurité des produits. Les problèmes d’incompatibilité entre téléphones et batteries ou chargeurs d’une autre marque sont des faits assez surprenants à l’heure où la législation pousse à une homogénéisation des chargeurs pour réduire entre autre le taux de DEEE.

Sources:
© http://www.lefigaro.fr/
© http://www.phonandroid.com/
© http://www.zdnet.fr/
© http://www.lematin.ch/