• #Google
  • #Modulaire
  • #Projet ARA

Projet ARA, le retour ?

Passé de mains en mains ces dernières années, le dernier report du projet ARA et l’absence de nouvelles laissaient craindre un abandon du projet par son actuel porteur : Google. C’était sans compter sur le Google I/O 2016, la conférence annuelle de la firme de Mountain View, où le projet a refait surface avec une prévision de sortie… pour 2017 !

Depuis la genèse du projet autrefois appelé Phonebloks, le projet ARA n’en a pas fini de faire couler de l’encre au vu des spécificités qu’il promet. En effet, son créateur, le designer néerlandais Dave Hakkens, a souhaité créer un smartphone dont la modularité avait pour but de permettre aux utilisateurs de changer les blocs de fonctionnalités au gré de leurs envies. Ainsi, plus besoin de changer de smartphone si ce dernier avait une faible autonomie de batterie, une mémoire vive faiblarde par rapport à l’utilisation qui en est faite, ou même un écran trop petit pour un usage multimédia, il suffisait juste d’équiper le smartphone des modules nécessaires.

Lorsque Google a racheté Motorola Mobility, entreprise (depuis revendue à Lenovo) qui portait alors le projet, cette intention de proposer une modularité avancée est restée le leitmotiv de la firme de Mountain View, alors chargée de le concrétiser. Toutefois, dans la pratique, la réalisation de ce smartphone modulaire s’est révélée plus ardue que prévue. En effet, normalement prêt pour 2015, le smartphone a été reporté à l’année 2016 suite à des problèmes concernant le système d’attache magnétique des modules, pour au final être annoncé durant la conférence annuelle du géant de l’IT, Google I/O 2016, pour une mise sur le marché courant 2017. Le smartphone serait donc actuellement testé en situation réelle par une dizaine d’employés de la firme qui possèdent chacun un exemplaire, plaçant ainsi le groupe sur la bonne voie pour la sortie du projet ARA. Toutefois, l’annonce a montré que certaines concessions au projet de base ont été nécessaires !

En effet, alors que le projet ARA devait permettre une modularité complète de l’ensemble des composants, Google a présenté un terminal mobile dont l’écran (de 5,3 pouces), le processeur et la mémoire vive ne feront finalement pas partie des pièces modulables. De plus, afin de régler le problème d’attache, le choix s’est finalement porté sur un endosquelette où pourront être installés six modules à l’arrière de l’écran, contre les dix initialement prévus sur l’ensemble (autant à l’avant que l’arrière). Le système d’attache sera donc physique et correspondra au standard UniPro, les transferts pouvant aller jusqu’à 11,9 Gibabits par seconde (Gbps) d’après Google.

L’annonce a ainsi suscité des réactions mêlant d’un côté le soulagement de voir le projet finalement maintenu et de l’autre, la déception de constater la perte en modularité pour des pièces maîtresses de l’équipement que sont le processeur, l’écran et la mémoire vive. Cependant, bien que le projet ARA semble avoir perdu de sa modularité, il n’en restera pas moins un OVNI sur le marché des smartphones. Rappelons qu’à l’heure actuelle, il existe peu d’hardwares grand public de cette catégorie proposant une modularité avancée. En effet, le LG G5 reste un smartphone standard dont les modules sont principalement des accessoires. Quant au Fairphone 2, l’accent a davantage été mis sur la possibilité de le réparer grâce à une modularité de ses composants.

De manière générale, le projet ARA respecte la volonté de base de sa création, c’est-à-dire permettre une alternative à la mise au rebut excessive des smartphones souffrant d’obsolescences technique et/ou esthétique. Par conséquent, même revue à la baisse, l’ambition du projet ARA reste louable…en espérant que les composants fixes n’induisent pas eux même une obsolescence technologique significative !

La prochaine étape est la sortie de la Developper Edition qui sera normalement mise à disposition des développeurs dans le courant du dernier trimestre 2016, afin de laisser la place aux propositions de création de modules. Gageons que Google respectera sa feuille de route !

Crédit photo : http://www.fredzone.org