Qelasy, la tablette éducative africaine

Dévoilée au salon de la téléphonie à Barcelone en février dernier, la tablette ivoirienne Qelasy entend se positionner en tant que leader sur le marché des tablettes pédagogiques en Afrique.

Nous vous parlions de l’expansion des MOOC et de la firme Apple qui assoit sa stratégie commerciale autour du marché éducatif en étendant l’accès aux plateformes iBooks et iTunes U Course Manager.

Le marché de l’e-éducation est en plein essor et inspire de nombreux créateurs d’entreprises. Parmi eux, Thierry N’Doufou, créateur ivoirien de la tablette Qelasy : « Nous avons choisi le secteur de l’enseignement car l’éducation est à la base du développement d’une société et favorise l’émergence des dirigeants de demain »

Le principal point de différenciation de la Qelasy ? Elle n’a pas pour vocation d’être généraliste comme le sont l’iPad d’Apple ou la Nexus 7 de Google. Pas question d’aller sur Facebook, de jouer à Candy Crush ou encore de discuter sur Skype. De l’éducatif, rien que de l’éducatif. Tel pourrait être le mot d’ordre de cette tablette. Thierry N’Doufou cherche en effet à promouvoir un enseignement africain plus ancré dans son époque, avec des moyens plus modernes pour « redonner aux étudiants l’envie d’apprendre, et aux enseignant celle de transmettre le savoir ». Une plateforme a notamment été créée pour que les professeurs puissent alimenter leurs cours de videos et d’exercices et transférer les notes directement aux parents.
Autre point à noter : cette tablette a été pensée pour s’adapter aux différents climats d’Afrique Centrale et de l’Ouest et est équipée d’un filtre anti-poussière et d’une coque imperméable. De quoi augmenter, normalement, la durée de vie du produit.

Regroupant déjà l’ensemble des livres scolaires de Côte d’Ivoire de la petite section jusqu’au lycée, la Qelasy espère devenir l’accompagnatrice indispensable de toute la scolarité des jeunes ivoiriens.

Cette tablette sera commercialisée autour de 250 euros, un prix qui représente un investissement non négligeable pour les familles ivoiriennes. Des subventions permettront cependant de la vendre à prix réduit aux établissements scolaires.

A l’heure où l’on commence à comprendre que l’Afrique est en passe de devenir un marché florissant pour les technologies mobiles avec l’ascension de la classe moyenne Africaine (d’après l’étude « Smartphone Forecast », le nombre de smartphones vendus en Afrique et au Moyen-Orient devrait être multiplié par près de quatre d’ici à 2017, pour atteindre 124,6 millions d’unités, contre 29,7 millions d’unités en 2011), les initiatives des créateurs africains se veulent pleines d’opportunités sociales pour développer le continent.

Source:
© France24.com
© Ecoguide IT