Que présage la typologie des consommateurs Ethicity pour le Green IT ?

L’étude Ethicity 2015 publiée en ce début de mois de juin révèle de profonds changements dans la typologie des consommateurs ! Quid du Green IT dans tout ça ?

C’est un constat peu plaisant qui ressort de l’ étude d’Ethicity du groupe GreenFlex publiée en ce début de mois. En effet, selon le cabinet de conseil, un quart des français se désintéresseraient de l’environnement à l’heure où la France prépare la très attendue COP21 qui se tiendra au Bourget cette fin d’année. Avec une vocation à rendre compte des grandes tendances de la consommation responsable, Ethicity délivre depuis maintenant plusieurs années un baromètre éloquent qui répartit en huit catégories différentes les profils de consommateurs : Modern Humanists, Share Activists, Slow Fast, Green Twees, Jeunes classiques, Happy Self, Ecossentiels et Rétractés et leur comportement respectif vis-à-vis du développement durable.

Le principal intérêt d’une telle étude réside dans l’opportunité d’appréhender au mieux ces différents profils et surtout d’en observer l’évolution d’année en année face aux enjeux du développement durable, ceux-ci concernant leur mode de vie, leur alimentation, leur santé ou encore leur bien-être. En effet, la consommation de produits locaux ou certifiés bio et la recherche de produits à la traçabilité éprouvée, trouve preneur parmi ces catégories de consommateurs. A contrario, il existe des consommateurs dont le but n’est pas de consommer de manière durable et l’étude d’Ethicity montre d’ailleurs que leur nombre augmente !

Parmi tous ces profils, il existe une toile de fond à ne pas oublier : les innovations technologiques. Qu’ils soient pour ou contre une consommation plus responsable, une majorité des catégories de consommateurs établies par Ethicity se révèlent très sensibles à la possibilité de communiquer avec les autres via des canaux de communication dont les réseaux sociaux et Internet. L’équipement en produits IT est donc indispensable pour eux et c’est pourquoi il ne faut pas négliger les tendances mises en exergues par l’étude, la consommation d’hardwares rapportant directement au Green IT.

Parmi ces catégories technophiles, les Happy Self se montrent assez neutres quant au discours responsable tout en étant fervents de modernité et d’innovations…de nos jours majoritairement trustées par les nouvelles technologies. Leur nombre étant en progression par rapport à l’année dernière (12,9% contre 8,6%), il y a donc tout intérêt à se demander si ces Happy Self seront enclins à acquérir des équipements IT moins énergivores. Voire surtout à ne pas se laisser tenter par l’obsolescence programmée de certains industriels peu scrupuleux qui ne lésinent pas sur les campagnes marketing poussives pour accompagner la sortie annuelle de leurs hardwares prétendument indispensables.

Les Green Twees, bien que très soucieuses (et oui, 84% de cette catégorie de consommateurs sont des femmes) de leur santé et de leur bien-être, sont comme les Happy Self, un groupe hyper connecté très friands de nouvelles technologies. Même si leur proportion a baissé depuis l’année dernière avec 13,1% contre 18,2%, leur souhait d’acheter des produits de qualité peut en faire une catégorie d’acheteurs sensible au Green IT. L’IT sain et responsable pourrait être un vecteur de décisions dans leurs choix d’acquisition de produits technologiques.

Concernant les catégories de consommateurs les plus avertis, la typologie des Share Activists pourrait être celle sur laquelle il faudrait le plus s’attarder concernant la consommation Green IT de nouvelles technologies. En effet, cette catégorie représentant 12,4% de la population contre 8,2% en 2014, est un groupe interconnecté très porté sur le communautaire que les convictions personnelles incitent à vérifier la traçabilité des produits qu’ils désirent acheter.

Malgré un net recul cette année avec dorénavant un quart de français qui se désintéressent de la question environnementale, l’implication des nouvelles technologies dans le quotidien des français mérite que l’on s’intéresse à la manière dont celles-ci peuvent influer sur leur manière de percevoir le développement durable. Quand on sait que 19,3% des répondants pensent qu’ « agir pour l’environnement ne vaut la peine que si cela leur fait gagner de l’argent », leur expliquer que la sobriété énergétique fait partie des grands thèmes du Green IT peut leur montrer qu’il existe outre les avantages environnementaux des avantages pécuniaires. Cela pourrait en faire changer d’avis plus d’un !

Sources :
© http://www.webdeveloppementdurable.com/etude-ethicity-consommation-durable-typologie-des-consommateurs-2015/
© http://www.greenflex.com/etudes/typologie-des-consommateurs/