• #Devoir de vigilance
  • #Epson
  • #Evènement
  • #GreenFlex
  • #ISO 20400
  • #Printerreea
  • #Produrable

Retour sur évènement : Les 10 ans de Produrable !

Du 13 au 15 mars, le salon Produrable s’est tenu au Palais des Congrès de Paris. Il a été l’occasion de prendre le pouls du positionnement de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) au sein de ces dernières. Devoir de vigilance, finance verte, innovation et bien d’autres sujets ont été au cœur des conférences et de l’attention portée par les exposants présents. L’équipe EcoGuide IT était sur place et vous en livre son ressenti !

Dix ans maintenant que le salon Produrable promeut le Développement Durable et la RSE, et donne l’occasion à des entreprises de présenter leur engagement dans le domaine. Cette année, ce sont plus de 170 acteurs économiques, entreprises, organismes de presse et institutions publiques, entre autres, qui ont répondu à l’appel. En plus d’offrir une visibilité à ces structures, Produrable organise aussi une série de conférences offrant un visuel des actions mises en place par des entreprises, mais aussi un suivi des avancées en termes de RSE sur des aspects tels que la réglementation, par exemple.

À ce propos, le devoir de vigilance récemment adopté par l’Assemblée Nationale, n’a pas manqué de susciter un certain intérêt en faisant l’objet de plusieurs conférences, dont celle de GreenFlex, permettant d’aborder cette nouvelle loi sous l’angle de sa mise en pratique au sein des entreprises. Ainsi, Marie-Caroline Caillet, Directrice conseil droit et RSE de Be-Linked – GreenFlex, Fanny Frémont, Responsable du Responsible Mica Initiative et Bruno Peyroles, Fondateur de Bureau Vallée, ont présenté les enjeux inhérents au devoir de vigilance et son application au sein de leur projet et entreprise respectif.

Outre cette conférence sur un sujet majeur de la RSE, d’autres thématiques, cette fois-ci plus directement rattachées à l’IT, ont également eu leur point d’attention. Ainsi, toujours dans la chaîne d’approvisionnement (supply chain en anglais), la conférence « Comment crédibiliser la mise en place d’une supply chain responsable ? » a permis d’effectuer un rappel sur l’adoption le mois dernier de la norme ISO 20400 relative aux achats responsables. Après trois années de travail, cette norme en place a pour objectif d’inciter les entreprises et plus précisément, leurs services achats, à se poser les bonnes questions sur les risques et opportunités dans le fait d’appliquer une politique de responsabilisation de leurs achats. Toutefois, à l’inverse des ISO 9001 et 14001 par exemple, l’ISO 20400 ne fait pas l’objet d’une certification et ne comporte donc pas d’exigences. C’est la raison pour laquelle le label Relations Fournisseur Responsables compte converger vers la norme afin de proposer une labellisation avérée prenant en compte les recommandations intégrées par la norme.

Crédit photo : http://dqs-cfs.com

Hormis les conférences, des entreprises en rapport avec l’high-tech étaient également présentes dans les stands pour présenter leurs projets, produits et/ou initiatives. Parmi elles, Wenow qui propose un dispositif connecté aux véhicules permettant d’en mesurer les émissions de CO2 et ainsi de réduire l’empreinte carbone des transports. Un service présenté par la startup comme étant une aide à la mise en place d’actions RSE au sein d’une entreprise comportant un parc automobile. En plus de Produrable, rappelons que Wenow faisait également partie des représentantes de La French Tech lors du Consumer Electronic Show (CES) de janvier dernier.

Crédit photo : Printerre ea

Les systèmes d’impression n’étaient également pas en restes. L’entreprise française Printerre ea, et le géant japonais Epson, comptaient aussi parmi les exposants. S’agissant de Pinterre ea, l’entreprise était présente afin de mettre en avant sa spécialisation dans le reconditionnement des imprimantes et la remise à neuf de consommables. Deux qualités avantageuses dans la mesure où le reconditionnement permet l’allongement de la durée de vie d’appareils high-tech dont la phase de fabrication est impactante, et dont les consommables sont des impondérables à l’utilisation de ce type d’équipements. Quant à Epson, l’entreprise présentait ses recharges d’encre baptisées « eco-tank » permettant de limiter drastiquement la quantité de déchets issue de l’utilisation de cartouches d’encre. À l’heure actuelle, ce dispositif semble rencontrer son public dans la mesure où Epson est parvenue à écouler plus de quinze millions d’unités depuis le lancement de la technologie, en 2010. Cette initiative n’étant pas sans rappeler celle du géant américain Lexmark dont le programme Lexmark Cartridge Collection Program (LCCP) vise aussi à limiter l’émission de déchets de cartouches d’encre en réutilisant leurs composants pour en faire de nouvelles !

Le salon Produrable a bel et bien permis de prendre la mesure des actions RSE mises en œuvre par des entreprises de toute taille ou par des associations et ONG aux réputations différentes. Concernant l’IT, il est intéressant de constater que certains acteurs aient fait le déplacement afin de présenter leurs solutions. Admettons tout de même que pour un secteur impactant, l’absence de certains géants est dommageable tant leurs actions en matière de RSE sont supposées être ambitieuses !

Crédit photo : http://www.imprimvert.fr