• #Batterie
  • #cobalt
  • #impactsocial
  • #rdc
  • #terresrares

Terres et métaux rares : le dilemme du Green IT

Le Green IT suit la dynamique de croissance du secteur IT, mais bien que « green », tout objet IT est composé de métaux et de terres rares, pour l’instant irremplaçables, à l’origine de désastres environnementaux et sociaux. Si la demande dans les secteurs IT, des voitures électriques et des énergies renouvelables continue à augmenter, certaines ressources viendraient à s’épuiser.
Quelles sont les solutions face à cette problématique non seulement sociale et environnementale, mais aussi économique et géopolitique ?

Les métaux rares, quels sont-ils ?

On dénombre actuellement une trentaine de métaux rares et 17 terres rares. Un métal est considéré rare lorsque sa production est inférieure à 100 000 tonnes par an. Comme l’explique Guillaume Pitron, journaliste et auteur de « La guerre des métaux rares », ces métaux pourraient être exploités dans de nombreuses régions, mais leur concentration infime dans la roche rend leur extraction complexe et coûteuse. L’Europe a produit ces métaux, au même titre que les Etats-Unis, durant plusieurs décennies, jusqu’aux années 1980. Aujourd’hui, la Chine produit 95% des métaux rares mondiaux, les 5% restant provenant de l’Amérique Latine (Chili, Bolivie, Brésil) et de l’Afrique (Rwanda et RDC).

Des enjeux sociétaux et environnementaux multiples

L’extraction dans des pays lointains n’est pas sans impacts sur notre vie quotidienne, bien que le sujet soit encore peu relayé dans les médias hexagonaux. En effet, au-delà d’être à l’origine de désastres environnementaux et sociaux en Chine, en Mongolie et en Afrique, les métaux rares soulèvent aussi des enjeux économiques et géopolitiques dus à la situation quasi monopolistique de la Chine qui rend les pays occidentaux dépendants de l’offre de cette dernière. Ceci s’explique notamment par la stratégie économique adoptée par la Chine dans les années 1990 concernant le marché des métaux rares. Or, les régions les plus consommatrices ne sont autres que les Etats-Unis et l’Europe. Aujourd’hui, les Etats-Unis importent la totalité des terres rares nécessaires à la production des équipements IT, des voitures électriques et des énergies vertes. La situation chinoise pourrait donc mettre à mal l’économie mondiale en coupant ses exportations. Les puissances occidentales doivent jongler entre une situation de dépendance, une demande grandissante en métaux rares et une probabilité de pénurie réelle.  En effet, les métaux rares, comme le lithium, le cobalt et le tantale, sont présents dans tous les appareils IT, voitures électriques et énergies renouvelables telles que les éoliennes. Le lithium, convoité pour ses propriétés de capacité de stockage de l’énergie, a d’ailleurs fait l’objet d’un article EcoGuide IT.

Le tantale servant d’isolant et le cobalt utilisé pour les batteries et les disques durs, sont tous deux produits en Afrique. Le tantale est majoritairement produit en République Démocratique du Congo (RDC), pays où la guerre civile fait rage depuis une quinzaine d’années. L’argent engrangé grâce à l’exploitation minière sert à l’armement des milices et nourrit les conflits. Mediapart estime que cette situation est à l’origine de 5 millions de morts, ce qui en fait le conflit le plus meurtrier depuis la Seconde Guerre Mondiale. Pour faire face à cette situation, les marques de l’IT tentent d’acquérir leurs métaux rares de zones extérieures aux conflits. Si la situation est meurtrière en Afrique, les populations de Chine et Mongolie souffrent aussi de l’extraction des minerais. Dans la plaine du Baotou, en Mongolie, leur extraction est la cause de destruction environnementale et d’une hausse de cancers et maladies rares dans la région. Comment faire face à cet imbroglio ?

crédit photo : Arte

Les alternatives en question

Certaines entreprises ont décidé d’agir. Apple, plus gros consommateur de cobalt avec Samsung, songe à s’approvisionner à la source pour faire face à l’augmentation du prix du minéral, multiplié par 3 en 18 mois. Des négociations seraient actuellement en cours afin de sécuriser l’approvisionnement pour au moins cinq ans. Les gouvernements se penchent également sur ce sujet, certains envisageant la réouverture d’exploitations minières. Le Canada pourrait devenir le nouveau « district de classe mondiale pour le lithium ». La France n’est pas en reste, Arnaud Montebourg, ayant fait du « Made In France » son slogan, avait défendu la réouverture des mines en France afin d’extraire de l’or et de l’étain. Mais le gouvernement d’Emmanuel Macron laisse la question en suspens. Il ne faut pas omettre que toute extraction minière présente des risques pour l’environnement et les travailleurs, ainsi qu’un coût économique important à absorber. Face à une demande en minerais qui serait multipliée par 10 d’ici à 2050, reste l’option du recyclage. S’ils ne sont pas tous intégralement recyclables, certains déchets sont valorisables et le recyclage pourrait générer l’ouverture de 10 000 emplois en France.

Crédit photo : La croix

La diminution de disponibilité des métaux rares utilisés dans les technologies actuelles et utiles à la transition énergétique, se profile. Véritable casse-tête géopolitique, économique, social et environnemental pour les gouvernements et les entreprises, les métaux rares constituent le talon d’Achille de l’accession à une croissance « verte ». Les alternatives sont restreintes car les minerais sont, pour l’instant, irremplaçables et épuisables. Le recyclage semble être l’option la plus viable pour toutes les parties prenantes. D’ailleurs, de plus en plus d’acteurs de l’IT produisent des équipements aux composants modulaires, interchangeables et recyclables afin de mieux répondre au problème de la fin de vie et de la revalorisation des équipements. Il revient donc au consommateur de limiter l’acquisition d’équipements neufs ou d’acheter de manière plus responsable, en optant pour des matériels IT aussi respectueux que possible de l’environnement et des travailleurs. Afin de vous guider dans ce choix cornélien, vous pouvez vous référer au Livre Blanc de l’EcoGuide IT qui vous donnera toutes les clefs pour consommer Green IT !

Juliette Bernier