• #actualités
  • #gafam
  • #Matériel
  • #Réglementation
  • #rgpd
  • #Top5

TOP 5 des actualités high tech de l’été !

Durant les vacances, vous avez oublié votre routine et votre smartphone. De retour, vous aimeriez être à jour des actualités high tech estivales ? Découvrez dans le TOP 5 de l’EcoGuide IT, les sujets à connaître, pour une rentrée connectée toute en douceur.

La Californie ouvre la voie à un RGPD américain

Le Règlement Général de Protection des Données (RGPD) entré en application le 25 mai 2018 dans l’Union Européenne fait des émules. L’État de Californie, berceau de la Silicon Valley, a suivi la même voie, dès la fin du mois de juin suivant. Malgré un lobbying des géants du Web installés sur son territoire, l’État américain a voté le California Consumer Privacy Act  qui oblige les entreprises à communiquer sur le type de données personnelles qu’elles collectent, notamment pour cibler les publicités. Cette loi permettra aux usagers de refuser la vente de leurs données personnelles. Il s’agit de la loi la plus restrictive des États-Unis en matière de protection des données, et poserait les bases d’une version fédérale à venir.

Intel reporte la gravure de ses processeurs à 10 nanomètres (nm)

La loi de Moore s’écornerait-elle un peu plus ? Le fabricant de processeur Intel a une nouvelle fois reporté la production industrielle des processeurs nouvelle génération Cannon Lake, gravés à 10nm. Le fondeur de Santa Clara commercialise actuellement des puces à 14nm, et ce, jusqu’à fin 2019, date du report communiqué par l’entreprise. Pourtant intéressant en matière de performance énergétique, la réduction de gravure bat de l’aile et un tel report laisse présager l’annulation du projet.
La réduction de la consommation énergétique des processeurs passera-t-elle dorénavant par l’Intelligence Artificielle embarquée dans les puces ?

Un été pas si reposant pour les GAFAM

L’ombre de Cambridge Analytica plane sur les GAFAM. Après la tourmente de Facebook et le vote de la loi de protection des données personnelles en Californie, c’est au tour de Google d’enchaîner les bads buzz estivaux.

Début juin, une partie des salariés a dissuadé la direction de Google de collaborer avec l’armée américaine sur un projet d’imagerie vidéo embarquée dans des drones. Fin août, ils reviennent à la charge après la découverte d’un projet lancé secrètement visant à développer un moteur de recherche chinois, conforme à la censure. De surcroît, une enquête d’Associated Press, l’agence de presse internationale, a révélé mi-août que de nombreux services de la firme de Mountain View géolocalisaient leurs utilisateurs même si ces derniers avaient activé le paramètre de confidentialité. En plein mois d’août, l’écho de cette nouvelle est limité, mais révèle un besoin urgent de mieux encadrer les pratiques des géants du Web.

Des états généraux des régulations numériques annoncés en France

Après la loi pour une République numérique en 2016 et le RGPD en 2018, fin juillet le gouvernement a annoncé la mise en place de consultations en vue d’optimiser la position de la France en matière de régulation numérique. Ces états généraux sont menés par le Conseil National du Numérique (CNNum) chargé d’organiser les échanges entre les différentes parties prenantes (société civile, régulateurs, parlementaires, etc.). Elles s’axeront sous quatre thématiques : l’économie, le social, le sociétal et les modalité et méthodes de régulation. La publication du résultat des états généraux est prévue pour début 2019.

L’interdiction des smartphones à l’école, c’est pour la rentrée !

Le 30 juillet, l’Assemblée nationale a adopté  la loi interdisant les téléphones portables dans les écoles, les collèges et certains  lycées. Critiquée pour la complexité de sa mise en pratique, et son inutilité (une loi du 12 juillet 2010 interdit déjà les portables « durant toute activité d’enseignement et dans les lieux prévus par le règlement intérieur »), la loi s’appliquera dès la rentrée de septembre et concernera les téléphones portables, les tablettes et les objets connectés tels que les montres. Certaines exceptions sont prévues, dans le cadre d’un usage pédagogique ou pour les élèves atteints d’un handicap par exemple. L’objectif est de favoriser la concentration et les interactions sociales, et non de réduire l’exposition des enfants aux écrans. En effet, rappelons que le Plan numérique pour l’éducation vise à installer des tablettes tactiles dans les salles de classe au collège !

Aymeric De Wispelaere

Crédit photo : Shutterstock