• #biomimetisme
  • #Innovations
  • #itforgreen
  • #Top5

TOP 5 des innovations IT inspirées de la nature

Les solutions sont dans la nature. Les chercheurs et créateurs trouvent de nouvelles idées et réponses à leur problématique en l’observant. Le monde high tech adopte également le biomimétisme comme voie royale de l’innovation, visant à mettre au point des systèmes productifs et technologiques performants. L’équipe EcoGuide IT vous propose de découvrir 5 innovations high tech inspirées du vivant.

 la crevette-mante

Le biomimétisme a le vent en poupe : en France, 140 équipes travaillent sur le sujet et le salon Biomim’Expo, qui s’est tenu les 1ers et 2 juillet dernier dans l’Oise, a permis de faire le lien entre ces projets. De nombreux objets du quotidien, tels que le GPS, sont issus de l’observation de la nature. En effet, c’est grâce à l’étude des fourmis que nous bénéficions aujourd’hui de cet objet pour nous repérer et suivre des itinéraires. D’autres inspirations telles que la crevette-mante apportent un caractère social à l’innovation. Les 16 cônes contenus dans ses yeux servant à la reconnaissance des couleurs (contre 3 pour l’œil humain) ont inspiré la conception d’une caméra médicale détectant les cellules cancéreuses durant une biopsie. Cette nouvelle technologie démultipliera les chances de prévenir et localiser les cancers à leurs stades les moins avancées.

Le robot ver de terre

Le système de locomotion du ver de terre est plus complexe qu’il n’y parait. Il est appelé péristaltisme qui décrit la capacité à contracter plusieurs groupes musculaires éloignés les uns des autres au même moment pour avancer. Le laboratoire Biologically Inspired Robotics a créé le Compliant Modular Mesh Worm (CMMWorm) en observant les mouvements de l’invertébré. Le robot, composé de six segments, peut se contracter jusqu’à 52% de son diamètre pour se faufiler dans des espaces contigus et se déplacer sur des sols lisses. Ses applications sont multiples : de la chirurgie endoscopique en passant par l’industrie (dans les canalisations par exemple), pour des missions de sauvetage dans des grottes ou à la suite de séismes, les aptitudes du CMMWorm sont variées. Le ver de terre pourrait-il être à l’origine des sauvetages humains de demain ? Cela ferait l’objet de jolis livres pour enfants du moins !

L’algorithme d’adaptation

L’Institut des système intelligents et robotiques de l’Université Marie Curie et l’Université du Wyoming aux Etats-Unis ont travaillé conjointement pour améliorer les robots et leur capacité d’adaptation face à l’adversité. En observant le comportement des animaux blessés, les chercheurs ont établi un algorithme permettant au robot de continuer à fonctionner même après avoir perdu une partie de son enveloppe et/ou de ses aptitudes.
Le T-resilience est capable de comprendre qu’un membre de la machine est endommagé, d’analyser les diverses possibilités d’adaptation, de tester et de choisir la meilleure option. Le tout est réalisé en l’espace de 2 minutes seulement et augmente considérablement les chances de « survie » en milieu hostile. Grâce à ce biomimétisme, les futurs robots pourront être plus robustes, autonomes et efficaces.

Le data center Marilyn

Les abeilles sont malheureusement souvent au cœur de l’actualité environnementale, victimes des pesticides et symboles de la fragilité de notre biodiversité. Inspirantes tant par leur organisation que par leur capacité de repérage, elles ont également permis au data center Marilyn de l’entreprise Céleste de voir le jour. L’édifice a adopté l’architecture et le système d’aération des ruches pour refroidir ses serveurs avec de l’air extérieur. Connu sous le nom de free cooling, il utilise de l’air froid qui est remonté dans un couloir central, aspiré par les serveurs et rejeté chaud par la cheminée. Céleste va plus loin en valorisant cet air chaud pour chauffer ses bureaux. Les avantages de ce refroidissement sont multiples : une consommation d’énergie réduite, une matière première gratuite et inépuisable (l’air) et une valorisation de celle-ci. Situé à Marne La Vallée, le data center refroidit les serveurs au free cooling 95% de l’année et assure un hébergement sécurisé des données, local et responsable. Nous avons décidément beaucoup à apprendre des abeilles !

Le robot poulpe

Les tentacules du poulpe se rigidifient, s’attendrissent et s’étendent selon les besoins de l’animal. Des chercheurs de l’Ecole supérieure de Sainte Anne de Pise en Italie y ont vu un intérêt pour la médecine et plus particulièrement pour la chirurgie. Ils ont mis au point un robot dont le bras est capable de se plier à 255°, de s’étirer jusqu’à 62% de sa longueur initiale et d’augmenter sa rigidité de 60 à 200%. De plus, il peut manipuler des organes mous sans les endommager tout en poursuivant l’opération chirurgicale. Un outil très utile en chirurgie mini-invasive permettant d’accéder à des endroits du corps exiguës tout en réduisant le besoin de matériel et le nombre d’incisions nécessaires à l’opération. Une avancée importante dans un secteur où l’intervention humaine est limitée. L’alliance parfaite se dessine : la nature, l’humain et le robot, afin de sauver plus de vies et d’améliorer les soins.

Ce TOP5 n’est pas une liste exhaustive des innovations IT sur le modèle biomimétique, en perpétuel mouvement. La nature est source de solutions et d’inspirations. Longtemps, l’humain s’est tourné vers l’espace et ses grandeurs infinies, mais les réponses sont souvent sous nos yeux ou sous nos pieds. Les insectes, les animaux marins ou encore les plantes, ont beaucoup à nous transmettre pour développer des systèmes innovants assistant nos quotidiens. Gageons qu’un jour l’humain entendra l’enseignement essentiel de la nature, celui de la sagesse. Vaste sujet !

« Il y a un autre monde, mais il est dans celui-ci » Paul Eluard

Juliette Bernier