Un réseau social motive Marseille au ramassage de ses déchets !

Internet et les outils informatiques qui lui sont associés : ordinateurs, tablettes, etc., offrent des possibilités de communication et d’action infinies !

Les réseaux sociaux sont un moyen d’organiser une diffusion rapide d’informations sur toutes les thématiques possibles y compris celle du développement durable. Cela en fait l’un des leviers d’action afin de jouer un rôle positif auprès des enjeux de notre Société.

C’est un réseau social bien connu qui fait ici l’objet de notre attention. Facebook, par lequel beaucoup d’initiatives prennent vie, laisse une porte ouverte aux actions responsables qu’il s’agisse d’ONG ou d’initiatives de particuliers. Aujourd’hui, grâce à lui, la ville de Marseille, considérée comme une ville ayant des difficultés à assurer la propreté de ses rues, bénéficie de la visibilité offerte par la firme de Mark Zuckerberg pour nettoyer sa ville !

L’initiative « 1 Piece of Rubbish », traduire par « 1 déchet par jour », nous vient d’Edmund Platt, originaire de Leed en Angleterre et vivant aujourd’hui à Marseille, ville pour laquelle il a eu un coup de cœur.

D’un triste constat, le niveau de propreté de la ville de Marseille, l’initiateur du projet a eu l’idée de lancer une page sur le célèbre réseau social afin d’inviter les habitants à contribuer au nettoyage de leur ville. Un geste « simple » qui se décompose en quatre étapes : ramasser le déchet, prendre une photo, jeter le déchet dans la poubelle correspondante et poster la photo avec le hashtag #1 Piece of Rubbish sur la page Facebook.

Acte ludique, via ces posts de photo, le fondateur souhaite inciter plus de personnes à faire de même et surtout illustrer une « tendance ». Ainsi ramasser les déchets n’est pas « sale », mais, simple, de responsabilité commune et vu comme « cool » ! En un peu plus d’un mois d’existence la page compte déjà plus de 2000 fans !

Cette action montre une fois de plus l’impact que peuvent avoir les réseaux sociaux sur les habitudes d’une population. Pour rappel, fin 2013, une démarche de boycott avait été lancée sur les réseaux sociaux contre Leclerc à la suite d’une communication de l’enseigne sur ses pratiques de chalutage en eau profonde. Leur influence n’est donc pas négligeable, elle devient dans les faits, une tribune d’expression, un véritable levier d’action, aussi bien pour les internautes, les entreprises ou encore les ONG.

« 1 Piece of Rubbish » une leçon de savoir-vivre sans jugement de valeur, mais qui interpelle cependant sur la possibilité, via les réseaux sociaux, de générer un mouvement d’action responsable et citoyen. Cette initiative est vouée à s’étendre, d’après son fondateur, elle s’inscrit dans une démarche de long terme pour devenir une habitude à Marseille et ailleurs.

Sources :
© http://e-rse.net/1pieceofrubbish-initiative-citoyenne-reseaux-sociaux-nettoyer-marseille-15946/
© http://www.1pieceofrubbish.com/