• #IT-for-Green
  • #Open Data

Une déferlante de données sur l’Europe !

D’après la World Wide Web Foundation, la France est le quatrième pays le plus ouvert en termes d’accès à des données publiques. Il ne s’agirait cependant pas du seul pays européen à se lancer dans cette stratégie d’ouverture des données. Focus sur l’attention portée à l’Open Data.

L’amendement favorable à l’Open Data adopté par les députés de l’Assemblée Nationale y est peut-être pour quelque chose, la seconde édition du « Baromètre Open Data » a propulsé la France au quatrième rang mondial des pays les plus disposés à ouvrir l’accès à leurs données publiques. Sur une base de 86 pays, seuls le Royaume-Uni, les États-Unis et la Suède, font mieux selon la World Wide Web Foundation, organisation dédiée à l’amélioration d’Internet en tant que bien public et à son accessibilité à tous.

En guise de bref rappel, l’Open Data est l’ouverture de l’accès, par les pouvoirs publics, de données publiques sous format numérique. Relatives à différents thèmes tels que les Transports, la Santé, le Logement et bien d’autres, ces données permettent à tout un chacun de prendre connaissance d’informations mises gracieusement à leur disposition sur un sujet précis. Les projets existants grâce à l’Open Data sont légions et touchent des domaines spécifiques.

Par exemple, Open Forêt est une entreprise utilisant les données relatives au couvert forestier français publiées par l’Office National des Forêts (ONF), l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN), et l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), afin d’identifier les parcelles de bois non gérées. Le but de la démarche est d’optimiser l’activité sylvicole française en mettant en relation cette dernière avec les propriétaires de parcelles pouvant les aider dans leur activité, au niveau de la disponibilité d’un type de bois précis par exemple. L’autre attrait d’Open Forêt est la gestion améliorée des différentes espèces d’arbres qui peuvent alors être suivies et protégées selon leur rareté.

Crédit photo : Open Forêt
Crédit photo : Open Forêt

Outre la création de solutions d’entreprises, l’Open Data sert aussi aux collectivités publiant leurs données. La ville d’Issy-les-Moulineaux l’a bien compris et s’y prête pour la deuxième année consécutive avec l’API Contest, un concours visant à challenger des candidats de tous bords dans l’amélioration de la Mobilité en Ile-de-France. La ville met ainsi à disposition des données publiques relatives aux Transports afin d’aider les candidats dans la création d’une application mobile.

À l’échelle d’un pays, les différentes mesures prises par les pouvoirs publics aident visiblement au développement de l’usage de l’Open Data. Cependant, il serait erroné de penser que ce dernier s’arrête aux frontières nationales. C’est en tout cas ce qu’a voulu démontrer Capgemini au travers de deux études.

La première, au nom très évocateur, Creating Value through Open Data (soit « Créer de la Valeur grâce à l’Open Data »), met ainsi en avant les intérêts pour la Société de suivre une démarche favorable à l’ouverture des données. À l’échelle de l’Union Européenne (UE) et en y ajoutant l’Islande, la Norvège, la Suisse et le Liechtenstein, Capgemini a illustré différents sujets pouvant être en partie traités grâce à l’ouverture des données. Par exemple, la réduction de la consommation énergétique européenne aux alentours de 16% ou alors la possibilité de réduire de 5,5% le nombre de décès dus à des accidents routiers.

creating-value-3-©-capgemini
Crédit photo : Capgemini

Quant à la deuxième étude, Open Data Maturity in Europe (soit « La Maturité européenne de l’Open Data »), elle estime à 45% l’avancement de la maturité Open Data de l’UE, avec des divergences marquées entre des pays, comme la France, qui sont très avancés dans le domaine et d’autres qui sont en retard sur le sujet (sept au total selon Capgemini). C’est dans ce contexte que le portail européen de données a été lancé, sous l’égide de Capgemini, afin d’accélérer l’implication de l’Open Data dans la Société.

Il est vrai que les avantages à l’ouverture des données sont indéniables. En effet, déjà bon nombres de projets s’inscrivent dans une démarche IT for Green en profitant des données publiques mis à leur disposition. Ajoutés aux estimations de Capgemini qui évalue le marché de l’Open Data à 325 milliards d’euros pour la période 2016-2020, ce sont des perspectives économiques, environnementales et sociales intéressantes qui s’offrent aux pays de l’UE !

Pour rappel, à l’instar du Vieux Continent, la France compte aussi sa plateforme nationale. Rendez-vous sur le site data.gouv.fr si vous désirez prendre connaissance des données hexagonales disponibles.

Crédit photo : http://www.geeksandcom.com